Recherche

Vatican News
la présidence de la CEF la présidence de la CEF : Mgr Leborgne, Mgr de Moulins-Beaufort et Mgr Blanchet  (AFP or licensors)

La présidence de la CEF a achevé sa visite au Vatican

La nouvelle présidence de la Conférence des évêques de France s’est rendue au Vatican pour se présenter au Pape et aux différents dicastères de la Curie romaine et pour rendre compte des travaux menés pendant l’assemblée plénière d’automne. Les trois évêques et le secrétaire général de la CEF ont ainsi abordé principalement la question écologique et celle des abus sexuels.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Une très grande écoute et une grande disponibilité : ce sont les deux grandes qualités que le Pape François a démontré aux évêques français venus rendre compte de leur dernière assemblée générale à Lourdes en novembre dernier. Le Saint-Père les a reçus lundi au tout début de leur séjour romain. Pour la nouvelle équipe dirigeante de la Conférence des évêques de France (CEF), en place officiellement depuis juillet, c’était la première rencontre de ce type avec le Pape.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la CEF, Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard et vice-président, Mgr Olivier Leborgne, évêque d’Amiens et également vice-président, ainsi que le père Thierry Magnin, le secrétaire général, ont pu échanger avec le Pape sur les deux principaux thèmes qui ont occupé les évêques français en novembre : l’écologie et les abus sexuels.

La synodalité comme méthode de travail

Le Pape a apprécié la manière dont les évêques ont mené leur réflexion sur les questions environnementales, en invitant des laïcs à s’exprimer sur le sujet, présentant des propositions pour changer nos habitudes de vie. Cette synodalité a été saluée par François très attentif à ce que l’Église soit ouverte sur le monde. «L’écologie est un sujet synodal» a commenté François, confiant que son encyclique Laudato si’ avait été rédigée de cette manière. D’ailleurs, l’objectif final de la réflexion des évêques, selon Mgr de Moulins-Beaufort, est de rédiger une déclinaison française du texte pontifical.

La synodalité fut également évoquée par le biais des rencontres et du dialogue entrepris avec les différents groupes ecclésiaux qui travaillent à mettre en pratique la Lettre au peuple de Dieu du Pape d’août 2018 sur les abus sexuels, autre grand dossier discuté. «Les personnes qui parlent nous aident et il a beaucoup insisté là-dessus», a confié Mgr de Moulins-Beaufort, citant le Saint-Père.

Visite aux différents bureaux de la Curie

Concernant la ratio nationalis, le texte sur l’organisation des séminaires en France, «le Pape a beaucoup insisté sur la taille des séminaires et sur la sélection des prêtres, et sur le fait qu’il valait mieux un prêtre en moins qu’un prêtre malade», a également rapporté le président de la CEF.

Les trois évêques et le secrétaire général ont également rencontré les différents préfets et présidents de la Curie romaine, abordant avec chacun les questions liées à leur domaine de compétence. Ils ont pu se rendre compte que la réalité de l’Église en France n’était pas ignorée à Rome. 

18 décembre 2019, 18:06