Vatican News
Icône des martyrs de Casamari Icône des martyrs de Casamari  (RAPH@SUOR)

À Casamari, la béatification de six moines cisterciens

Dans les pages de L'Osservatore Romano, le postulateur général de l'ordre cistercien, le père Pierdomenico Volpi, présente quelques traits caractéristiques des six religieux – Siméon, Modeste, Mathurin, Albertin, Domenico, et Zosimo- qui sont béatifiés ce samedi 17 avril dans cette abbaye cistercienne du Latium par le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour la cause des saints.

par Pierdomenico Volpi

Le martyre a une connotation précise, comme nous le lisons dans le Catéchisme de l'Église catholique: il est « le témoignage suprême rendu à la vérité de la foi, le martyr est un témoin qui arrive jusqu'à la mort». On peut ainsi inclure dans ce témoignage les six religieux de Casamari: Siméon, Modeste-Marie, Maturin, Albertin, Domenico, et Zosimo.

Ayant entendu parler des violences commises par l'armée française lors de son retrait du Royaume des Deux-Siciles, de nombreux moines choisirent de quitter le monastère de Casamari. Conscients du risque, seuls les six religieux restèrent et accueillirent le groupe de soldats le 13 mai 1799.

Ils avaient pourtant des raisons valables de quitter le monastère: parmi eux, un moine qui n'avait pas prêté serment à la Constitution civile du clergé (le père Siméon Marie Cardon), un déserteur de l'armée républicaine française (le frère Mathurin Marie Pitri), un moine bohémien appartenant à l'Empire autrichien, ennemi acharné de la République française (le père Domenico Maria Zawrel), un religieux de l'abbaye de Sept-Fons qui s'était réfugié à Casamari (le frère Modeste Marie Burgen), un autre religieux français qui n'avait pas pu vivre sa vocation en France (le frère Albertino Marie Maisonade), et enfin, un jeune religieux de Milan (le frère Zosimo Maria Brambat).

Ils n'eurent même pas eu la «joie» de vivre le martyre. Les martyrs voient dans la souffrance la possibilité de verser leur sang pour le Christ, de lui ressembler dans la mort: chez les six religieux de Casamari, il n'y eut rien de tout cela, seulement de l'incertitude, de la peur et de la douleur ; ils accueillirent et nourrirent le groupe de soldats français, et furent tués comme de véritables «martyrs de l'accueil», morts comme ils ont vécu: dans la simplicité. Le père Siméon et ses compagnons étaient un «signe vivant de la présence de Dieu». Ils avaient tous suivi le Seigneur à l'école de Saint Benoît, à la manière cistercienne. Le père Siméon avait quitté la France parce qu'il ne pouvait pas vivre pleinement sa vocation de moine et avait affronté les ennemis de la foi catholique.

Le père Domenico avait abandonné à la fois sa patrie et l'ordre dominicain pour vivre plus résolument son appel à la sainteté. Un signe de la présence de Dieu est aussi le frère oblat Mathurin qui, guéri d'une grave maladie, avait quitté l'armée française pour consacrer sa vie à Dieu. Il ne fait aucun doute que tous les martyrs de Casamari, ayant choisi de se consacrer au Seigneur selon la règle bénédictine, étaient déjà un signe éloquent de la présence de Dieu et le martyre constitua un achèvement généreux de leur consécration.

L'abbaye cistercienne de Casamari
L'abbaye cistercienne de Casamari

Ils étaient aussi un «signe pour la vie éternelle». Les mots que le père Siméon dit à ses sauveteurs avant de mourir sont à cet égard significatifs: «quand j'ai pris cet habit, j'ai renoncé à l'aide des hommes. Me soumettant à Dieu seul, je ne ferai rien qui puisse abréger ma vie ou la prolonger». Le frère Zosimo est également un signe plein de sens de la vie éternelle: mortellement blessé, il réussit à se cacher pendant trois jours puis se met en route pour Boville Ernica, à la recherche d'un prêtre qui pourrait lui administrer les derniers sacrements. Il dut cependant s'arrêter en chemin et, assisté par des paysans, il mourut là.

En tant que témoins de la vie monastique, puis en versant leur sang, nos martyrs sont aujourd'hui «une graine qui a donné un fruit efficace». Après leur martyre, de nombreux fidèles affluèrent sur leurs tombes et beaucoup parmi eux obtinrent des grâces. L'affluence était telle que le supérieur de l'époque leur imposa, en vertu de leur vœu d'obéissance, de ne plus accorder de faveurs pour leur intercession.

Aujourd'hui, les témoignages des fidèles dans le livre d’or installé près de leurs tombes sont très évocateurs : «chers frères martyrs, aujourd'hui nous parlions de vous, en souhaitant votre canonisation. Maintenant, dans le silence paisible de votre sépulcre, une seule phrase coule de mon cœur : ‘Tout est accompli’. Je comprends que je désire ce qui a déjà été, et qui est. Veuillez intercéder pour votre communauté, pour ce district, pour le diocèse, pour toute l'Église».

Enfin, les cisterciens de Casamari sont des «signes de contradiction». Le martyr est un témoin du Christ, lumière du monde, mais le monde choisit les ténèbres, préférant le mensonge à la vérité. «En Occident, l’on préfère souvent une visibilité discrète dans les médias, on propose un christianisme doucereux et conciliant qui n'a pas le courage de dire le ‘oui, oui ; non, non’ évangélique. C'est pourquoi les chrétiens eux-mêmes, pour ne pas aller ‘trop’ à l'encontre de la mentalité actuelle, préfèrent ignorer l'existence des martyrs». Les martyrs de Casamari répètent, en contradiction avec le monde, que la voie du monde n'est pas la voie du Seigneur; Jésus-Christ l'affirme clairement lorsqu'il proclame bienheureux les persécutés. Benoît XVI a écrit: «même ce XXIe siècle s'est ouvert sous le signe du martyre. Lorsque les chrétiens sont vraiment le levain, la lumière et le sel de la terre, ils deviennent eux aussi, comme cela est arrivé à Jésus, l'objet de persécutions» ; comme lui, ils sont des «signes de contradiction». La coexistence fraternelle, la foi, les choix en faveur des plus petits et des plus pauvres, qui marquent l'existence de la communauté chrétienne, suscitent parfois une violente aversion.

Nos martyrs ont accepté la haine du monde parce qu'ils savaient que cette haine était due à leur foi. De certains d'entre eux, nous ne connaissons que le nom et quelques brefs traits, mais comme il a été dit : «les martyrs brillent comme des étoiles, leur témoignage est fort, encourageant et devient un suprême témoignage d'amour».

17 avril 2021, 11:09