Recherche

Vatican News
(Image d'illustration) (Image d'illustration) 

Le cardinal Turkson assure les travailleurs de la Mer de la proximité de l’Église

Le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral, a diffusé une lettre à l’occasion du Dimanche de la Mer, traditionnellement célébré le deuxième dimanche de juillet afin de prier pour les gens de mer qui travaillent loin de leur pays, de leur famille et de leur Église locale. En raison de la pandémie de Covid-19, les célébrations pourront toutefois être décalées à une autre date.

Lors de la prière de l'Angélus, le Pape François a adressé «un salut à tous ceux qui travaillent en mer, spécialement ceux qui sont éloignés de leurs proches et de leur pays», à l'occasion du Dimanche de la Mer célébré ce 12 juillet, et qui a donné lieu à la publication d'un texte du préfet du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral.

Dans ce message, le cardinal Turkson revient longuement sur les bouleversements provoqués par la pandémie, en reprenant la métaphore maritime utilisée par le Pape François lors de la bénédiction Urbi et Orbi exceptionnelle du 27 mars dernier : «Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Dans cette barque… nous nous trouvons tous».

«Nous pensons aux parents et aux amis des innombrables victimes du coronavirus (dont beaucoup de gens de mer) et nous nous sentons angoissés et désorientés à cause de l’incertitude du futur», écrit le cardinal Turkson, en remarquant que l’industrie maritime a continué à fonctionner malgré les mesures de confinement prises sur les sols de nombreux pays. «Les navires qui transportent environ 90% des produits qui nous sont nécessaires pour continuer à vivre normalement dans ces circonstances difficiles, comme les produits pharmaceutiques et les équipements médicaux, ont continué à naviguer sur les mers. Avant de s’arrêter totalement, l’industrie des croisières a lutté pour convaincre les gouvernements et les autorités portuaires à maintenir les ports ouverts pour faire débarquer leurs hôtes en toute sécurité. En même temps, elle a cherché frénétiquement la façon de contenir la diffusion de l’infection parmi les passagers et les équipages des navires qui étaient devenus des incubateurs pour la Covid-19».

Les marins ne doivent pas rester isolés

Le cardinal ghanéen remarque le manque d’adaptation des règles pour le personnel à bord: «Les membres d’équipage, qui avaient déjà passé entre six à dix mois à bord, ont dû supporter l’inconvénient majeur de voir prolonger leur période de travail, avec pour conséquence un accroissement de la fatigue personnelle et d’une absence prolongée loin des leurs et du confort de leurs foyers. Les 100 000 marins qui, chaque mois, terminent leur période contractuelle et sont impatients de rentrer chez eux n’ont pas pu le faire à cause de l’explosion de la Covid-19 et de la fermeture des frontières nationales qui s’en est suivie, ainsi que de l’annulation des vols.»

« À cause de l’impossibilité de descendre à terre et de l’accès limité au port pour effectuer des visites à bord, les marins souffrent d’isolement à bord des navires et d’un grave stress psychologique qui conduit de nombreux équipages au bord du désespoir et qui va, parfois, hélas, jusqu’au suicide», alerte le cardinal. Il souligne aussi que certaines pathologies médicales n’ont pas été prises en charge en raison de la saturation des services médicaux en cette période de pandémie, mais aussi d’une forme de peur généralisée et parfois irrationnelle qui a provoqué une suspicion sur tous les marins, considérés comme des porteurs potentiels de ce coronavirus. Souvent, les employeurs n’ont pas assumé leur responsabilité de protection sociale. La piraterie, qui a augmenté de 24% sur les trois premiers mois de 2020 par rapport à la même période en 2019, est aussi un facteur d’angoisse pour le personnel maritime.

Face à toutes ces souffrances, le cardinal Turkson assure donc les marins de la solidarité des aumôniers: «Il seront avec vous au cours des prochains mois, quand votre capacité de résilience sera mise à l’épreuve, et ils chercheront à répondre à vos besoins matériels et spirituels. Ils seront toujours à vos côtés, en soulageant vos préoccupations, en défendant votre travail et vos droits et en luttant contre la discrimination.»

Il annonce par ailleurs que l’intention de prière universelle du Pape François le mois prochain sera consacrée au monde maritime: «Toutes les communautés catholiques du monde seront invitées à prier pour tous ceux qui travaillent et vivent de la mer, notamment les marins, les pêcheurs et leurs familles.»

La prière à Marie, Étoile de la Mer

Une prière mariale a par ailleurs été composée à l’occasion de ce Dimanche de la Mer. En voici le texte intégral :

«Bienheureuse Vierge Marie, signe du visage maternel de Dieu, nous nous tournons vers toi avec une confiance filiale en ce temps de pandémie. Garde en Ton Cœur immaculé les gens de mer, les pêcheurs et leurs familles. Par leur travail, ils assurent à la famille humaine la nourriture et l’approvisionnement en biens de première nécessité.

Signe de la proximité du Père, soutiens-les dans leurs épreuves et protège-les de tous les dangers: l’isolement, le grave stress physique et mental, les longues périodes passées à bord des bateaux, l’éloignement d’avec leur famille, leurs amis et leur pays, la peur de la contamination, les tentatives d’enlèvement par des pirates, les vols à mains armées.

Signe de la miséricorde du Fils, aide les aumôniers et les volontaires de la Stella Maris à écouter les gens de mer, en cherchant à répondre à leurs besoins matériels et spirituels, en étant à leurs côtés, en soulageant leurs préoccupations, en défendant leurs droits sociaux et en combattant la discrimination.

Signe de la fécondité de l’Esprit et avocate des navigants, ramène sur la voie de la justice les armateurs, les agences de recrutement et les dirigeants sans scrupules qui, prenant prétexte de la pandémie, annulent leurs obligations vis-à-vis des marins. Rends-nous solidaires de ceux qui ont perdu leurs revenus.

Signe de consolation et d’espérance sûre, accueille tendrement entre tes bras les victimes du coronavirus, particulièrement les marins qui se sont suicidés. Étoile de la Mer, prie pour nous. Amen !»

12 juillet 2020, 10:53