Recherche

Vatican News
Le Pape François a reçu la rédaction d'une revue jésuite italienne, le 6 décembre 2019. Le Pape François a reçu la rédaction d'une revue jésuite italienne, le 6 décembre 2019.   (Vatican Media)

Le Pape met en valeur l’engagement des jésuites italiens pour la justice sociale

En salle du consistoire ce vendredi 6 décembre, le Saint-Père a reçu la rédaction de Aggiornamenti Sociali (que l’on pourrait traduire par «Mise à jour sociale» en français), une revue italienne d’approfondissement et d’analyse sur des thématiques sociétales, politiques, ecclésiales, composée de jésuites et de laïcs.

À la cinquantaine de membres de la rédaction réunie, le Pape François a premièrement tenu à adresser ses remerciements pour leur travail, «cela demande de l’énergie et de l’engagement, et certainement des efforts. Mais offre aussi la satisfaction du travail bien fait.» La revue jésuite a pour tâche évidemment de fournir des informations fiables, a continué le Souverain pontife, «mais aussi d'accompagner les lecteurs pour qu'ils apprennent à porter des jugements et à agir avec plus de responsabilités et pas seulement par ouï-dire, peut-être sur la vague des fausses nouvelles», il s’agit de savoir vivre avec discernement, car «la vision de la réalité dépend toujours du regard de l'observateur et de la position dans laquelle il est placé». 

Une revue comme Aggiornamenti Sociali a donc pour rôle d’accueillir les résultats de la recherche scientifique avec le regard du disciple, a expliqué le Saint-Père, «en assumant la compassion que Jésus, le Maître, ressent et manifeste pour le peuple souffrant, pour les pauvres qui crient vers lui, et, avec eux, pour “notre terre opprimée et dévastée"» (cf. Lett. enc. Laudato si', 2). 

Une route à parcourir ensemble 

Afin de faire preuve de discernement, chacun a besoin de confrontation. Saint Paul VI avait d’ailleurs déjà enseigné que l'analyse de la situation sociale et l'identification des engagements à prendre pour la transformer «sont une tâche qui appartient aux communautés dans leur ensemble et dans leurs articulations, sous la conduite de l'Esprit» (cf. Lettre apostolique Octogesima Adveniens, 4). 

Aujourd’hui, a ajouté l'évêque de Rome, changer la société nécessite une méthode synodale: construire une relation, de paroles et de gestes. «Dialoguer, c'est construire un chemin sur lequel marcher ensemble et, si nécessaire, des ponts sur lesquels se rencontrer et se rapprocher les uns des autres. Les divergences et les conflits ne doivent pas être niés ou dissimulés, comme nous sommes souvent tentés de le faire, même dans l'Église.» Le conflit ne peut jamais être le dernier mot, selon le Pape François. 

Devant la rédaction, le Saint-Père a précisé que la recherche intellectuelle était également un chemin à réaliser ensemble. Pour parcourir cette route ensemble, François exhorte alors à agir avec ceux qui sont marginalisés, à favoriser les rencontres entre générations, mais également celles entre les chrétiens et les fidèles d’autres religions et finalement, toute personne qui serait de bonne volonté. «Il faut faire face à des peurs ataviques et à des tensions très profondes : certaines concernent les relations interreligieuses, d'autres les contrastes entre "laïcs" et "catholiques" qui traversent l'histoire italienne, d'autres - et nous ne devons pas les oublier, car elles exigent une attention particulière - sont internes au corps ecclésial.» Si nous échouons à réunir tout le monde, il sera impossible d’avancer dans la recherche d’un développement soutenable et intégral. 

En conclusion, le Saint-Père a invité les membres de Aggiornamenti Sociali à ne pas se décourager, «l'engagement à la justice et au soin de la maison commune est associé à une promesse de joie et de plénitude.»

06 décembre 2019, 10:25