Recherche

Vatican News
La Cop 21, organisée à Paris en 2015. La Cop 21, organisée à Paris en 2015.   (ANSA)

Le cardinal Pietro Parolin: «Les Accords de Paris, un défi de civilisation»

Le Secrétaire d'État du Saint-Siège a participé à un séminaire virtuel organisé ce jeudi par les ambassades britannique, française et italienne auprès du Saint-Siège à l'occasion du cinquième anniversaire des Accords de Paris sur le climat.

Vatican News

Cinq ans après les Accords de Paris sur le changement climatique, les défis restent les mêmes en matière de protection du climat, défi auquel s'ajoute aujourd'hui la pandémie de Covid 19. Tel est en substance le contenu du message-vidéo que le cardinal Parolin a délivré ce jeudi matin lors d'une conférence en ligne. Intitulée “Affronter le changement climatique, de Paris à Glasgow en passant par Milan”, cette conférence en ligne était co-organisée par les ambassades de France, de Grande-Bretagne et d'Italie près le Saint-Siège.

Dans son message, le cardinal Parolin a dressé un état des lieux de ces cinq dernières années en matière de changement climatique. Son constat est clair: si une plus grande sensibilité générale à la question du changement climatique est perceptible depuis 2015, elle est contrebalancée par une croissance «plus lente de la volonté politique» de mettre en œuvre des actions pour le combattre.

Un agenda pour le changement

Au cours de son intervention, le Secrétaire d'État du Saint-Siège a rappelé les prochaines échéances autour de la question climatique: la COP 26 qui sera organisée à Glasgow en Écosse du 1er au 12 novembre 2021 (reportée d'un an en raison de la pandémie) , précédée d'une rencontre internationale à Milan du 28 au 30 septembre organisée par "YouthForClimate", mettant en œuvre les initiatives de la jeunesse pour protéger la planète.

Le cardinal Parolin a aussi confirmé que le Pape François s'exprimerait dans une vidéo le 12 décembre, jour du 5 ème anniversaire des Accords de Paris. «Le Saint-Père interviendra et communiquera une série d'engagements significatifs de la part du Saint-Siège et de l'État de la Cité du Vatican, en mettant l'accent sur deux points» a t-il précisé.

Premièrement, le pacte entre les êtres humains et l'environnement doit mettre en évidence la dignité humaine et le bien commun, et accorder une attention particulière aux personnes les plus fragiles et les plus vulnérables qui se trouvent parmi nous.

Deuxièmement, les solutions politiques et techniques, bien que nécessaires, ne sont pas suffisantes.  Elles doivent être complétées par un processus éducatif qui encourage, en particulier chez les jeunes, de nouveaux modes de vie et un nouveau sens de notre humanité commune, ce qui entraînera des changements dans notre façon de voir les choses.

Des rendez-vous à ne pas manquer

Le cardinal Parolin est revenu aussi sur l'importance des prochaines conférences internationales: «À la COP 26, nous ne pouvons pas manquer l'occasion de rendre manifeste ce moment de changement et de prendre des décisions concrètes et incontournables» a t-il plaidé.  Selon lui, il est nécessaire «d'élaborer un nouveau modèle culturel basé sur la culture du soin, comprise comme le soin des autres, le soin de l'environnement, au lieu de la culture de l'indifférence, de la dégradation et du rejet : le rejet de soi-même, des autres, de l'environnement». Un modèle, a-t-il précisé qui «doit reposer sur trois concepts: la conscience, la sagesse, la volonté». 

La COP26 qui sera célébrée après "le test de la pandémie", a conclu le cardinal, «sera un moment central pour mesurer et stimuler la volonté collective et le niveau d'ambition des différents États.»

10 décembre 2020, 13:15