Cerca

Vatican News
Présentation de la rencontre sur la protection des mineurs, le 18 février, dans la salle de presse du Saint-Siège. Présentation de la rencontre sur la protection des mineurs, le 18 février, dans la salle de presse du Saint-Siège.   (Vatican Media)

Cardinal Cupich: «Se concentrer sur ceux qui n’ont pas de voix»

Une semaine très importante s’ouvre au Vatican : dès jeudi et jusqu’à dimanche se déroulera la rencontre internationale sur la protection des mineurs dans l’Église voulue par le Pape François, à laquelle ont été convoqués les présidents des conférences épiscopales du monde entier ainsi que les supérieurs des ordres religieux. Cette rencontre a été officiellement présentée ce lundi matin dans la salle de presse du Saint-Siège, pour en expliquer les grandes lignes.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Une conférence qui s'est tenue en présence des organisateurs de ce sommet, le cardinal Blaise Cupich, archevêque de Chicago, Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte et secrétaire adjoint de la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais aussi le père Federico Lombardi, modérateur des travaux et le père Hans Zollner, qui dirige le Centre de protection des mineurs à l’Université grégorienne.

Chacune des trois journées du sommet portera sur un thème particulier, ont rappelé les organisateurs: la responsabilité des évêques d’abord, le fait qu’ils doivent rendre des comptes ensuite, et la question de la transparence. Le père Lombardi a expliqué que ces journées seront à chaque fois ouvertes par une prière suivie de deux interventions, avec un temps dédié aux questions-réponses. Les participants se répartiront ensuite en groupes linguistiques, comme lors d’un synode.

Samedi après-midi 23, les participants quitteront la Salle du synode pour se retrouver dans la salle Royale du Palais apostolique, où une liturgie pénitentielle sera organisée. C’est au même endroit que se conclura cette rencontre dimanche matin, par la messe présidée par le Pape François.

Des questions très concrètes

Le père Zollner est notamment revenu sur les questionnaires envoyés aux différentes conférences épiscopales pour préparer cette rencontre , des questions très concrètes comme «quel est le niveau de conscience des abus sur mineurs dans votre pays?», ou encore «quelles sont les mesures de prévention les plus efficaces que votre conférence épiscopale a mises en place dans la lutte contre ces abus ?»

Faire de l’Église un endroit sûr

«Nous devons faire en sorte que les personnes doivent être responsables de leurs actes, les enfants sont notre priorité», a expliqué le cardinal Cupich, précisant que l’ambition de ce sommet est de se concentrer «sur ceux qui n’ont pas de voix».

«La loi du silence n’est pas bonne», a renchérit Mgr Scicluna pour qui l’objectif de cette rencontre est de «faire de l’Église l’endroit sûr qu’elle devrait être». 

L’intervention des victimes

La rencontre s’ouvrira jeudi par une vidéo présentant le témoignage de plusieurs victimes. Selon le père Lombardi, le comité d’organisation du sommet rencontrera une dizaine de victimes venues du monde entier, au cours des quatre jours l'événement. Si une rencontre pourrait être prévue avec le Pape François, les organisateurs n’ont pas donné plus de détails, ni sur l’identité des victimes, pour des raisons de confidentialité.

En inaugurant la conférence de presse, Alessandro Gisotti a tenu à remercier les victimes pour leur « engagement et leur courage » qui malgré leurs souffrances ont rompu le silence.

Une rencontre bien préparée dans sa communication

Un site internet très complet a été mis en ligne ce lundi à l’occasion de cet évènement, mettant à disposition des documents et des données par continents, ainsi que des liens vers des interviews ou articles en plusieurs langues. Son adresse : www.pbc2019.org. «C’est un sommet mondial pour un problème mondial» a expliqué Alessandro Gisotti, qui a remercié les journalistes pour leur intérêt, expliquant que l’on «avait besoin de l’engagement de chacun» pour affronter ce douloureux chapitre de la vie de l’Église. 

Un travail en toute transparence, a expliqué le directeur de la salle de presse du Saint-Siège dont les horaires sont spécialement aménagés. Des compte-rendu quotidiens auront lieu à la mi-journée, en direct en streaming sur Vatican News avec traduction en cinq langues, dont le français.
 

18 février 2019, 15:15