Cerca

Vatican News
Coupole de la basilique Saint-Pierre. Coupole de la basilique Saint-Pierre. 

Une délégation de l’opposition vénézuélienne reçue au Vatican

Une délégation de l’opposition au régime de Nicolas Maduro a été reçue à la Secrétairerie d’État du Saint-Siège, dans la matinée du lundi 11 février, indique la Salle de presse du Vatican.

À l’occasion de cette audience d’opposants vénézuéliens à la Secrétairerie d'État, «la proximité du Pape et du Saint-Siège, en particulier avec ceux qui souffrent», a été réaffirmée, a souligné lundi Alessandro Gisotti, directeur ad interim de la Salle de presse du Saint-Siège, ajoutant que «le profond désir de trouver de toute urgence une solution juste et pacifique afin de surmonter la crise actuelle, dans le respect des droits de l'homme, en recherchant le bien de tous les habitants du pays, et en évitant que le sang soit versé» a été exprimé.

Étape vaticane avant une rencontre avec Salvini

Cette délégation d’opposants vénézuéliens est composée du président de la Commission pour les affaires étrangères de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Francisco Sucre, et de Rodrigo Diamanti, représentant responsable de l'aide humanitaire, selon l’ANSA.  Après les autorités vaticanes, tous deux ont rencontré lundi le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, afin d’expliquer «leur plan de transition démocratique», comprenant la tenue d’élections libres et transparentes. Le gouvernement italien, l’un des rares de l’Union européenne à ne pas avoir  reconnu Juan Guaido président par intérim, livrera mardi sa position officielle sur la crise politique en cours dans le pays. 

L’Église disposée à la médiation

Selon le vice-président de la commission pontificale pour l’Amérique latine, Guzman Carriquiry, «le bain de sang» doit à tout prix être évité, de même que toute répression violente des manifestations ou tentatives d’interventions militaires étrangères, qui seraient «la pire des solutions possibles», a-t-il déclaré à Radio Vatican.

«L’Église catholique est naturellement disposée à offrir sa médiation et à faciliter les négociations», a-t-il ensuite confié, avant de préciser qu’au regard de «l’extrême polarisation» en cours, «le consentement des deux parties au dialogue» conditionne la médiation vaticane.

Guzman Carriquiry réclame aussi la solidarité des peuples frères du Venezuela en Amérique latine, attendant «un dialogue d’importance» entre les membres du groupe de Rio, du nom de cette organisation créée en 1986, visant à améliorer la coopération entre les différents pays du continent.

Transition démocratique avant union nationale

Enfin, le vice-président de la commission pontificale latino-américaine espère l’aboutissement d’un processus de transition pour un gouvernement d’union nationale «qui allie crédibilité et consentement populaire», en vue de reconstruire le pays. 

La crise au Venezuela a pris un tournant le 23 janvier dernier lorsque le président de l'Assemblée nationale, Juan Guaidó, s'est déclaré Président par intérim. Date coïncidant avec l'arrivée du Pape François à Panama pour les JMJ. Lors de l’angélus du 27 janvier, l’évêque de Rome n’avait pas manqué d'exprimer ses pensées à l'égard du peuple vénézuélien, le priant instamment de toujours rechercher «le bien de tous les habitants du pays».

11 février 2019, 17:02