Vatican News
Le Pape lors de la messe du 5 février 2019 à Abou Dhabi. Le Pape lors de la messe du 5 février 2019 à Abou Dhabi.  (Vatican Media) Éditorial

Les chrétiens aux Émirats, un arbuste qui donne de l'oxygène

Le Pape François a conclu sa visite à Abou Dhabi par la célébration de la messe au stade Zayed, offrant dans son homélie une relecture des Béatitudes.

Andrea Tornielli - Abou Dhabi 

Au «petit troupeau» chrétien des Émirats, même si à l'observer rassemblé au Zayed Sports City Stadium, il n’est finalement pas si petit, le Pape François a déclaré que vivre les béatitudes évangéliques ne nécessite pas de gestes éclatants. En effet, la vie de Jésus, qui n’a laissé aucun écrit et n'a construit d’impressionnant, montre que la foi chrétienne se vit dans la quotidienneté et dans la petitesse. 

Il n’est pas demandé au chrétien de construire de grandes œuvres ni d'accomplir des actes remarquables, extraordinaires et surhumains. Le témoignage passe par la nature extraordinaire de l'ordinaire. C'est grâce à la sainteté de la vie quotidienne que se produit, sans signes extraordinaires, le plus surprenant des miracles. Le christianisme s'épanouit, se communique par osmose, sans avoir besoin de stratégies de marketing, de ruse médiatique, de fleuves de bavardages ou de compétences surhumaines. 


Les Béatitudes, qui bouleversent les critères mondains, invitent à «garder le cœur pur, à pratiquer malgré tout la douceur et la justice, à être miséricordieux avec tous, à vivre l'affliction dans l'union avec Dieu» . C'est comme un arbre, explique François, qui, chaque jour, sur une terre aride, comme celle du désert qui caractérise cette région du monde, absorbe l'air pollué et restitue de l'oxygène. 

L’invitation faite à ce «petit troupeau» de chrétiens dans les Émirats est de continuer à être un oasis de paix, de douceur et de miséricorde. Car le bienheureux est celui qui a la chance de répondre avec modération aux accusations, et non celui qui attaque ou veut dominer l'autre. Le bienheureux est celui qui considère les autres comme des frères, et non celui qui ne voit que des ennemis. 

Le Pape cite Saint François d'Assise, qui instruisait ses frères sur le départ pour les terres sarrasines en leur demandant de ne faire ni procès ni disputes, mais d'«être soumis à toute créature humaine à cause de Dieu», en confessant d'être chrétiens. En un temps où, aujourd’hui encore, beaucoup portent une armure, même si elle est virtuelle, le Pape rappelle que le chrétien n’est «armé» que de sa «foi humble et de son amour concret». Car il ne vit que de cela, et sait que ce n’est que par ce témoignage que l'on proclame aujourd'hui l’Évangile.

05 février 2019, 09:13