Recherche

Vatican News
Le cardinal Angelo Comastri lors de la prière de l'Angélus en la Basilique Saint-Pierre, le 11 mars dernier Le cardinal Angelo Comastri lors de la prière de l'Angélus en la Basilique Saint-Pierre, le 11 mars dernier  (ANSA)

Cardinal Comastri: Jean-Paul II a transformé sa croix en amour

Entretien avec le Cardinal Angelo Comastri, vicaire général pour la Cité du Vatican et archiprêtre de la basilique Saint-Pierre, à propos du témoignage de Saint Jean Paul II, en particulier aux heures de souffrance, à l'occasion du 15ème anniversaire de sa mort

Alessandro Gisotti – Cité du Vatican

Cela fait 15 ans que Karol Wojtyla est mort. Les jours qui marquèrent le passage à la Maison du Père de Saint Jean-Paul II, après une longue maladie vécue avec un témoignage chrétien qui attirait non seulement les croyants mais aussi les personnes éloignées de l'Eglise, furent inoubliables. Dans cet entretien, le cardinal Angelo Comastri, vicaire général pour la Cité du Vatican et archiprêtre de la basilique Saint-Pierre, revient sur l'enseignement que le Souverain pontife polonais peut nous donner aujourd'hui, à l'heure où la pandémie de coronavirus provoque de grandes souffrances dans le monde entier.

Le 2 avril 2005, il y a 15 ans, après une longue maladie vécue en offrant un témoignage extraordinaire, saint Jean Paul II est mort. Que nous disent aujourd'hui la vie et l'exemple de Karol Wojtyla, dans un contexte dramatique comme celui que nous connaissons à cause de l'urgence du coronavirus?

La propagation de l'épidémie, l'augmentation du nombre de personnes infectées et le bulletin quotidien du nombre de morts ont trouvé la société mal préparée et ont mis en évidence le vide spirituel de nombreuses personnes. Le journaliste Indro Montanelli, peu avant sa mort, eut cette considération lucide et honnête: «Si je dois fermer les yeux sans savoir d'où je viens, où je vais et ce que je suis venu faire sur cette terre, cela valait-il la peine pour moi d'ouvrir les yeux? La mienne est une déclaration d'échec!». Ces mots de Montanelli sont une photographie de la situation d'une partie de la société actuelle. C'est aussi pour cette raison que l'épidémie est effrayante: parce que chez tant de gens, la foi s'est éteinte. Jean-Paul II était un croyant, un croyant convaincu, un croyant cohérent et la foi a éclairé le chemin de sa vie.

Malgré les nombreuses souffrances qu'il a connues et la longue maladie, Karol Wojtyla a toujours donné le sentiment à ceux qui l'ont rencontré qu'il était un homme en paix et plein de joie...

Jean-Paul II savait que la vie est une course rapide vers la grande Fête: la Fête de l'étreinte avec Dieu, l'infiniment heureux. Mais nous devons nous préparer à la rencontre, nous devons nous purifier pour être prêts à la rencontre, nous devons enlever les réserves d'orgueil et d'égoïsme que nous avons tous, afin de pouvoir embrasser Celui qui est l'Amour sans ombres. Jean-Paul II a vécu la souffrance dans cet esprit ; et même dans les moments les plus difficiles (comme le moment de l'attentat), il n'a jamais perdu sa sérénité. Pourquoi? Parce qu'il a toujours eu le but de la vie devant lui. Aujourd'hui, beaucoup de gens ne croient plus au but de la vie. C'est pourquoi ils vivent la douleur avec désespoir: parce qu'ils ne voient pas au-delà de la douleur.

Jean-Paul II a toujours trouvé dans les expériences de souffrance, de douleur, une dimension d'espérance, une occasion particulière de rencontre avec le Seigneur. Rappelons l'intégralité de la Lettre Apostolique "Salvifici Doloris". Une réflexion sur ce charisme particulier du pape polonais ?

La douleur effraie sans doute tout le monde, mais lorsqu'elle est éclairée par la foi, elle devient un élagage d'égoïsme, de banalités et de frivolités. Nous, chrétiens, nous vivons la douleur en communion avec Jésus Crucifié: en nous accrochant à Lui, nous remplissons la douleur d'Amour et la transformons en une force qui défie et surmonte l'égoïsme encore présent dans le monde. Jean-Paul II était un véritable maître de la douleur rachetée par l'Amour et transformée en antidote à l'égoïsme et en rédemption de l'égoïsme humain. Cela n'est possible qu'en ouvrant son cœur à Jésus: ce n'est qu'avec Lui que l'on peut comprendre la douleur et lui donner de la valeur.

Cette année, en raison de l'urgence actuelle, nous allons vivre une Pâques "sans précédent" afin de respecter les dispositions contre la contagion. La dernière Pâques de Jean-Paul II a également été marquée par la maladie, par l'isolement. Pourtant, nous en avons tous un souvenir indélébile. Quelle leçon pouvons-nous tirer de cette dernière Pâques du pape Wojtyla en regardant ce qui se passe aujourd'hui?

Nous nous souvenons tous du dernier Vendredi Saint de Jean-Paul II. La scène que nous avons vue à la télévision est inoubliable: le Pape, désormais sans force, tenait le crucifix de ses mains et le regardait avec un grand amour et on pouvait sentir qu'il disait: «Jésus, moi aussi je suis sur la croix comme toi, mais avec toi j'attends la Résurrection». Les saints ont tous vécu comme ça. Je me limite à rappeler le souvenir de Benedetta Bianchi Porro, devenue aveugle et sourde et paralysée à cause d'une grave maladie, qui est morte paisiblement le 24 janvier 1964. Peu avant, elle a eu la force de dicter une merveilleuse lettre à un jeune homme handicapé et désespéré nommé Natalino. Voici ce qui est sorti du cœur de Benedetta: «Cher Natalino, j'ai 26 ans comme toi. Le lit est maintenant ma maison. Depuis quelques mois, je suis également aveugle, mais je ne suis pas désespérée, car je sais qu'au fond de la rue, Jésus m'attend. Cher Natalino, la vie est une passerelle rapide : ne construisons pas la maison sur la passerelle, mais traversons-la en tenant la main de Jésus pour arriver à la Patrie». Jean-Paul II était sur cette longueur d'onde.

En cette période marquée par la pandémie, chaque jour en direct sur Vatican News et les médias qui le diffusent, de nombreuses personnes s’unissent dans la prière lors de la récitation de l'Angélus et du Rosaire. Il est naturel de penser à Jean-Paul II lié à Marie jusque dans ses armoiries épiscopales...

Oui, Jean-Paul II avait voulu que ces mots figurent sur son blason comme devise: Totus Tuus Maria. Pourquoi ? La Vierge était proche de Jésus au moment de la crucifixion et elle a cru que c'était le moment de la victoire de Dieu sur la méchanceté humaine. Comment? Par l'amour qui est la force toute-puissante de Dieu. Et Marie, peu avant que Jésus ne consomme son Sacrifice d'Amour sur la Croix, entendit les paroles exigeantes que Jésus lui adressait: «Femme, voici ton fils !» C'est-à-dire : «Ne pense pas à moi, mais pense aux autres, aide-les à transformer la douleur en amour, aide-les à croire que la bonté est la force qui surmonte la méchanceté». Depuis ce moment, Marie se préoccupe de nous et lorsque nous nous laissons guider par elle, nous sommes entre de bonnes mains. Jean-Paul II y croyait, il a fait confiance à Marie et avec Marie, il a transformé la douleur en amour.

Enfin, y a-t-il une anecdote, un mot que Jean-Paul II vous a adressé et que 15 ans plus tard vous voudriez partager aussi comme un signe d'espoir pour tant de personnes dans le monde qui souffrent, qui ont aimé et continuent d'aimer Karol Wojtyla?

En mars 2003, Jean-Paul II m'a invité à prêcher les Exercices Spirituels à la Curie Romaine. Il a également participé à ce cours d'Exercices Spirituels, avec un recueillement exemplaire. A la fin des Exercices, il m'a reçu avec beaucoup de gentillesse et m'a dit: «J'ai pensé à te donner une croix comme la mienne». J'ai joué sur le double sens du mot et j'ai dit à Jean-Paul II: «Saint Père, il vous est difficile de me donner une croix comme la vôtre...». Jean-Paul II a souri et a dit: «Non... c'est la croix», et m'a montré une croix pectorale qu'il voulait me donner. Puis il a ajouté: «Vous aussi, vous aurez votre croix : transformez-la en amour. C'est la sagesse qui illumine la vie». Je n'ai plus jamais oublié ce merveilleux conseil que m'a donné un saint.

 

 

01 avril 2020, 12:00