Recherche

Vatican News
Le père Stefanizzi avec le Pape Jean XXIII. Le père Stefanizzi avec le Pape Jean XXIII.  

Le père Antonio Stefanizzi, ancien directeur de Radio Vatican, est décédé

Le père jésuite avait été directeur de Radio Vatican de 1953 à 1967 : il avait eu 102 ans en septembre dernier. Nous vous proposons sa biographie, écrite par le Père Federico Lombardi, ancien directeur de la radio pontificale, aujourd'hui président de la Fondation du Vatican Joseph Ratzinger-Benoît XVI.

Federico Lombardi sj

Le père jésuite Antonio Stefanizzi, est décédé ce samedi 4 avril au soir à Rome, à l'infirmerie de la résidence de Saint Pierre Canisio. Il avait plus de 102 ans, dont 87 dans la Compagnie de Jésus. 

Né le 18 septembre 1917 à Matino, dans le sud de l’Italie, dans une famille nombreuse, il fut admis à 15 ans au noviciat de la province napolitaine de la Compagnie de Jésus à Villa Melecrinis al Vomero (Naples).  À la fin de son noviciat, Antonio passe par les étapes habituelles de la formation jésuite : les études philosophiques à Gallarate (1937-40) ; la période dite du «magistère» avec des études de mathématiques et de physique conclues par un diplôme à l'Université de Naples vivant au Gesù Nuovo (1940-43) ; les études théologiques à la Faculté de San Luigi au scolasticat de Posillipo à Naples (1943-46). L'ordination sacerdotale a eu lieu le 7 juillet 1946.

Elle a été suivie d'une période d'enseignement au séminaire pontifical Pie XI, à Reggio de Calabre, confié aux Jésuites (1946-48), puis en 1949-50 d'une période de spécialisation en études scientifiques à New York à l'université des Jésuites de Fordham. Durant cette période, il semble qu'il se soit consacré à la recherche sur les rayons cosmiques sous la direction du prix Nobel Victor F. Hess, mais son histoire est très savoureuse et fait briller l'esprit du «physicien expérimental» (plutôt que «théorique») : lorsqu'il pleuvait ou qu'il neigeait, il devait se déplacer dans tout New York avec un grand entonnoir et une bouteille, pour recueillir personnellement des échantillons d'eau de pluie ou de neige à tester et à mesurer. À son retour en Italie, il est destiné à enseigner des matières scientifiques à l'Université pontificale grégorienne de Rome (1951-53).

Directeur de Radio Vatican à 35 ans

Le 29 mars 1953, à seulement 35 ans, il est nommé directeur de Radio Vatican, succédant ainsi au père Filippo Soccorsi, qui avait à son tour succédé en 1934 au père Gianfranceschi, fondateur de la Radio avec Guglielmo Marconi et son premier directeur depuis 1931. Le père Stefanizzi est entouré d'un groupe d'autres jésuites de diverses nationalités, qui préparent et présentent les programmes en différentes langues, parmi lesquels il faut mentionner en particulier le père Francesco Pellegrino, l'âme et la voix historique des programmes italiens de Radio Vatican, très proche du père Stefanizzi, qui vit avec lui dans un logement près de la Direction de la Radio, au sommet de la colline du Vatican.

Une radio au service de l'Eglise dans le monde entier

Le premier grand engagement du père Stefanizzi, qui a mis à profit ses connaissances scientifiques et techniques et ses capacités d'organisation, est la construction du nouveau centre de radiodiffusion de Santa Maria di Galeria, fortement souhaitée personnellement par Pie XII, qui a en fait appelé en 1954 le cardinal Canali, responsable du gouvernorat, pour lui dire que «notre centre de radiodiffusion» allait être construit. Il était nécessaire d'élargir et d'intensifier la diffusion dans le monde du service de Radio Vatican, car les installations techniques situées dans la Cité du Vatican étaient devenues insuffisantes. Le Centre de Santa Maria di Galeria est situé sur un grand terrain dans la campagne romaine (plus de 400 hectares), le long de la Via Braccianese, que le Saint-Siège a acheté spécialement au Collège germanique. Il comprend un grand bâtiment central qui abrite les émetteurs et une grande série de grandes antennes suspendues à de hauts pylônes, disposées de manière à pouvoir diriger les différentes transmissions vers différentes régions du monde. Après avoir obtenu la reconnaissance de l'extraterritorialité pour le terrain du Centre, compte tenu de sa vocation de service à l'Église universelle, les grands travaux de construction ont commencé en 1954. Le père Stefanizzi guide le choix des équipements techniques - émetteurs et antennes - et leur mise en œuvre, la sélection de personnel compétent et préparé, l'identification des fréquences de transmission appropriées et la coordination internationale de leur utilisation. Le 27 octobre 1957, le pape Pie XII, faisant le voyage de 27 kilomètres depuis Castel Gandolfo (qui est le plus long voyage hors de Rome durant son pontificat), a personnellement inauguré le Centre en allumant les émetteurs. Le père Stefanizzi l'a accueilli et accompagné en ce moment historique de la vie de Radio Vatican et de son service universel.

Le Père Stefanizzi accueillera à Santa Maria di Galeria, à l'occasion de l'inauguration de nouveaux émetteurs puissants qui renforceront encore le potentiel du Centre, également Jean XXIII, le 27 novembre 1962, et Paul VI, le 30 juin 1966. À cette occasion, Paul VI a prononcé un discours historique, dans lequel il a insisté sur le fait qu'après le développement réalisé par les capacités techniques de Radio Vatican, il entendait promouvoir un développement correspondant et plus large de sa programmation.

A la tête de la direction technique

Ainsi, le 6 janvier 1967, à l'issue des travaux d'une Commission d'étude nommée par le Pape, dont le Père Stefanizzi faisait également partie, Paul VI renouvelle la formule de gestion de la Radio, en nommant un Directeur général (le Père Giacomo Martegani, ancien Directeur de la Civilisation catholique), un Directeur des Programmes (le Père Jorge Blajot), un Directeur des Services d'Information (le Père Francesco Farusi), tandis que le Père Stefanizzi conserve la Direction technique.

Parallèlement au développement de la programmation radio, sous la direction du Père Stefanizzi, de nouveaux studios sont déplacés et installés dans l'ancien Musée Petriano (1959, aujourd'hui disparu, détruit pour faire place à la grande place entre le Palazzo del Sant'Uffizio et le Braccio di Carlo Magno), puis dans le siège temporaire du Palazzo Torlonia de Via della Conciliazione (1967-69) et enfin dans le nouveau siège, plus grand et plus stable, du Palazzo Pio (1970). Il ne faut pas non plus oublier le service du Père Stefanizzi dans d'autres directions : comme la rénovation du système électroacoustique de la Basilique Saint-Pierre ; la participation à la Commission préparatoire du Concile Vatican II pour les systèmes audio et vidéo et pour la diffusion mondiale des événements ; la collaboration très importante qui a duré de nombreuses années avec les évêques d'Asie pour la réalisation de Radio Veritas, une grande station de radio située à Manille pour la diffusion de programmes en diverses langues asiatiques vers toute l'Asie du Sud et de l'Est, sur le modèle de Radio Vatican et de son centre d'émission de Santa Maria di Galeria. Des générations de techniciens de Radio Vatican garderont toujours un souvenir admiré de leur directeur, compétent et infatigable, toujours présent, rigoureux et exigeant. Exigeant avec eux mais encore plus avec lui-même.

Consultant technique de la Commission pontificale pour les communications sociales 

Le 25 septembre 1973, de nouveaux changements ont eu lieu dans la gestion de la radio. Le père Roberto Tucci, également ancien directeur de Civiltà Cattolica, a remplacé le père Martegani à la direction générale, tandis que le père Sabino Maffeo a remplacé le père Stefanizzi à la direction technique. Mais le Saint-Siège continuera à bénéficier de l'expertise et de l'expérience scientifique et technique du «Vatican» du Père Stefanizzi avec sa nomination en tant que «Conseiller technique auprès de la Présidence de la Commission pontificale pour les communications sociales», qui a lieu en même temps que son service à Radio Vatican et se poursuivra jusqu'en 1997.

Au sein de la Commission pontificale (plus tard «Conseil pontifical») pour les communications sociales, le père Stefanizzi soutient avec compétence et efficacité le service des présidents successifs Mgr Andrzej Deskur et Mgr John P. Foley (plus tard cardinaux), du vice-président Mgr Agnellus Andrew et plus tard du secrétaire Mgr Pierfranco Pastore. Le Père Stefanizzi, qui continue à compter également sur la collaboration des techniciens valides qui l'ont soutenu dans son travail précédent à la Radio (comme les ingénieurs Lemme, Caravani, Giudici...), est donc leur aide indispensable pour prendre de nouvelles initiatives et faire face à des situations difficiles qui requièrent des compétences techniques spécifiques. Le Père est considéré comme très expert dans le domaine des télécommunications, de sorte que le Secrétariat d'État du Saint-Siège et le gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican s'adressent fréquemment à lui pour obtenir des conseils et le désignent comme membre de diverses délégations pour participer aux réunions d'organismes internationaux.

Transmissions par satellite 

Un volet important de l'activité du Père Stefanizzi est donc celui lié à la participation du Vatican au nouveau monde des télécommunications par satellite. Le Père a représenté le Vatican depuis les réunions de Washington pour le lancement d'Intelsat, la première organisation intergouvernementale au monde pour le développement et la gestion des télécommunications par satellite, dont la Cité du Vatican a été l'un des 11 États fondateurs en 1964 ! Dans les années 1990, le père Stefanizzi a donc été à l'avant-garde du groupe de travail créé en 1992 par le gouvernorat pour l'étude et la construction de deux stations terrestres de satellites (avec des paraboles de 7-8 mètres de diamètre), qui seront situées au sommet de la colline du Vatican. 

Les événements du Vatican dans la vision du monde

Un autre engagement qu'il convient de mentionner est l'organisation de la Mondovision, c'est-à-dire la couverture télévisuelle mondiale des principaux événements du Vatican - tels que les messages et les bénédictions Urbi et Orbi des papes les jours de Noël et de Pâques - dans laquelle, grâce à l'utilisation de satellites de télécommunications et au soutien économique des Chevaliers de Colomb, un grand nombre de chaînes de télévision mondiales se voient offrir gratuitement la possibilité de retransmettre les images réalisées par la RAI italienne et ensuite par le Centre de télévision du Vatican. Le début officiel de Mondovision a eu lieu le 24 décembre 1974 avec l'ouverture de la Porte Sainte et la Messe de Noël célébrée par Paul VI pour inaugurer l'Année Sainte.

Le Centre de télévision du Vatican

Un autre domaine d'engagement du Père Stefanizzi a été de suivre les différentes phases de l'organisation du Centre de Télévision du Vatican (CTV) naissant. En conséquence, il a également été nommé en 1989 membre du conseil d'administration de CTV, réorganisé sous la direction d'un nouveau président, Emilio Rossi, déjà compétent et expérimenté directeur de la RAI. L'année suivante (1990), le père Stefanizzi a été expressément nommé nouveau secrétaire général de CTV. Avec cette tâche, il soutiendra efficacement pendant plusieurs années, grâce à son expérience, la direction avisée d'Emilio Rossi de l'organisation de production et de services télévisuels du Vatican.

Les remerciements de Jean-Paul II

Le 10 juillet 1997, les fonctions du père Stefanizzi au Conseil pontifical pour les communications sociales et au Centre de télévision du Vatican ont pris fin. Le Père reçoit une belle lettre de remerciement signée par le Pape Jean-Paul II, qu'il gardera avec lui jusqu'à la fin de ses jours avec gratitude et joie. Son service au Saint-Siège est terminé, même s'il sera encore membre du Comité des médias du Grand Jubilé jusqu'en l'an 2000. 

Dans le couvent Mater Ecclesiae 

Lorsque le père Stefanizzi a été nommé directeur de Radio Vatican en 1953, il vivait - comme son prédécesseur le père Soccorsi - dans la Palazzina Leone XIII, située au sommet de la colline du Vatican près de l'ancienne Tour de Léon IV. C'est le siège attribué à Radio Vatican comme sa première extension du bâtiment original, construit non loin et toujours dans la zone la plus élevée de la colline du Vatican pour accueillir la première station de radio construite par Guglielmo Marconi. Plus tard, le père Stefanizzi, avec le père Pellegrino, a pu s'installer dans un petit bâtiment qui était toujours près du sommet de la colline, mais quelques dizaines de mètres plus bas, et qui, pendant la guerre mondiale, avait servi de poste de garde pour la gendarmerie. Ici, les Pères ont formé une petite communauté religieuse où les autres Pères de la Radio, même s'ils n'y habitaient pas (en fait, ils vivaient généralement dans la Maison des écrivains de la Via dei Penitenzieri), pouvaient se rencontrer plus facilement. En même temps, le Père Directeur continuait à vivre très près du siège de la radio, où il pouvait aussi se rendre très rapidement dans les situations d'urgence éventuelles. Dans ce bâtiment - que les pères de la radio appelaient la «Casetta» - le père Roberto Tucci a également vécu plus tard avec trois autres frères, puis il a accueilli pendant un certain temps la direction administrative de Radio Vatican. Lorsque le pape Jean-Paul II a décidé d'ouvrir un petit couvent cloîtré au Vatican, la «Casetta» était destinée à cet effet, convenablement restructurée et agrandie avec la construction d'une nouvelle chapelle et de haut-parleurs : ainsi est né le couvent "Mater Ecclesiae". Depuis 2013, elle est devenue la résidence du pape émérite Benoît XVI.

Nouveaux engagements

Lorsqu'il termina son service à Radio Vatican en 1973, le Père Antonio était passé de la «Casetta» à la Communauté de Civilisation Catholique, avec laquelle il avait toujours entretenu d'excellentes relations d'amitié et de connaissance et pour laquelle il avait occasionnellement écrit des articles informatifs et populaires sur le thème des communications.  Après la conclusion d'autres services pour le Saint-Siège, en 1997, le Père Antonio, octogénaire mais encore en bonne santé, libéré des engagements du Vatican, a assumé de nouvelles tâches au service de sa communauté : ministre puis ministre adjoint, économe, écrivain, conseiller de maison, préfet de la santé... En 2010, il a été dispensé de services, devenus trop exigeants.

Ces dernières années, toujours au service de la communauté

En 2014, sa santé se dégradant et nécessitant une forme d'assistance plus continue et attentive, qui ne peut être garantie à la  Communauté de Civilisation Catholique, le père Antonio s'installe à la Communauté Saint Pierre Canisius, à l'infirmerie, où lui est confiée la mission caractéristique et précieuse des anciens : prier pour l'Église et pour la Compagnie de Jésus. C'était donc la dernière étape de sa très longue vie. Même si, ces dernières années, sa mémoire a parfois été affaiblie, il a toujours pu participer à la vie de la communauté, aux déjeuners communs, à la messe et au chapelet avec les personnes âgées, en se déplaçant en fauteuil roulant ou en marchant avec un déambulateur. Il a salué tout le monde avec son sourire ouvert et cordial, doyen bien-aimé d'une communauté où les quatre-vingt-dix ans et même les centenaires ne manquaient pas. Il avait vécu l'approche de l'objectif de 100 ans avec quelques soucis : il me demandait souvent s'il devait encore les réaliser ou s'il l'avait déjà fait... Mais après la belle célébration de son centième anniversaire au réfectoire de la communauté, il n'y avait plus de doutes. Il était heureux pour le bon service qu'il avait rendu au Seigneur et à son Eglise et attendait calmement le dernier appel. Voilà qui est arrivé, au terme d'une vie religieuse exemplaire et fidèle, ainsi qu'extraordinairement longue et toujours ingénieuse.

05 avril 2020, 15:17