Recherche

Vatican News
Dans les bureaux de la congrégation pour la cause des saints Dans les bureaux de la congrégation pour la cause des saints   (Vatican Media)

Cause des saints: mise en place d’un règlement pour les postulateurs

Pour la première fois, un document normatif a été promulgué concernant la figure et les fonctions du postulateur des causes de béatification et de canonisation. Le préfet de la Congrégation pour la cause des saints décrypte les nouveautés du texte.

Nicola Gori – Cité du Vatican

Une limite de trente causes actives dans la phase romaine ; l'exclusion des cardinaux, des évêques et des fonctionnaires de la Congrégation pour les causes des saints de la possibilité d'endosser le rôle de postulateur. Telles sont les deux innovations les plus significatives introduites dans le Règlement pour les Postulateurs, entré en vigueur le 11 octobre dernier. Le cardinal préfet du dicastère, Marcello Semeraro, revient sur le contenu et la genèse du document.

Est-ce la première fois qu'une réglementation spécifique aux postulateurs entre en vigueur?

Dans le passé, afin de faciliter le travail du postulateur, un certain nombre d'aides sous forme de Vademecum ou de Codex pro postulatoribus ont été préparées et publiées. Ces publications étaient préparées par les postulateurs eux-mêmes, ou par un fonctionnaire de la Congrégation. Jusqu'à présent, cependant, aucun document normatif concernant la figure et les fonctions du postulateur n'a jamais été élaboré ou promulgué. Il s'agit donc d'une nouveauté.

Quels sont les besoins qui sous-tendent le document et quels sont ses objectifs?

L'idée est née au sein de la Congrégation et découle d'un constat concret: puisque dans divers documents normatifs concernant les causes de béatification et de canonisation, il est fait référence aux postulateurs, il a été jugé utile de rassembler dans un seul texte la pratique et le droit pontifical particulier sur les causes des saints qui concerne directement leur fonction. Le Règlement est le fruit d'une étude conjointe, aujourd'hui j'oserais dire "synodale".

Dans quel sens?

Au début, un groupe de travail composé de postulateurs et de fonctionnaires de la Congrégation a été constitué et a rédigé un texte de base. Celui-ci a ensuite été soumis à une étude plus approfondie par tous les autres fonctionnaires du dicastère, le président du collège des postulateurs et, enfin, le congrès ordinaire. Lors de l'audience du 30 août dernier, j'ai présenté le document définitif au Pape François, qui m'a autorisé à le signer et à le rendre public. Pour cette occasion, nous avons choisi la date symbolique du 11 octobre, qui nous rappelle le début du Concile Vatican II.

Quels sont les points principaux du texte?

Tout d'abord, il y a la partie initiale, qui est très importante car elle contient les "notions générales", c'est-à-dire les normes qui établissent et définissent la figure du postulateur, indiquent ses exigences, énumèrent les tâches qu'il est appelé à accomplir, précisent le mode de nomination et traitent des aspects administratifs. Le texte comporte deux innovations qui, bien qu'elles puissent paraître restrictives, découlent en réalité de la conviction du sérieux de l'engagement requis pour toute cause de béatification et de canonisation.

Quels sont les deux nouveaux éléments?

L'article 6 bis, selon lequel les cardinaux, les évêques et ceux qui occupent des fonctions dans le dicastère, tels que les fonctionnaires, les consultants historiques, les consultants théologiques et les experts médicaux, ne peuvent être nommés postulateurs. L'article 9 parle de la limite de trente causes actives qui peuvent être confiées à un postulateur "ad casum".

Et quels sont les autres sujets couverts par le document?

Dans les parties suivantes, le Règlement traite spécifiquement et en détail du rôle du postulateur, d'abord dans la phase diocésaine d'une cause, puis dans la phase dite romaine, lorsque la procédure canonique se déroule dans la Congrégation. Enfin, le document s'attarde sur les devoirs du postulateur au moment de la béatification, de la canonisation ou de l'octroi du titre de docteur de l'Église. Le règlement se termine par quelques considérations sur le travail des postulateurs en ce qui concerne les reliques et les restes mortels.

Peut-on dessiner un profil idéal du postulateur?

Je crois que le postulateur idéal est celui qui assume et réalise la fonction qui lui est conférée comme un service : pas n'importe quel service, mais un service rendu dans l'Église et pour le bien de l'Église, pour le bien des fidèles. Le pape François, dans son discours à la Congrégation le 12 décembre 2019, en parlant des postulateurs, a souligné qu'ils doivent cultiver en eux la conscience que les causes dont ils s'occupent sont «des réalités de caractère spirituel ; pas seulement procédurales, spirituelles».

Quel est le rôle du postulateur dans une cause concernant les vertus ou le martyre?

D'un point de vue juridique, le postulateur est le représentant de l’acteur d’une cause devant le dicastère et les autres autorités ecclésiastiques compétentes. Sa tâche est donc précisément de suivre et d'accomplir en temps utile toutes les étapes prévues par la procédure canonique de béatification et de canonisation. Cela dit, le postulateur ne doit pas être réduit à un rôle juridique. En effet, comme le précise le Règlement, il promeut et coordonne toutes les activités utiles à la diffusion de la connaissance d'un candidat aux honneurs des autels et favorise son intercession. Dans ce contexte, je voudrais souligner que, avant de demander l'ouverture formelle d'une cause sur la vertu ou le martyre ou le don de la vie, le postulateur doit accorder une attention particulière et appropriée à la vérification de la présence d'une réputation authentique, durable et répandue de sainteté et de signes.

Peut-on se passer du postulateur?

La figure du postulateur et la fonction qu'il occupe restent importantes et, en même temps, délicates. Le nouveau règlement qui vient d'être promulgué, dont la nécessité se faisait sentir depuis un certain temps, en est un signe. S'ils prennent leur tâche au sérieux et avec un esprit ecclésial, les postulateurs peuvent faire beaucoup pour le bien des causes et de l'Église.

15 octobre 2021, 11:02