Recherche

Vatican News
Le cardinal Parolin lors de la conférence de l'ONU sur les migrations de Marakech le 10 décembre 2018. Le cardinal Parolin lors de la conférence de l'ONU sur les migrations de Marakech le 10 décembre 2018.   (AFP or licensors)

Nations Unies: le cardinal Parolin réaffirme le soutien au multilatéralisme

Le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin participe à la réunion virtuelle pour commémorer le 75e anniversaire des Nations Unies. Il a transmis un message aux participants, invitant à «travailler ensemble pour surmonter les pires fléaux du monde» et pour répondre aux espoirs des peuples.

Vatican News

Cette année, en raison de la pandémie de coronavirus, l’Assemblée générale des Nations unies se déroule virtuellement, sans déplacement des chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres, alors que l'institution célèbre son 75ème anniversaire.

À cette occasion, le cardinal Pietro Parolin a posé un regard historique sur les Nations Unies, dont le Saint-Siège est observateur permanent depuis 1964. La pandémie de Covid 19 nous l’a démontré, «nous ne pouvons pas continuer à ne penser qu'à nous-mêmes ou à encourager les divisions», nous devons «travailler ensemble pour porter les fardeaux qui affecte l’humanité», a relevé le Secrétaire d’État du Saint-Siège.

Justice et dialogue

Les Nations Unies sont ainsi invitées à constituer un "centre moral" où «chaque pays est chez lui (…) et où la communauté internationale, dans un esprit de fraternité et de solidarité, propose des solutions multilatérales aux défis mondiaux». Le cardinal Parolin rappelle, dans ce message vidéo, qu’au cours de ces 75 dernières années, les Nations Unies ont œuvré en faveur du droit international, en promouvant un monde fondé sur l'État de droit et la justice plutôt que sur les armes et la puissance.

L’institution s’est engagée à soulager les souffrances des peuples et à lutter contre la pauvreté, à «protéger notre maison commune et à défendre les droits de l'homme» et notamment la protection de la vie et la liberté religieuse, essentielles à la promotion d'un monde où la dignité de chaque personne humaine est protégée, a également observé le cardinal Parolin, rappelant l’importance du développement humain intégral. Elle s'est aussi efforcée de mettre fin aux guerres et aux conflits, à travers la diplomatie et la négociation.

Privilégier le bien commun

Le Secrétaire d’État du Saint-Siège note qu’«il y eu des revers, voire des contradictions et des échecs». «Les Nations Unies ne sont pas parfaites, elles n'ont pas toujours été à la hauteur de leur nom et de leurs idéaux», poursuit-il, lorsque les intérêts particuliers ont triomphé du bien commun.

Dans un monde en pleine mutations, l’institution est donc appelée à «revitaliser l'esprit original» afin de faire siens les principes et les objectifs de la Charte. Les Nations Unies sont encore plus nécessaires aujourd’hui, conclu le cardinal Parolin, pour répondre aux nombreux espoirs des peuples.

22 septembre 2020, 11:04