Vatican News
Le Pape rencontrant le métropolite Hilarion, le 13 février 2020 au Vatican. Le Pape rencontrant le métropolite Hilarion, le 13 février 2020 au Vatican.  (Vatican Media)

Le métropolite Hilarion reçu par le Pape François

Le Pape François a reçu ce matin au Vatican le métropolite Hilarion de Volokolamsk, Président du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou.

Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

À l'occasion du quatrième anniversaire de la rencontre historique entre le pape François et le patriarche de Moscou et de toute la Russie Kirill, le métropolite Hilarion, chef du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, est à Rome. Mercredi, le Métropolite s'est entretenu avec le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, lors de la conférence et du concert sur le thème. «Les Saints - Signes et semences de l'unité».

Il a ensuite rencontré le Pape François ce jeudi matin au Vatican. À la veille de cette visite, il avait accordé un entretien à la section italienne de Radio Vatican-Vatican News :

«Rome est pour nous une ville liée à la mémoire des Saints Apôtres Pierre et Paul et chaque fois que nous venons ici, nous éprouvons un sentiment très particulier, en pouvant toucher presque l'histoire ancienne du christianisme. Mais l'histoire de la chrétienté continue et nous sommes les participants et même les créateurs de cette même histoire. Il y a exactement quatre ans, à La Havane, le pape François a rencontré le patriarche Kirill et c'était la première fois dans l'histoire qu'un pontife romain rencontrait un patriarche de Moscou. Nous appelons cela "une rencontre historique" non seulement parce que c'était la première du genre, mais plutôt parce que cette rencontre a ouvert une page complètement nouvelle dans les relations entre l'Église orthodoxe russe et l'Église catholique romaine. Et la tâche de notre groupe mixte - à la tête duquel je suis, d'une part, le cardinal Koch, d'autre part - est de mettre en pratique ce qui a été dit et convenu par le Pape et le Patriarche. Actuellement, dans ce groupe, nous avons deux types de collaboration : la collaboration culturelle et la collaboration dans des projets sociaux mixtes. Ce fut l'occasion de discuter des projets que nous allons réaliser cette année et l'année prochaine.

Aujourd'hui se tient votre rencontre avec le pape François : quels sont vos sentiments ?

J'ai rencontré le pape François à plusieurs reprises. Notre première réunion a eu lieu le lendemain de son entrée en fonction. Et lors de toutes nos réunions, nous discutons de l'état de nos relations bilatérales et des projets que nous pouvons mettre en pratique. Nous allons certainement discuter des projets dont nous avons déjà parlé avec le cardinal Koch, en particulier de nos projets humanitaires au Moyen-Orient. Notre priorité est un projet qui consiste à apporter une aide aux enfants syriens qui ont perdu une main, un pied ou une autre partie de leur corps à cause des hostilités. C'est un projet assez complexe et très coûteux, car il ne s'agit pas seulement de leur donner une prothèse, mais d'organiser une réhabilitation complète pour aider ces enfants à s'intégrer dans la société. Je veux que ces mêmes projets soient au centre de notre collaboration, des projets qui apportent une aide aux personnes qui souffrent, aux malades et surtout aux enfants, car je crois que ces mêmes projets sont la réalisation de ce que le Pape et le Patriarche ont dit lors de leur rencontre à Cuba, mais aussi de ce que le Sauveur Jésus-Christ nous a demandé à nous tous, catholiques et orthodoxes.

 

La situation au Moyen-Orient, pour laquelle les appels du Pape se succèdent, est-elle également une source de préoccupation pour l'Eglise orthodoxe russe ?

L'Eglise orthodoxe russe partage pleinement cette préoccupation du Pape et cette préoccupation, à vrai dire, a été la raison principale de la rencontre entre le Pape et le Patriarche il y a quatre ans. Au Moyen-Orient, il y a pratiquement un génocide de chrétiens. Pendant longtemps, les médias et les politiciens occidentaux ont préféré ne pas le voir et ne pas en parler et c'est précisément le Pape et le Patriarche qui ont été parmi les premiers à dire que cette situation était une menace, en essayant d'attirer l'attention des médias mondiaux. Nous devons faire tout notre possible pour préserver la présence chrétienne au Moyen-Orient.

Quelle est la valeur et la signification de la sainteté qui est le thème de la conférence de Rome ? Que représentent les saints pour l'Église orthodoxe russe ?

Nous savons bien que le péché divise et que la sainteté unit. La cause principale de la division entre les chrétiens est avant tout le péché humain. Au contraire, l'expérience de la sainteté unit les chrétiens et cela a été mentionné dans la déclaration commune du Pape et du Patriarche, en particulier dans la partie consacrée aux martyrs. Un ancien auteur ecclésiastique, Tertullien, a dit que le sang des martyrs est la semence de l'Église. Nos deux Églises ont une histoire de martyre séculaire et je peux dire que le 20e siècle a été un siècle de martyre pour des millions de fidèles, tant catholiques qu'orthodoxes. Le professeur Andrea Riccardi, dans son livre The Century of Martyrdom, a bien montré l'ampleur de la persécution des chrétiens dans divers pays. Malheureusement, aujourd'hui, la persécution des chrétiens se poursuit et les experts affirment que le christianisme est la religion la plus persécutée, bien qu'elle soit la plus répandue. Et dans une telle situation, je crois que la collaboration entre catholiques et orthodoxes est de plus en plus d'actualité. J'appelle cette collaboration, une "alliance stratégique" entre catholiques et orthodoxes. En utilisant cette expression, je veux dire que nous ne pouvons pas résoudre tous les problèmes théologiques et ecclésiologiques aujourd'hui, mais rien ne nous empêche de travailler ensemble et de nous sentir alliés et amis. Et pour ressentir cela, nous n'avons pas besoin d'un accord théologique.

Les saints dans tout cela, nous protègent, nous gardent ?

Nous croyons que les saints sont présents dans nos vies, entendent nos prières et nous aident dans notre travail commun. Je citerai un exemple bien connu, le cas de Saint Nicolas qui est le saint le plus vénéré par l'Église orthodoxe russe et dont les reliques sont conservées dans la ville de Bari. Des milliers de fidèles de l'Église orthodoxe russe vénèrent chaque jour ces saintes reliques.  Et le jour de la Saint-Nicolas, selon le calendrier julien, des milliers de croyants russes arrivent ce jour-là seulement et, spécialement pour cette occasion, il y a de nombreux vols charters en provenance de Russie pour remplir l'aéroport de Bari. Lorsque le Pape a rencontré le Patriarche, il lui a demandé de déplacer temporairement certaines des reliques du saint en Russie. Pendant les deux mois de séjour des reliques à Moscou et à Saint-Pétersbourg, plus de deux millions et demi de fidèles sont venus les vénérer. C'était un témoignage très clair de la façon dont un saint peut unir l'Ouest et l'Est et nous aider dans notre voyage.»

13 février 2020, 19:13