Recherche

Vatican News
Désinfection dans la basilique Don Bosco à Rome Désinfection dans la basilique Don Bosco à Rome  (ANSA)

Désinfection des biens culturels: le Conseil pontifical de la Culture en alerte

Pour permettre la réouverture des lieux culturels comme les musées dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le Conseil pontifical de la Culture partage un certain nombre de recommandations. Elles s'adressent aux personnes responsables de la garde et de la gestion du patrimoine culturel et visent à les sensibiliser pour éviter les éventuels dommages causés par une utilisation inappropriée de produits désinfectants ou l'application de procédures incorrectes dues à une méconnaissance en la matière.

La pandémie de Covid-19, de menace pour la santé des êtres humains, ne doit pas devenir indirectement une menace pour le patrimoine culturel. C'est pourquoi le Conseil pontifical de la Culture a publié un document pour fournir des «indications aussi simples que nécessaires pour éviter de causer des dommages irréversibles aux objets les plus précieux et les plus délicats présents dans nos églises».

La désinfection des environnements, des vêtements, des récipients sacrés pour le lieu de culte - précise le Conseil - est «nécessaire en cette période d'urgence sanitaire», mais «des rapports ont été reçus de différents endroits» concernant «l'utilisation de détergents non appropriés pour les objets d'art et le patrimoine culturel». Il est notamment fait référence à l'utilisation de produits corrosifs, tels que l'eau de Javel, l'ammoniac et les détergents qui génèrent des résidus très nocifs et ne doivent donc pas être utilisés dans les complexes monumentaux, les bâtiments historiques, les sites archéologiques, sur les objets, les biens meubles, les textiles et les broderies, car ils pourraient causer des dommages irréversibles.

Vademecum partagé par le Conseil pontifical de la Culture

D'où la nécessité de proposer un vademecum qui, est-il précisé, n'a pas été élaboré par le Conseil pontifical de la Culture, mais est partagé par celui-ci. Le principe est que «le patrimoine culturel est un bien non renouvelable». Par conséquent, «toute action susceptible d'affecter son état de conservation doit être connue, évaluée, documentée et convenue avec des experts de manière adéquate». Le «bon sens» est recommandé : «le savon est un bon agent désinfectant pour le Covid-19», donc sur les surfaces et les sols il vaut mieux utiliser «des solutions hydroalcooliques diluées ou des savons neutres, toujours appliqués sous pression contrôlée et sous les conseils d'un technicien en conservation du patrimoine culturel».

Les responsables de ces opérations, ainsi que tous ceux qui sont en contact avec le patrimoine, sont invités à utiliser des gants, des masques et des vêtements qui peuvent être lavés après l'opération de nettoyage. L'utilisation de la fumigation et de la pulvérisation n'est pas recommandée pour les biens immobiliers. En opérant sur des églises, fermées depuis plus d'un mois, il est peu probable que le virus ait survécu dans cet environnement. Il est toujours nécessaire de «ventiler les espaces tant pour la sécurité et la santé des travailleurs et des fidèles» que «pour la bonne conservation du patrimoine culturel».

Quant au patrimoine mobile, si l'on soupçonne qu'il peut être contaminé, il est suggéré de le retirer ou de le délimiter dans une zone inaccessible pendant au moins quatorze jours. Ne désinfectez jamais une œuvre d'art, un objet historique ou un document avec de l'alcool ou des produits de nettoyage. Sinon, sur divers objets sans intérêt historique tels que les rampes, les boutons, les mains courantes, un nettoyage plus approfondi est recommandé, en prenant soin d'éviter l'utilisation de substances qui pourraient endommager les finitions et les surfaces.

21 mai 2020, 13:22