Recherche

Vatican News
photo d'illustration photo d'illustration 

Mgr Paglia: la famille, un lieu de stabilité précieux en temps de pandémie

Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, a montré auprès d’acteurs de la pastorale familiale en Colombie combien la famille constitue une «forme sociale unique» sans équivalent. Il appelle également à une consolidation du lien entre les paroisses et les familles.

«La famille, malgré toutes les attaques, reste solide, par sa force interne: il n'y a pas de substituts ou de fonctions équivalentes de la famille»: c'est ce qu'a rappelé Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, mercredi 21 octobre. Le prélat s’adressait aux délégués de la pastorale familiale des diocèses de Colombie lors d’une conférence en ligne sur le thème “La famille à l'heure de la pandémie et de l’après-pandémie”. Dans le contexte actuel, a-t-il souligné, «c'est la famille, avec toutes ses faiblesses, qui est le lieu du refuge et de la stabilité. Cette période de pandémie montre clairement que la famille est une forme sociale unique (...). La famille, dans un monde où le choix est toujours et seulement temporaire, est néanmoins le lieu de relations fortes qui ont un impact profond sur la vie de chacun de ses membres», a poursuivi Mgr Paglia.

Il a ensuite souligné que les Églises doivent aussi avoir les caractéristiques d'une communion familiale et qu'un tournant ecclésiologique est indispensable, une nouvelle façon d'être Église, une Église comprise comme «famille de Dieu». «Le Pape François, a-t-il rappelé, avec l'exhortation apostolique Amoris Laetitia, demande un profond renouvellement de l'Église». Aux familles, il est demandé de communiquer l'«Évangile de la famille», comme réponse à un besoin profond inscrit au cœur de la personne humaine et de la société elle-même.

Développer une «fraternité entre les familles»

Le président de l'Académie pontificale pour la vie a ensuite fait remarquer qu'il existe aujourd'hui un profond fossé séparant les familles de la communauté chrétienne, et que les familles sont souvent repliées sur elles-mêmes, peu familières de communautés paroissiales, souvent prises dans une bureaucratie exagérée. Il faut donc envisager un nouvel horizon qui redessine la paroisse, pour que celle-ci soit une communauté elle-même familiale. «Je crois qu'il est décisif pour la pastorale d'inventer ce que j'appellerais la “fraternité entre les familles”», a précisé Mgr Paglia, en soulignant qu'il ne s'agit pas seulement de repenser la pastorale familiale, mais de faire en sorte que l'ensemble de la pastorale se fasse dans une perspective familiale. Cette «fraternité entre les familles» devrait être promue à un niveau général, impliquant toutes les paroisses et associations. Cela permettrait de développer une présence non seulement dans la vie de la paroisse, mais aussi dans la vie de la ville et de toute la société, où les familles sont appelées à apporter leur contribution, telles un levain dans la pâte.

Vatican News Service – TC

22 octobre 2020, 15:31