Vatican News
Récolte de matériel électronique dans les quartiers Récolte de matériel électronique dans les quartiers 

Au Brésil, un souffle pour la création: le recyclage des huiles de cuisson usagées

L'élimination inappropriée des déchets ménagers entraîne une pollution et une contamination de l'environnement. Pour réduire cet impact, le bureau de la pastorale de l'environnement de la paroisse de Notre-Dame du Rosaire de Fatima à Apucarana, au Brésil, encourage des campagnes visant à collecter et à donner une destination correcte aux déchets électroniques et aux huiles de cuisson usagées.

La communauté d'Apucarana, dans le nord de l'État du Paraná, au Brésil, a trouvé dans le bureau de la pastorale de l'environnement de la paroisse de Notre-Dame du Rosaire de Fatima un allié pour mieux gérer le matériel “jetable” produit dans les foyers, en menant des actions annuelles de collecte différenciée des déchets. C'est une grande préoccupation pour la “ville haute”, comme on appelle Apucarana, située à 370 km de la capitale Curitiba, car elle est une ligne de partage des eaux entre trois bassins: le fleuve Pirapó, qui alimente la ville, le fleuve Tibagi et le fleuve Ivaí.

L'huile usagée récoltée est récupérée par une entreprise spécialisée
L'huile usagée récoltée est récupérée par une entreprise spécialisée

Les volontaires font le tour des quartiers pour collecter les déchets électroniques et les huiles de cuisson usagées. Cette initiative fait partie d'une série d'activités menées par l'Église locale pour répondre à l'appel du Pape François à prendre soin de la maison commune, contenu dans l'encyclique Laudato si'. Inclus dans ce que le Souverain Pontife appelle un «réseau de communion et d'appartenance» (148), Amauri Henrique Rosina est le coordinateur pastoral de la paroisse Notre-Dame du Rosaire à Fatima et un animateur Laudato si' du Mouvement catholique mondial pour le climat. Il dirige les actions de la campagne dans la ville pour mettre en pratique les exhortations du Pape à transformer l'environnement dans lequel on vit, «en modifiant les effets négatifs du conditionnement et en apprenant à orienter son existence au milieu du désordre et de la précarité» (148).

En septembre 2020, par exemple, la communauté a été invitée à séparer et à éliminer correctement les huiles de cuisson usagées dans des bouteilles en PET ou d'autres récipients, mais toujours hermétiquement fermés: plus de 1 000 litres ont été collectés, empêchant la contamination d'un milliard de litres d'eau. L'élimination inappropriée de ce type d'huile, largement utilisée dans les ménages, les bars et les restaurants, peut causer de graves dommages à l'environnement. Les experts déconseillent de jeter le produit dans les éviers, les canalisations ou les gouttières des maisons car, en plus d'endommager la plomberie des maisons, il se déverse dans les rivières et les sols, contaminant ainsi l'environnement.

Chaque année, la communauté participe à la récolte chaque année
Chaque année, la communauté participe à la récolte chaque année

Les litres d'huile collectés sont toujours envoyés à une entreprise agréée qui les filtre et les envoie à une usine de savon de la ville. Parallèlement à la collecte d'huile, des dizaines de plants ont été distribués dans le cadre du projet : “Vous voulez de l'air pur ? Plantez un arbre”, ainsi que l'installation de 16 panneaux conseillant aux gens de ne pas jeter leurs déchets dans des endroits inappropriés. «Dieu nous a confié la tâche de cultiver et de prendre soin de sa création. Les actions que nous menons sont destinées à faire réfléchir la communauté», ajoute l'animateur de Laudato si'.

La communauté d'Apucarana participe également à la collecte annuelle de déchets électroniques. Avec des camions, les bénévoles de l'Office de la Pastorale de l'Environnement et les employés de la Cocap (Coopérative de Collecte d'Apucarana) font le tour des quartiers pour collecter les produits électriques et électroniques de petite et moyenne taille qui ne fonctionnent plus ou ne sont plus utilisés: vieux téléviseurs, machines à laver, fours et pièces d'ordinateurs.

Selon Amauri, «le succès des actions est dû à la confiance que la communauté accorde au Bureau de la pastorale de l'environnement, sur le chemin de la conversion écologique, suggérée par le Pape François dans Laudato si'». Le coordinateur explique que les volontaires ont décidé de travailler «de l'intérieur vers l'extérieur, parce que cela n'a pas de sens de vouloir sauver le monde et de ne pas prendre des mesures concrètes dans notre maison, dans notre famille. Nous essayons de changer les habitudes, de recycler, et aussi d'encourager l'utilisation de matériaux pour réduire les déchets ménagers. C'est une grande harmonie: nous devons commencer par l'intérieur».

06 juillet 2021, 10:05