Recherche

Vatican News
Messe célébrée par le cardinal Angelo Comastri, le 15 mars 2020, en la Basilique Saint-Pierre.  Messe célébrée par le cardinal Angelo Comastri, le 15 mars 2020, en la Basilique Saint-Pierre.   (Vatican Media)

Comastri: le succès de la récitation du chapelet depuis la Basilique Saint-Pierre

Au moins un million et demi de personnes regardaient quotidiennement la diffusion du chapelet à midi pendant le confinement en Italie. Et des milliers de lettres arrivent encore aujourd'hui. C'est toute la réussite de la prière du chapelet et du Regina Cœli récité quotidiennement par le cardinal Angelo Comastri et diffusé en direct de la Basilique Saint-Pierre pendant la phase aiguë de la pandémie.

«Une audience impressionnante que je n'aurais jamais pu imaginer», a affirmé le cardinal italien, archiprêtre de la Basilique Saint-Pierre, rapportant de nombreux témoignages d'une foi découverte ou redécouverte par ceux qui se sont joints aux prières, souvent avec une constance quotidienne. Une expérience qui n'aurait dû se poursuivre que quelques jours après le 11 mars. 

Et pourtant, semaine après semaine, elle s'est poursuivie jusqu'à la fin mai, avec une courte pause pendant la Semaine Sainte, pour un total de 66 rendez-vous. «J'ai été bouleversé par les événements», a déclaré le cardinal, évoquant les invitations pressantes des fidèles à continuer.

La rencontre avec Jésus résout tout

 «Maintenant que la Basilique a repris son rythme de célébrations, cela devient plus difficile, mais si les conditions étaient créées, je serais prêt à continuer tant que je vivrai». «Je peux le dire avec une extrême sincérité: j'ai eu la confirmation que les gens ne se tournent vers le prêtre que pour obtenir de l'aide dans leur rencontre avec Jésus. Si nous leur donnons d'autres choses, cela ne résout pas les problèmes. Ce qui change la vie, c'est la rencontre avec Jésus», en a-t-il conclu.

La prière s’achevait chaque jour par l’invocation à Marie «afin qu’elle nous libère du fléau de l’épidémie»:

«Ô Marie, par ton oui humble et libre

tu es devenue le premier berceau de Dieu,

le premier tabernacle du Très-Haut,

le commencement du dernier chapitre de l’histoire.

Tu as vu les apôtres heureux autour de Jésus.

Puis tu les as vus tristes à l’heure de la Passion

et tu as recueilli dans le creux de ta main

leurs larmes de peur et de désarroi.

Marie, Mère de l’Église,

tu n’as pas eu peur quand est arrivée la Croix.

et tu as éprouvé de nouveau l’émotion de Bethléem

quand, de la Croix, Jésus t’a appelée Mère

ouvrant de nouveaux horizons à ta maternité.

Tu as senti le frémissement de la Pentecôte

et tu as vu les apôtres sortir du Cénacle,

poussés par une vague d’enthousiasme

qui arrive, inaltérée, jusqu’à nous.

Marie, Mère de l’Église,

serre-nous contre toi

et donne-nous le battement du Coeur de ton Fils Jésus.

Amen ».

08 juin 2020, 15:38