Vatican News
Moniales cisterciennes du monastère Santa Susanna (Rome) Moniales cisterciennes du monastère Santa Susanna (Rome) 

Vie consacrée: défis d’aujourd’hui et de toujours

À l’occasion de la Journée mondiale de la vie consacrée, célébrée ce dimanche 2 février, une réflexion de Mgr José Rodríguez Carballo, secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique (CIVCSVA), publiée dans les colonnes de l’édition italienne L’Osservatore Romano.

Parler des défis de la vie consacrée aujourd'hui n'est en rien nouveau. Certains d'entre eux sont signalés depuis un certain temps. En tout cas, le fait que nous, les personnes consacrées, nous nous interrogions à ce sujet est important, car cela nous aide à rester vigilants pour ne pas nous laisser surprendre par le sommeil, et à continuer à travailler pour une vie toujours plus significative.

Discernement et possibilités

Deux notes me semblent importantes à signaler. Parmi les défis auxquels la vie consacrée est actuellement confrontée, certains sont plus urgents que d'autres, c'est pourquoi la première chose que l'on demande aux personnes consacrées est le discernement, afin de donner la priorité à l'un par rapport aux autres. C'est une question méthodologique fondamentale, car tous les défis ne peuvent pas être relevés en même temps, et les mêmes forces et énergies ne peuvent pas être investies dans chacun d'entre eux. En cela aussi, le rappel constant du Saint-Père adressé à la vie consacrée et à l'Église elle-même est tout à fait valable: la nécessité de revenir à l'essentiel, la nécessité de revenir à l'Évangile.

La deuxième note qu'il me semble important de garder à l'esprit est que lorsque nous parlons de défis, nous ne pouvons pas seulement nous référer aux problèmes que peut avoir la vie consacrée en ce moment, auxquels nous devons apporter une réponse, mais aussi, et je dirais surtout, aux possibilités que cette forme de sequela Christi [suite du Christ] a devant elle. Cela nous amènerait à puiser de la force dans notre faiblesse et à renforcer toutes les choses positives qui existent dans nos vies et que souvent, nous ne connaissons pas, donnant ainsi matière aux “prophètes de malheur” qui font tant de mal à l'Église et à la vie consacrée.

S’étonner et s’émerveiller

Compte tenu de ce qui a été dit, je signale deux défis/possibilités de la vie consacrée qui en englobent beaucoup d'autres: retrouver sa capacité d'émerveillement et d'étonnement, et redonner à la vie consacrée tout son attrait. En lisant les Évangiles, on est frappé par l'émerveillement, l’étonnement que les disciples de Jésus manifestent devant ce qu'il dit et fait: stupeur devant ce qu'il dit, parce qu'il enseigne comme quelqu'un qui a autorité et non comme les scribes (cf. Mc 1, 22); stupeur devant ce qu'il fait, parce qu'il fait bien toute chose (Mc 7, 37). L'étonnement et l'émerveillement, en particulier dans l'Évangile de Marc, ouvrent le cœur à la bonté, générant des questions qui à leur tour génèrent la foi qui se traduit par la sequela (cf. Mc 1, 22+).

L'étonnement et l'émerveillement provoquent et inquiètent, jusqu'à la demande d'une réponse immédiate. C'est la seule façon d'expliquer la rapidité avec laquelle les disciples ont répondu à l'invitation de Jésus à le suivre: «... aussitôt, laissant les filets, ils le suivirent» (Mc 1,18 ; cf. 1,20 ; 2,14). Étonnement et émerveillement devant lesquels on ne peut rester insensible, mais qui poussent plutôt à une forte décision de communion avec cette personne, provoqué par la passion d'être comme elle, de dire ce qu'elle dit et de faire ce qu'elle fait, d'être avec elle, ce qui est le but de toute vie consacrée.

Étonnement et émerveillement sont le premier pas vers la réflexion et la contemplation: ils éclairent l'esprit, touchent le cœur et font bouger les pieds et les mains pour marcher et agir, donnant ainsi du sens à son existence. Si l'émerveillement est essentiel dans la vie du croyant, il l'est encore plus dans la vie d'un consacré, car l'irruption du sacré est toujours extraordinaire: le transcendant irradie dans l'immanent et le surprenant, l'inattendu dans l'habituel et l'incontrôlable, l'infini dans le fini. Si suivre le Christ dans la vie consacrée, c'est entreprendre un chemin de conversion qui ne se termine jamais, l'émerveillement et la surprise ouvrent une porte à la conversion, à l'expérience d'un Dieu qui reste toujours jeune. Ainsi, l'émerveillement et la surprise sont l'antidote contre la routine et l'ouverture à de nouvelles expériences. Sans étonnement ni surprise, la relation avec le Seigneur dans la vie consacrée se refroidit et la réponse à la vocation fait défaut.

Retrouver l’enchantement… et le conserver

Tout cela culmine dans la nouvelle évangélisation et dans une véritable catéchèse vocationnelle faite d'histoires vécues, car seuls ceux qui vivent dans l'étonnement et l'émerveillement le miracle de suivre peuvent transmettre l'enthousiasme et la joie de suivre Jésus. Ce n'est que par l'émerveillement et la surprise que nous pouvons devenir «de joyeux messagers de propositions élevées, gardiens du bien et de la beauté qui resplendissent dans une vie fidèle à l’Évangile» (François, Evangelii gaudium, 168). Rendre à la vie consacrée tout son enchantement: joie contagieuse, forte attraction, douce fraîcheur et espoir stimulant. De par sa nature, l'enchantement éveille la grâce et la sympathie, l'imagination et la fantaisie, la force, l'enthousiasme et l'espérance. Le contraire de l'enchantement est le désenchantement: frustration, fatigue, monotonie, désillusion, tristesse. Le désenchantement est la tombe des rêves, de l'espérance qui peut se terminer par le regret des décisions prises en son temps.

En tant que personnes consacrées, nous avons devant nous un défi, une possibilité importante: faire en sorte que la vie consacrée conserve son attrait pour nous-mêmes, même après de nombreuses années, et susciter l'attraction et la sympathie de ceux qui sont “dehors”, pas seulement pour l'admirer et intéresser les “collectionneurs” de souvenirs, comme s'il s'agissait d'une pièce de musée, mais aussi pour s'y engager, se laisser séduire par elle et continuer à avoir un sens dans le monde actuel, en se présentant comme un mode de vie alternatif à ce que le monde et la culture dominante offrent, et, en définitive, pour qu'elle continue à être prophétique. En tant que personnes consacrées, nous avons devant nous la possibilité et le défi de rendre notre vie attrayante en raison de sa beauté, en tant que témoins d'une manière différente de faire, d'œuvrer et de vivre: «Il est possible de vivre d'une manière différente dans ce monde» (François, Illuminate il futuro, Ancora 2015, 13).

Chercher Jésus-Christ

Certes, pour réaliser tout cela, il ne suffit pas de réfléchir à l'esthétique de la vie consacrée, non plus de faire de belles et utopiques déclarations de principe qui n'ont rien à voir avec la réalité de la vie, encore moins de mettre de nouvelles pièces sur de vieux vêtements (cf. Mc 2,21).

La passion est le langage des amoureux, comme nous pouvons le contempler dans le Cantique des cantiques. La passion devrait être le langage des personnes consacrées. Sans passion, la vie consacrée devient fade, insipide, inutile (cf. Mt 5,13). La passion, qui caractérise l'expérience du «premier amour» (cf. Os 2,9), nous amène à chercher constamment, je dirais presque dramatiquement, jusqu'à devenir «chercheurs» de celui qui nous a aimés le premier (cf. 1 Jn 4,10) et à rejoindre, par grâce, la personne aimée (cf. Ct 3,1ss). Jésus-Christ est la seule raison qui justifie la vie consacrée. Il est l'élément fondateur de la vie consacrée.

La vie consacrée est née pour se situer aux frontières de l'existence et de la pensée, comme nous le dit souvent le pape François. Les périphéries sont des lieux qui se caractérisent généralement par le fait qu'ils sont moins sûrs, plus exposés à des situations de chaos, qui conduisent à moins compter dans la société, les périphéries nous obligent à vivre dans une condition d'exode. La banlieue oblige ceux qui y vivent à vivre en itinérance, à quitter le centre et à se rendre dans des zones marginales. Il est clair que l'option pour les pauvres et les banlieues nous demande de “sortir” de nous-mêmes, de laisser de côté les petites luttes internes, d'être moins autoréférentiels, de “se surpasser”, de prendre l'initiative dans tout ce qui implique l'amour, la solidarité, l'accompagnement, la fête et la célébration avec tout le monde, en particulier avec les pauvres. Et cela, nous devons l'admettre, n'est pas facile. Mais il s'agit là d'un défi, d'une possibilité importante pour les personnes consacrées.

Des périphéries du monde aux périphéries de l’Église

La vie consacrée ne peut pas être centrée sur elle-même, mais dans sa non-appartenance et dans son engagement, elle doit se mettre au service de tout le peuple de Dieu et surtout des plus vulnérables. Nos instituts ne sont pas nés d'un regard narcissique ou d'une réflexion purement théorique, mais d'une fréquentation des périphéries, d'une rencontre main dans la main avec les personnes les plus vulnérables, pour soigner les blessures et les douleurs des hommes et des femmes.

Si la vie consacrée veut renaître et se relever, cela ne sera possible que si elle ne se replie pas sur elle-même, si elle ne reste pas prisonnière de ses problèmes, si elle a le courage d'aller vers les périphéries. Si le chrétien est par vocation périphérique par rapport au monde, la vie consacrée est, aussi par vocation, périphérique par rapport à la vie de l'Église.

Le choix des pauvres et des périphéries n'est ni optionnel, ni un slogan ni un simple choix social ou politique. C'est un choix pour Jésus: «lui qui est riche, il s’est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté» (2 Co 8,9); c'est vêtir Jésus nu, donner à manger et à boire à Jésus affamé et assoiffé ; c'est visiter Jésus dans les malades et en prison; c'est accueillir Jésus en accueillant l'étranger ; c'est accompagner Jésus en accompagnant ceux qui font partie de la culture du déchet (cf. Mt 25,35,36). Depuis que Jésus est devenu pauvre (2 Co 8,9), notre Dieu est le Dieu des pauvres. Ceux-ci ont une place privilégiée dans le cœur de Dieu.

01 février 2020, 08:14