Recherche

Vatican News
Mgr Gabriele Giordano Caccia, en novembre 2019 Mgr Gabriele Giordano Caccia, en novembre 2019 

Mgr Caccia: à l’ONU, l'intérêt commun prévaut face à la pandémie

Le représentant du Saint-Siège auprès des Nations-Unies revient sur le rôle de cette institution face à la crise actuelle. Il constate que chacun essaie de dépasser les intérêts nationaux pour œuvrer au bien-être de toute l’humanité.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

Le travail, la santé, la protection de l’environnement: trois domaines mis à rude épreuve depuis le début de la pandémie de Covid-19, et entrent souvent «en compétition» malgré une étroite interdépendance. Aux yeux de Mgr Gabriele Giordano Caccia, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York depuis novembre 2019, l’ONU doit «penser différemment le futur pour garder en harmonie ces dimensions essentielles».


Les campagnes de vaccination lancées dans différents pays apportent une note d’espoir, mais aussi le risque d’un accès inégal aux vaccins. La compétition entre laboratoires, sur fond d’intérêts nationaux et financiers, a par ailleurs été rude. «Il faut toujours trouver la solution du bien commun, qui est la solution de longue durée», prône Mgr Caccia. Le nonce tient à souligner que les acteurs de l’ONU ont à cet égard conscience de travailler non pas seulement pour leur propre pays, mais «pour toute l’humanité».

Il évoque en illustration les progrès, déjà faits ou à venir, afin de «limiter l’utilisation de certains armements»: «de petits pas qui vont dans la direction juste».

Comme le souligne le Pape François dans son encyclique Fratelli Tutti, «il faut passer du “moi” au “nous”», rappelle Mgr Caccia - qui a d'ailleurs rencontré le Saint-Père au Vatican ce 11 janvier. «Les vrais solutions sont celles qui regardent l’ensemble de la communauté», et «l’ONU cherche à travailler pour garder cet esprit», assure-t-il.  

Écoutez le témoignage de Mgr Caccia
11 janvier 2021, 15:30