Cerca

Vatican News
Le cardinal Fernando Filoni à Chiang Mai, le 19 mai 2019 Le cardinal Fernando Filoni à Chiang Mai, le 19 mai 2019 

En Thaïlande, le cardinal Filoni reconnaît le «grand besoin d’évangélisation» du pays

Le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, est actuellement en visite en Thaïlande à l’occasion des 350 ans du Vicariat apostolique du Siam. Au cours de différentes rencontres, il a encouragé laïcs, prêtres et consacrés à continuer leur action missionnaire dans ce pays en grande majorité bouddhiste.

Adélaïde Patrignani (avec Fides) – Cité du Vatican

Le Vicariat apostolique du Siam, fondé en 1669, près d'un siècle après le début de l'évangélisation du territoire par des missionnaires portugais, est l'un des premiers germes de l’Église catholique thaïlandaise, qui compte aujourd’hui onze diocèses. Bien qu’en croissance, la communauté catholique est minoritaire, représentant moins de 1% de la population: 390 000 baptisés pour 65 millions d’habitants.

Faire connaître l’Évangile, une responsabilité de chaque baptisé

Le cardinal Fernando Filoni, arrivé le 16 mai dans le pays, a rendu hommage à ses premiers missionnaires lors d’une messe célébrée le 18 mai à Sampran, à une trentaine de kilomètres de la capitale Bangkok. «Nous faisons mémoire avec gratitude, a-t-il déclaré dans son homélie, de l’œuvre d’évangélisation lancée par des membres de la Société des Missions étrangères de Paris (MEP), suivis par d’autres missionnaires et religieux, hommes et femmes, appartenant à différents instituts. Par leur zèle apostolique, ils se sont dévoués à l’implantation de l’Église au sein de cette grande nation», a-t-il souligné, invitant l’assemblée à poursuivre l’évangélisation. «L’œuvre consistant à porter l’Évangile et le salut à tous les peuples, commencé par Jésus et confiée à l’Église, est encore très loin d’être achevée. Une vue d’ensemble montre que cette mission en est encore à ses débuts» et que tous devraient par conséquent s’y engager.

«Il existe un grand besoin d’évangélisation au sein de cette nation», a par ailleurs estimé le cardinal Filoni. Dans le contexte culturel et religieux thaïlandais, le «témoignage chrétien peut contribuer immensément à la compréhension de la foi chrétienne. Chaque baptisé porte une responsabilité dans ce sens, exactement comme le Père Nicholas Bunkerd Nitbamrung, béatifié en 2000», a-t-il poursuivi, saluant le témoignage de ce prêtre thaïlandais (1895-1944) accusé d’espionnage et mort en prison au terme d’une vie dédiée au Christ et à l’annonce de l’Évangile.

Témoignage et dialogue interreligieux

Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples avait rencontré la veille, à Bangkok, les évêques du pays, leur expliquant que ce 350ème anniversaire «attire notre attention sur le besoin d’un nouvel élan missionnaire. Les efforts de pionniers des missionnaires qui ont porté la Bonne Nouvelle du Salut au peuple thaïlandais doivent se poursuivre» en sachant que la «formation missionnaire est désormais réalisée par l’Église locale», a-t-il relevé. «Dès lors, chaque effort en faveur de l’Évangélisation doit constituer un élément clef dans l’activité pastorale des instituts religieux, des paroisses, des écoles, des mouvements et laïcs et en particulier des groupes de jeunes», a-t-il insisté.

Divers membres de l’Église thaïlandaise auxquels le cardinal italien s’est directement adressé dimanche, en se rendant à Chiang Mai, dans le nord du pays. Cette région est marquée par la présence importante de populations tribales, notamment les groupes ethniques Lanna et Akha. Aux prêtres, religieux, catéchistes et responsables des villages présents à cette rencontre, le cardinal Filoni a rappelé que le «programme pour l’œuvre missionnaire comporte une étude attentive et le respect dû envers les croyances, les coutumes, les valeurs culturelles et les traditions des personnes de la zone, à la lumière des enseignements chrétiens. En particulier, il est nécessaire de prendre en considération l’environnement bouddhiste», majoritaire en Thaïlande. «La première forme d’évangélisation consiste dans le témoignage», a également affirmé le prélat devant ses hôtes. «Le témoignage d’une vie chrétienne est la première forme de mission et elle est irremplaçable».

Le cardinal Filoni a ensuite insisté sur le dialogue interreligieux, qui «n’est pas en opposition avec la missio ad gentes. L’Église ne voit aucun conflit entre le fait de proclamer le Christ et celui de s’engager dans le dialogue interreligieux. Ce dernier devient un parcours de la mission», a-t-il affirmé. Il a enfin salué l’action des catéchistes, qui «contribuent immensément à l’œuvre d’évangélisation dans les territoires de mission ».

Ce 20 mai, la visite du prélat s’est poursuivi dans le village missionnaire de Mae-Porn, pour une rencontre avec les groupes ethniques Karens et la célébration de la messe. Le 21 mai, le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples se rendra à Ayuthaya, jadis capitale du Royaume de Siam, considérée comme le lieu de naissance du Vicariat apostolique du Siam. C’est dans ce village que les premiers missionnaires proclamèrent la Bonne Nouvelle aux populations locales. Il visitera ensuite les ruines de l’antique cité, comprenant d’importants vestiges catholiques et bouddhistes.

20 mai 2019, 16:42