Recherche

Vatican News
Mgr Fisichella et le Pape François lors d'un entretien en 2017. Mgr Fisichella et le Pape François lors d'un entretien en 2017. 

Rosaire du Pape: Mgr Fisichella rappelle la force de la piété mariale

Les Sanctuaires du monde entier, en lien avec le Pape François qui priera devant la Grotte de Lourdes dans les Jardins du Vatican, vont élever leurs prières pour la fin de la pandémie. Le Président du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Evangélisation, qui organise l'événement, explique l'importance de prier Marie, dans les foyers et dans les lieux communautaires, afin qu’elle intercède pour l'humanité souffrante.

Eugenio Bonanata et Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

Le rendez-vous est fixé cet après-midi à 17h30 : une prière à Marie, la Vierge et la Mère, depuis la Grotte de Lourdes dans les Jardins du Vatican, et en communion avec les principaux Sanctuaires des cinq continents. «Assidus et unis d’un seul cœur dans la prière, avec Marie» (cf. Actes 1, 14), tel en est le thème.

Ce sera un moment extraordinaire pour appeler à l'aide face à la pandémie qui, à ce jour, a fait près de 6 millions de personnes infectées et plus de 360 000 victimes dans le monde. Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, qui organise ce temps de prière, revient sur la valeur de l'initiative :

Entretien avec Mgr Fisichella

Le sens est de relier le monde ensemble, de redécouvrir l'importance de la prière du chapelet dans nos maisons, avec nos familles. Le Pape s'est montré très satisfait de cette initiative. En effet, il y participera directement, et avec lui il y aura des milliers de sanctuaires reliés à ce moment-là, en particulier 40 sanctuaires dispersés dans différents pays : il y aura Aparecida au Brésil et Luján en Argentine, il y aura aussi d'autres sanctuaires, de la Corée à Fatima, de Lourdes à Częstochowa et à Notre-Dame de Banneux, et il y a les sanctuaires italiens de Loreto, de Padre Pio à San Giovanni Rotondo, de Pompéi, et bien d'autres encore.

Comment se fera le lien avec les sanctuaires, et comment a été conçu l'événement ?

N'oublions pas que le public à la maison - puisqu'il s'agira d'une émission de télévision en direct - verra le Pape François prier devant la grotte de Lourdes dans les jardins du Vatican. C'est une grotte qui a été reproduite comme la grotte de Lourdes et la chose intéressante, que peu de gens savent, est que l'autel qui se trouve dans la grotte est le premier autel original qui se trouvait à la grotte de Lourdes. Il a été remis au Saint-Père comme un grand cadeau. Ainsi, ceux qui se joindront à nous pour prier verront le Pape François dans cet espace, devant la Grotte, en plein air. Il y aura des personnes qui prieront le chapelet avec le Saint-Père, qui sont symboliquement les personnes les plus actives en ce moment. Il y aura un médecin et une infirmière, représentant comme nous le savons tous les médecins et tout le personnel médical qui ont travaillé sans relâche pendant ces mois. Puis il y aura un pharmacien, un prêtre aumônier à l'hôpital Spallanzani, qui, comme nous le savons, est l'hôpital de la capitale pour les maladies infectieuses. Il y aura des personnes consacrées qui ont également été infectées et qui ont été guéries ; il y aura également la protection civile pour représenter tous ceux qui ont témoigné du travail bénévole, et enfin, et ce n'est pas le moins important, j'aime à le rappeler, il y aura aussi Jacopo, un enfant d'à peine un mois, que nous avons choisi avec ses parents, parce qu'il est né pendant cette période dramatique. Jacopo est celui qui donne de l'espoir, il est celui qui nous fait comprendre que la vie continue et continuera toujours, parce que l'homme est fait pour la vie, il est fait pour vivre.

Comment les sanctuaires ont-ils réagi à votre proposition ?

Très positivement, je dirais que nous avons presque été “inondés” par les sanctuaires. N'oublions pas qu'il existe un réseau très bien organisé entre les sanctuaires. En Italie, par exemple, il existe l'association des sanctuaires italiens qui en rassemble plus de 300. C'est la même chose en France, en Espagne, en Amérique latine… Il existe une association de sanctuaires pour l'Europe qui existe depuis quelques années et que nous continuons à faire vivre. Rouvrir nos sanctuaires aux pèlerins revient à redonner un témoignage de vie et de prière dont nous avions besoin.

 

30 mai 2020, 14:06