Recherche

Vatican News
Le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé. Le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé.  (Vatican Media)

Cardinal Stella: «un nouveau désir d'évangélisation s'est éveillé chez les prêtres»

Dans un entretien à l'Osservatore Romano, le Préfet de la Congrégation pour le clergé revient sur la signification du Jeudi Saint et l'impact de la pandémie de coronavirus sur les prêtres, qui, malgré les difficultés, essaient d'exercer pleinement leur ministère pastoral.

Entretien réalisé par Nicola Gori - L'Osservatore Romano

C'est un Jeudi Saint différent des autres, celui de l'année de la pandémie de Covid-19. Ce jeudi 9 avril, le Pape, qui n'a pas célébré la messe chrismale le matin, préside l'après-midi la messe de la Cène du Seigneur à l'autel de la chaire de la basilique Saint-Pierre, mais sans le rite du lavement des pieds, déjà facultatif, ni la procession de l'offertoire, ni enfin la reposition du très saint sacrement. Comme lui, tous les prêtres, surtout en ces temps de Triduum, expérimentent de nouvelles façons d'être proches du peuple de Dieu, en utilisant également les réseaux sociaux. Ils essaient de vivre pleinement leur ministère pastoral, sans oublier que l'histoire biblique enseigne que même dans les moments les plus sombres et les plus dramatiques, le Seigneur suggère des espaces alternatifs pour le louer et le servir. Le cardinal Beniamino Stella, préfet de la Congrégation pour le clergé, en parle dans cet entretien avec L'Osservatore Romano, espérant que les gens - une fois l'urgence passée - se tourneront vers les prêtres avec la même gratitude que celle manifestée pour l'engagement héroïque des médecins, des infirmières, des agents de santé et des forces de l'ordre.

Cette année, en raison de la pandémie, la messe chrismale du Jeudi Saint n'est pas célébrée dans de nombreux diocèses, mais reportée à une date à fixer. Comment renouveler les promesses sacerdotales dans un contexte d'urgence dramatique ?

L'histoire biblique nous raconte tant de fois des situations de grande crise et des drames pour le peuple, dans lesquels même le Temple est détruit et il devient impossible de pratiquer le culte. À cet égard, les paroles de Jérémie sont inquiétantes : "Même le prophète et le prêtre parcourent le pays et ne savent pas quoi faire" (14:18). Pourtant, dans ces circonstances apparemment sans espoir, Dieu suggère d'autres espaces pour le louer et le servir ; de cette façon, il nous purifie aussi de certains de nos schémas pastoraux aduratiques et de certaines formes trop extérieures, qui peuvent parfois obscurcir la beauté de l'Évangile et la fraîcheur du rite liturgique.

Il est bien connu que dans la messe chrismale, ainsi appelée parce que l'évêque consacre les huiles pour les sacrements du baptême, de la confirmation, de l'ordre sacré et de l'onction des malades, le rite prévoit le renouvellement des promesses sacerdotales, qui rendent explicites les engagements pris le jour de l'ordination en relation avec la vie et le ministère de chacun. Maintenant, si ces promesses veulent exprimer l'identité profonde du prêtre, c'est-à-dire qu'il ne reçoit pas l'ordination à sa propre satisfaction, mais qu'il est un signe vivant du Christ Bon Pasteur qui offre sa vie pour ses frères, le Jeudi Saint nous avons l'occasion de les renouveler non seulement par nos lèvres et dans la prière de la messe chrismale, mais cette fois en portant sur nos épaules l'immense souffrance du peuple et de l'humanité chrétienne, en nous offrant comme intercesseurs devant le cœur de Dieu.

Tout en respectant les distances de précaution qui nous sont demandées, nous avons de nombreuses possibilités d'exprimer une proximité humaine et spirituelle et de témoigner de manière appropriée de l'offrande de notre vie pour le troupeau. Dans le silence du cœur, c'est une authentique prière qui plaît au Père et qui tombe sur le peuple de Dieu comme un baume qui apaise la solitude, la peur et le mal. Je suis certain que le matin du Jeudi Saint, souffrant intérieurement de l'absence du geste liturgique, aucun prêtre n'a oublié de se placer devant le Seigneur en renouvelant humblement et profondément les promesses d'ordination.

Comment les prêtres peuvent-ils exercer leur ministère pendant cette période ?

Je suis convaincu que c'est une bonne occasion pour le prêtre, lorsqu'on le lui demande devant Dieu et le peuple chrétien, de s'arrêter, de discerner et d'évaluer la tragédie que nous vivons, dans le cadre de sa responsabilité ministérielle. J'observe que précisément ces semaines-ci, un nouveau désir d'évangélisation et de soin pastoral du peuple de Dieu s'est éveillé chez les prêtres et, par conséquent, une créativité émerge qui nous rend proches des personnes qui ressentent, à notre surprise, la "faim" de l'Eucharistie. Jamais peut-être les communautés n'ont perçu dans leur cœur cette véritable nostalgie de leur église, des rencontres fraternelles qui s'y tiennent et surtout de la célébration de la messe. Les prêtres, notamment grâce à l'utilisation des réseaux sociaux et aux nombreux outils de communication numérique, ont ensuite pris part à une série d'initiatives qui se déroulent sur le web, en essayant d'offrir une riche variété de messages, de prières, d'homélies et de méditations sur la Parole de Dieu, et plus encore. C'est ainsi qu'ils peuvent exercer un véritable ministère, même en temps de pandémie, en restant proches, même s'ils sont éloignés.

Avez-vous trouvé des moyens intéressants pour le ministère pastoral ?

En réponse à une situation de grande fatigue et de souffrance, qui a paralysé nos énergies et contraint les gens à un isolement forcé, d'autres initiatives pastorales de présence, non seulement virtuelles, ont été activées, qui par des gestes et des paroles atteignent le cœur des fidèles. Aussi dans ces nouveautés créatives, le Saint-Esprit agit et soutient le voyage des croyants, à l'heure de la traversée du désert. Il y a cependant un aspect à ne pas négliger, qui appelle les prêtres à une attention pastorale particulière : ce moment difficile peut aider les gens à redécouvrir la dimension de l'Église domestique, la beauté de la prière en famille, l'importance de la lecture de l'Évangile dans leur propre maison. Afin d'aider le peuple chrétien à redécouvrir la profondeur de sa relation avec Dieu, je suis conscient que de nombreux curés, par exemple, préparent pour les familles des dépliants similaires à ceux de la messe, dans lesquels sont également indiqués, outre les lectures dominicales et une brève réflexion, un signe à placer au centre de la table, un geste chrétien à partager, la récitation du Notre Père ou une prière mariale. Nous avons également vu de petites branches d'olivier et des dessins bibliques des enfants exposés à l'extérieur des maisons comme autant d'expressions vivantes de la foi de la famille.

Comment le prêtre peut-il éviter la tentation - dont le Pape l'a mis en garde ces derniers jours - "d'être Don Abbondio" ? (Personnage d'un roman italien qui par peur refuse de célébrer des sacrements, NDLR)

Tout d'abord, la conviction intérieure, pour tout prêtre, doit être la suivante : la suspension des liturgies et les distances de sécurité ne doivent jamais devenir un alibi pour l'isolement ou le repos. Je ne doute pas que les prêtres aient été touchés par le sacrifice de tant de frères morts dans la contagion ; dans leur souffrance et dans l'isolement des services médicaux, regardant l'éternité en face, ces prêtres auront prié et offert leur vie pour leurs communautés, portant devant le Seigneur dans le tourment de la maladie, les besoins matériels et spirituels de leur peuple. Avec leur cœur, ils auront vu les visages de leurs jeunes en crise de foi et de tant de mères qui peinent et souffrent pour soutenir la fatigue et le labeur de leurs familles. En parlant avec certains prêtres, j'ai été ému d'entendre au téléphone la voix brisée par un véritable hoquet en raison de l'impossibilité humaine d'aider les fidèles dans le drame actuel.

J'ai donc perçu la valeur de la prière d'intercession pour le peuple de Dieu, soulignée à maintes reprises par le Pape François, comme lorsqu'il a demandé aux prêtres de "lutter avec Dieu" en faveur de leurs fidèles. J'ai aussi recueilli le labeur des prêtres, épuisés par les conversations avec les gens sur le téléphone portable, qui ressentent l'importance de ce soutien spirituel dans le désespoir de tant de cœurs. Contrairement au "Don Abbondio" fermé dans le presbytère dont le Pape a parlé, je vois aussi le prêtre sur les bancs de son église, attendant la visite de quelques fidèles, prêt à donner sa bénédiction et à dire un mot d'espoir et de consolation.

Comme le Pontife nous l'a recommandé au début de cette douloureuse tragédie, j'imagine que dans certains cas, les pasteurs ont également pu apporter l'onction des malades ou le saint Viatique à la maison d'un mourant. J'ai été fortement impressionné par l'exemple des fidèles laïcs - médecins ou infirmières - qui ont pu manifester leur foi en Jésus ressuscité en dessinant le signe de la croix sur le front des mourants. Nous ne pourons jamais oublier le geste des prêtres qui sont passés devant les cercueils de leurs fidèles avec la bénédiction de l'Église, confiant les morts, passés à la vie éternelle, au cœur miséricordieux de Dieu le Père, apportant dans leur propre personne, ne pouvant faire autrement, la présence de toute la communauté. Tout bon prêtre aura su inventer sa propre formule, ses propres gestes, en recueillant l'impulsion intérieure de son être de pasteur et celle de la voix de l'Esprit Saint qui le conduit à être actif et vigilant auprès de son peuple, selon les coutumes culturelles et liturgiques de chaque pays. J'aimerais vraiment qu'un jour, lorsque nous sortirons de cette pandémie infinie, nous pensions aux prêtres avec une gratitude et une affection semblables à celles avec lesquelles tant de gens parlent aujourd'hui des médecins, des infirmières, des travailleurs de la santé, des forces de police présentes sur le terrain jusqu'à l'héroïsme.

 

09 avril 2020, 17:03