Recherche

Vatican News
Les locaux du FAS au vatican Les locaux du FAS au vatican 

La santé au Vatican: le FAS a un nouveau directeur

À l’occasion de la nomination par le Pape François du nouveau directeur du Fonds d’assistance sanitaire du Vatican, en la personne de Giovanni Battista Doglietto, nous revenons sur le fonctionnement de cette structure qui fournit tous les services de santé au Vatican.

Vatican News

Responsable du service de chirurgie digestive depuis 1996 à l’hôpital romain du Gemelli, Giovanni Battista Doglietto, 72 ans, a été nommé par le Pape François ce samedi 18 juillet pour succéder à Stefano Loreti à la direction du FAS, le fonds d’assistance sanitaire du Vatican. Cet Italien originaire de Turin fut le premier assistant du professeur Francesco Crucitti lorsque celui-ci opéra Jean-Paul II après l’attentat du 13 mai 1981 place Saint-Pierre.

Le Fonds d'assistance sanitaire (FAS) a été créé en juillet 1953, en faveur du personnel dépendant de l'APSA (Administration du Patrimoine du Siège Apostolique) et du Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican. Cet organisme fournit ainsi des soins de santé au personnel, en service et à la retraite, de la Curie, du gouvernorat et des organismes gérés administrativement par le Saint-Siège, même ceux qui n'ont pas de siège légal dans l'État de la Cité du Vatican.

Solidarité entre employés

«Tout en tenant compte des exigences de durabilité économique», le FAS basé sur la doctrine sociale de l'Église, «doit absolument et en toute circonstance, garder la personne malade au centre de son attention, lui faisant ressentir toute la tendresse dont elle a besoin», explique le président du Fonds car, poursuit Mgr Mistò dans un entretien accordé à Vatican News, «la maladie est la "périphérie existentielle" où chacun, tôt ou tard, directement ou par l'intermédiaire d'un proche, est destiné à passer».

Avec un prélèvement mensuel retenu sur leur salaire, les employés du Vatican et du Saint-Siège contribuent financièrement au FAS, qui remboursera les soins à apporter aux malades en s’appuyant sur ses besoins et non sur sa participation financière personnelle. Les biens portants paient pour les personnes souffrantes selon un principe de solidarité. Toutefois, afin «d'éviter des déséquilibres excessifs», précise Mgr Mistò, «on demande à ceux qui bénéficient des traitements d'en payer une partie».

Une réforme pour pérenniser la structure

En raison de coûts non-soutenables sur le long terme et enregistrés sur une période de cinq ans, le nouveau conseil d’administration du FAS a engagé un processus de réforme en 2017, pour plus d'efficacité, de transparence et d'utilisation vertueuse des ressources économiques disponibles afin, in fine, de garantir la pérennité future de la structure. En deux ans, des économies d'environ 5 millions d'euros ont été réalisées.

Le président du Fond d’assistance sanitaire souligne enfin que le FAS ne dispose pas de capital de dotation et exerce ses activités «au profit de ses membres en utilisant exclusivement les cotisations versées mensuellement». Et parce que le budget doit «nécessairement être clôturé en équilibre», il n'est donc pas possible de réaliser et de mettre de côté des bénéfices budgétaires. «Tout ce qui est économisé par rapport au budget approuvé ne peut être conservé et/ou affecté à des investissements de quelque nature que ce soit, mais doit être restitué aux administrations qui financent le Fonds» conclut-il.

18 juillet 2020, 13:45