Vatican News

Le Pape François rend hommage aux martyrs coptes de Libye

À travers un message vidéo, le Pape François a salué la mémoire des 21 ouvriers chrétiens assassinés par Daech sur une plage de Libye il y a six ans, le 15 février 2015.

Vatican News

Les images, filmées selon une mise en scène aussi sophistiquée que macabre, avaient fait le tour du monde et suscité un choc immense. L’exécution de 20 travailleurs coptes égyptiens et d’un ressortissant ghanéen sur un plage libyenne, par des djihadistes affiliées à l’organisation État islamique (Daech), demeure un souvenir traumatisant pour tous ceux qui ont vu ces images. La population copte égyptienne, déjà éprouvée par l’insécurité en Égypte même, avait alors pris conscience du danger extrême de l’expatriation dans ce grand pays voisin. Aussi sous-peuplée que l'Égypte est surpeuplée, la Libye avait longtemps été perçue comme une terre d’opportunités de travail pour les ouvriers égyptiens en raison de ses ressources pétrolières et du besoin de main d'oeuvre, mais l’effondrement de l’État après la Révolution de 2011 avait transformé certaines régions en zones de non-droit, aux mains de milices liées à des réseaux mafieux ou djihadistes.

Six ans après ce massacre, un évènement œcuménique en ligne a été organisé ce lundi soir, avec la participation du Patriarche copte orthodoxe Tawadros, du primat anglican Justin Welby et donc du Pape François qui avait envoyé un message en vidéo.

Des modèles de sainteté pour tous les chrétiens

Le Pape François explique dans cette vidéo qu’il garde dans son cœur la mémoire de ce «baptême de sang, ces 21 hommes baptisés chrétiens avec l'eau et l’Esprit, et ce jour-là baptisés aussi avec le sang. Ils sont nos saints, les saints de tous les chrétiens, les saints de toutes les confessions et traditions chrétiennes », les saints «du peuple de Dieu, du peuple fidèle de Dieu», qui ont «lavé leur vie dans le sang de l’Agneau».

Le Pape a souligné que ces hommes étaient venus cherchés du travail à l’étranger pour soutenir leurs familles, et qu’ils ont «donné témoignage de Jésus-Christ. Égorgés par la brutalité de Daech, ils sont morts en disant: “Seigneur Jésus !”, en confessant le nom de Jésus.» Avec leur «foi simple mais cohérente», ils ont compris que «le témoignage de Jésus-Christ jusqu’à donner la vie» est «le don le plus grand que puisse recevoir un chrétien».

Le Pape rend hommage au courage de l’Église copte

«Je remercie Dieu notre Père parce qu’il nous a donné ces frères courageux. Je remercie l’Esprit Saint parce qu’il leur a donné la force et la cohérence d’arriver à la confession de Jésus-Christ jusqu’au sang. Je remercie les évêques, les prêtres de "l’Église sœur" copte qui les a élevés, qui leur a appris à grandir dans la foi. Et je remercie les mamans de ces gens, de ces 21 hommes auxquels elles ont "allaité" la foi: ce sont les mamans du saint peuple de Dieu qui transmettent la foi», dans un dialecte qui va au-delà des différences de langues, explique le Pape dans son intervention. François adresse un salut fraternel aux autres évêques participant à cette rencontre œcuménique et s’unit «au saint peuple fidèle de Dieu qui, dans sa simplicité, avec sa cohérence et ses incohérences, avec les grâces et les péchés, porte en avant la confession de Jésus-Christ: "Jésus-Christ est le Seigneur".»

«Je vous remercie, vous, 21 saints, saint chrétiens de toutes les confessions, pour votre témoignage. Et je Te remercie, Seigneur Jésus-Christ, pour être si proche de ton peuple, pour ne pas l’oublier. Prions ensemble, aujourd’hui, en cette mémoire de ces 21 martyrs coptes : qu’ils intercèdent pour nous tous devant le Père. Amen», conclut l’évêque de Rome.

Un martyre reconnu immédiatement, dès 2015

Une semaine après la diffusion de l’exécution, le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II (qui porte aussi le titre de Pape) avait inscrit les 21 chrétiens au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Église copte orthodoxe, établissant que leur mémoire sera célébrée le 15 février. Ce délai extrêmement rapide, plutôt inhabituel dans la tradition chrétienne, était justifié par l’évidence du martyre de ces chrétiens, documenté par les terroristes eux-mêmes.

Les corps de ces 21 otages, issus de deux groupes (sept otages enlevés en 2013 et 14 autres en 2015), furent retrouvés et identifiés en septembre 2017, les enquêteurs libyens ayant pu bénéficier des indications données par les djihadistes arrêtés. Ces corps furent rapatriés en Égypte en mai 2018, et transférés vers une "église des martyrs de la foi" érigée en leur mémoire. Elle a été inaugurée le 15 février 2018 dans le village d’Al-Our, près de la ville de Samalout, dans la province de Minya, d’où provenaient 13 des 21 chrétiens assassinés.

15 février 2021, 18:41