Recherche

Vatican News
Abbaye bénédictine de la Sainte-Croix de Säben près de Chiusa dans la province autonome de Bolzano en Italie du Nord. Abbaye bénédictine de la Sainte-Croix de Säben près de Chiusa dans la province autonome de Bolzano en Italie du Nord.   (ANSA) Vers le Synode

Cardinal Grech: la vie monastique, gardienne de la synodalité

Le cardinal Mario Grech, secrétaire général du synode, a écrit une lettre aux religieux monastiques en préparation au prochain synode sur la synodalité, qui s’ouvrira dans les Églises particulières à partir d'octobre 2021 et s'achèvera en octobre 2023. Dans cette lettre publiée en la mémoire liturgique de saint Augustin, samedi 28 août, le cardinal Grech développe trois aspects de la vie monastique traversés par la synodalité: l'écoute, la conversion, et la communion.

«Je m'adresse à vous, chers frères et sœurs, à l'approche de ce passage si décisif pour l'Église à notre époque, parce que vous êtes, avec votre précieuse vocation qui enrichit toute la communauté ecclésiale, les gardiens et les témoins de réalités fondamentales du processus synodal que le Saint­-Père nous invite à réaliser. Je crois qu'il y a trois mots, centraux de la vie monastique et contemplative, dont vous êtes les gardiens dans la vie de l'Église et dans le partage avec vos sœurs et frères: écoute, conversion, communion».

L'expérience de l'écoute

Tout d'abord «l'écoute». La vie monastique et contemplative a toujours mis au centre l'expérience de l'écoute, à tel point que souvent les règles monastiques des différentes traditions ne sont que des recueils d'expressions bibliques et évangéliques, pour affirmer que la vie monastique et contemplative est «l'incarnation» de la Parole de Dieu écoutée, méditée et intériorisée. À cet égard, on ne peut manquer de se référer au début de la Règle de Benoît, père du monachisme occidental: «Écoute, fils!» (RB, Prologue), cite le cardinal maltais.

Aussi, l'hospitalité même, si courante dans les communautés monastiques et contemplatives, est-elle une expérience d'accueil et d'écoute, qui trouve sa source dans la fréquentation des Écritures dans la lectio divina et dans d'autres approches spirituelles à la Parole de Dieu, a poursuivi le cardinal Mario Grech.

L'écoute de la différence, selon le Père Timothy Radcliffe

"Experts" de l'état de conversion

Le secrétaire général a évoqué ensuite la «conversion». La vie monastique et contemplative rappelle à toute l'Église que l'invitation à la conversion est au cœur de l'annonce même de Jésus, qui parcourait les villages de Galilée en disant: «Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche» (Mt 4, 17).

Le Baptême, vocation fondamentale pour tout homme et toute femme disciple du Seigneur, est au fond la première conversion que l'Esprit a opérée dans nos cœurs, mais toute la vie chrétienne, pour être authentique, doit rester ouverte au chemin de la conversion à Dieu et à sa Parole.

«C'est pourquoi, également pour le processus synodal suggéré par le Saint-Père à l'Église universelle, vous êtes des ‘’experts’’ d'un état de conversion tant dans les aspects positifs que dans les difficultés qui ne doivent pas décourager, mais être vécues dans un véritable esprit de foi et d'espérance», a assuré le cardinal Grech.

La communion, sceau du discernement

Le troisième mot «communion», la vie monastique en témoigne aussi: le but de l'écoute et de la conversion est la communion, assure-t-il, ajoutant: «Dans vos communautés, vous savez bien que la communion est aussi le critère ultime de discernement et de vérification du cheminement synodal. La communion ecclésiale est le sceau du discernement et la vérification du cheminement synodal».

Le cardinal Mario Grech lie enfin ces trois termes à la vocation de la prière, «rencontre dynamique de l'amour dans le Dieu trinitaire». «Il existe un ministère de la louange et de la prière dont vous êtes le signe vivant dans l'Église: dans la communauté vous avez la tâche d'exercer le ministère de prière, d'intercession et de bénédiction», a-t-il relevé, avant de conclure:

«En ce moment du processus synodal, je ne vous demande pas de prier à la place des autres frères et sœurs, mais de garder éveillé pour tous l'attention à la dimension spirituelle du chemin que nous entreprenons, afin de pouvoir percevoir l'action de Dieu dans la vie de l'Église universelle et des Églises particulières individuelles. Soyez pour tous, comme les lévites et les prêtres du Psaume, des ‘’ministres de la prière’’ qui rappellent à tous dans la louange et l'intercession que sans communion avec Dieu il ne peut y avoir de communion entre nous.»

Vers le synode sur la synodalité: communauté monastique de Grandchamp
28 août 2021, 10:00