Vatican News
Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, le 9 décembre 2018. Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, le 9 décembre 2018.  (Vatican Media)

Angélus: le Pape invite à entreprendre un chemin de conversion

En ce deuxième dimanche de l’Avent, le Pape François rappelle les exigences de conversion nécessaire à la préparation de la venue du Seigneur : reconnaître les vides à combler dans notre vie, pour aplanir les aspérités de l’orgueil et faire de la place à Jésus qui vient.

Marie Duhamel - Cité du Vatican 

Depuis la fenêtre des appartements pontificaux, surplombant une place Saint-Pierre inondée de soleil, le Pape François en ce deuxième dimanche de l’Avent, a expliqué aux fidèles comment attendre concrètement la venue du Seigneur. Le Saint-Père a commenté l'Évangile de Luc qui «présente la figure de Jean-Baptiste qui “parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés”» a déclaré le Saint-Père. Pour donner de la substance à l'attente du Seigneur,  il faut entreprendre un chemin de conversion. Le Pape évoque ainsi la prophétie d'Isaïe citée par l'évangéliste: «Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées.»

S'ouvrir aux autres...

Quelles sont donc les exigences de conversion auxquelles invite Jean-Baptiste pour préparer le chemin au Seigneur qui vient ? D’abord, explique le Pape, nous sommes appelés à «combler les vides (de notre vie) produits par la froideur et l’indifférence, en nous ouvrant aux autres avec les sentiments qui étaient ceux de Jésus, c’est-à-dire la cordialité, l’attention fraternelle qui prend soin des nécessités de son prochain.» Il convient pour le Saint-Père d'avoir une attention spéciale à ceux qui sont le plus dans le besoin.

Ensuite, poursuit-il, «il faut aplanir les nombreuses âpretés causées par l’orgueil et l’arrogance» en accomplissant des gestes concrets de réconciliation -ce qui n'est pas facile, convient-il. Il faut également demander de pardon pour les fautes commises. La conversion ne pourra être complète que si elle conduit «à reconnaître humblement nos erreurs, nos infidélités et nos manquements.»

....Et ouvrir des perspectives d'espérance

Le croyant «est celui qui, en se mobilisant pour son prochain, comme Jean-Baptiste ouvre les routes du désert, c’est-à-dire qu’il indique des perspectives d’espérance même dans des contextes existentiels accidentés, marqués par la défaillance et l’échec». Le Pape invite alors à ne pas se rendre face aux situations négatives de renfermement et de refus: «nous ne devons pas nous laisser assujettir à la mentalité du monde, parce que le centre de notre vie est Jésus et sa parole de lumière, d’amour et de consolation».

Le Pape ajoute que Jean-Baptiste invitait à la conversion avec «force, vigueur et sévérité» mais qu'il savait aussi écouter, accomplir des gestes de tendresse et de pardon envers ceux qui demandaient pardon et souhaitaient se faire baptiser. Son témoignage de vie a réussi à réveiller les attentes et les espérances du Messie, depuis longtemps assoupies. 

«Aujourd’hui encore, les disciples de Jésus sont appelés à être ses humbles mais courageux témoins pour rallumer l’espérance, pour faire comprendre que malgré tout, le règne de Dieu continue à se construire jour après jour avec la puissance de l’Esprit saint». Le Pape a prié la Vierge Marie, pour que par son intercession, nous préparions jour après jour le chemin du Seigneur «en commençant par nous-même»; qu'elle nous aide «à répandre autour de nous, avec une patience tenace, des graines de paix de justice et de fraternité» a conclu le Pape.

09 décembre 2018, 12:17