Recherche

Vatican News
Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège à l'ONU. Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège à l'ONU. 

ONU : le Saint-Siège attentif à la lutte contre le changement climatique

Dans son discours prononcé dans le cadre d’un réunion sur le climat et le développement durable pour tous organisée au siège de l’ONU à New York, l’observateur permanent du Saint-Siège a rappelé l’attachement du Pape François à un développement qui intègre respect des personnes et respect de l’environnement.

«La centralité de la personne humaine doit toujours être réaffirmée dans le contexte des défis environnementaux actuels», a souligné Mgr Auza, citant le Pape François en ces termes : «Trois ans et demi après l’adoption des Objectifs de Développement Durable, nous devons être toujours plus conscients de l’importance d’accélérer et d’adapter nos actions en répondant de façon adéquate à la fois au cri de la terre et au cri des pauvres». Prendre soin de l’environnement ne peut pas se penser indépendamment du soin des frères et sœurs qui vivent dans notre maison commune.

Mgr Bernardito Auza a donc exhorté à une «approche éthique intégrée qui prend soin simultanément de l’environnement en même temps qu’elle combat la pauvreté et l’exclusion, qui assure la jouissance collective du bien commun, et encourage la solidarité intergénérationnelle». «Le monde que nous avons reçu appartient aussi à ceux qui vont nous suivre», a expliqué Mgr Auza en citant l’encyclique Laudato Si’.

Il ne serait donc pas recevable de tenir les générations précédentes pour coupables des problèmes environnementaux actuels sans nous prendre en mains nous-mêmes en changeant d’attitude, compte tenu des connaissances scientifiques actuelles sur le changement climatique. «Après l’adoption de l’Accord de Paris et du protocole d’accord de Katowice, nous savons que la génération présente peut et doit agir, et nous savons qu’elle sait comment faire. Nous manquons souvent de volonté politique», regrette le prélat philippin.

Le débat sur la crise environnemental ne doit pas seulement se baser sur des prévisions scientifiques alarmistes, mais se centrer sur la responsabilité des générations à prendre soin de la maison commune. Ce défi pour l’humanité, qui doit adopter de nouveaux styles de vie et de nouvelles formes de consommation, peut représenter «un processus de guérison» pour la terre.

30 mars 2019, 13:09