Cerca

Vatican News
Mgr Bernardito Auza, l'observateur permanent du Saint-Siège à l'Onu. Mgr Bernardito Auza, l'observateur permanent du Saint-Siège à l'Onu. 

Onu: le Saint-Siège met en valeur le rôle des femmes dans le maintien de la paix

Mgr Bernardito Auza, l’observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, est intervenu dans le cadre d’un débat organisé par l’Allemagne sur le rôle des femmes dans les opérations de maintien de la paix.

Le diplomate pontifical a apporté le soutien du Saint-Siège aux démarches visant à promouvoir la place des femmes dans les opérations de maintien de la paix, rappelant notamment la Résolution 1325, votée il y a 20 ans, qui visait à une meilleure représentation des femmes dans les prises de décision concernant les processus de paix, la prévention, la gestion et la résolution des conflits, et leur participation active comme agents du changement pour une paix durable.

Dans le cadre des opérations de maintien de la paix, les femmes impliquées apportent «non seulement leur courage, leur professionnalisme et leur sens du devoir, mais aussi une sensibilité spéciale qui leur permet de s’engager de façon plus concrète avec les populations locales, de mieux asseoir les besoins réels du terrain en offrant aux femmes, aux garçons et aux filles l’opportunité de partager leurs plaintes et leurs préoccupations, et d’encourager des efforts menés localement pour dire non à la violence et à la misère et oui à la paix et au développement», a insisté Mgr Auza.

Un leadership féminin à promouvoir

Il a aussi mis en valeur le rôle des femmes politiques, qui jouent souvent un rôle clé dans la construction de la paix, soulignant leur résilience après les conflits et les violences. «Il est encourageant de voir que plus de femmes sont impliquées dans des processus démocratiques émergents, en renforçant le rôle de la loi, en donnant la voix aux sans-voix», a souligné Mgr Auza.

Leur participation active est donc une condition nécessaire pour assurer une paix inclusive, crédible et durable. Souvent, le leadership féminin s’appuie sur une solide culture religieuse qui leur permet de bâtir «un parcours de dialogue, de collaboration et de non-violence». Ces dimensions sont particulièrement essentielles dans des contextes où la religion a été instrumentalisée à des fins de division, mais pour lesquels les processus de réconciliation doivent pleinement intégrer la dimension religieuse.

12 avril 2019, 12:50