Vatican News
Dans le métro de Lausanne, le 23 mars. Dans le métro de Lausanne, le 23 mars.   (ANSA)

Coronavirus: Caritas Suisse s'inquiète de la hausse de la précarité

L'organisation s'alarme du nombre de demandes d'aide de familles précaires ou de personnes seules alors que l'impact des mesures de confinement pourrait avoir de lourdes conséquences économiques.

Vatican News

«La crise du coronavirus n’est pas seulement lourde de conséquences sur le plan de la politique sanitaire et économique. Elle précipite aussi de nombreuses familles et personnes âgées seules dans une situation de détresse aiguë» s'inquiète Caritas Suisse. En période de crise, les personnes les plus faibles dans une société sont les plus vulnérables, relève l'organisation catholique. 

Alors que les mesures de restrictions se sont multipliées dans la Confédération ces derniers jours pour faire face à l'épidémie (fermetures des commerces autres que de première necessité, interdiction des rassemblement de plus de 5 personnes), l'impact se fait déjà sentir sur les personnes précaires, comme en témoignent le nombre important de demandes adressées à la Caritas. «Les besoins des personnes en détresse sont nombreux: des pères et des mères craignent de perdre leur travail, parce qu’ils ont été renvoyés à la maison. Sans emploi fixe, ils se retrouveraient immédiatement en difficulté financière. Et ils viennent à nous avec leur facture de médecin qu’ils n’arrivent pas à payer» souligne l'ONG.

Pour la Caritas, il y a danger : alors que de nombreuses petites entreprises rencontrent des problèmes de liquidités, de même, «de nombreuses familles menacées par la pauvreté n'ont pas non plus l'argent nécessaire pour payer leurs factures à la fin du mois» explique Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse. Il n'y a pas pour elles de crédit garanti par le Département fédéral des finances, rappelle t-il, précisant que «les familles et les personnes seules ayant de petits revenus et des revenus complémentaires sont en crise en très peu de temps. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que les gens ne soient obligés d'avoir recours à l'aide sociale à cause de la crise du Coronavirus», estime-t-il. 

24 mars 2020, 14:17