Cerca

Vatican News
Synagogue de Paris Synagogue de Paris 

Saint-Siège: éducation et lutte contre les préjugés pour combattre l’antisémitisme

Redoubler d’efforts, à partir de l’éducation des jeunes générations et de la lutte contre l’ignorance et les préjugés, afin que l’antisémitisme soit banni de la communauté humaine. Le Saint-Siège l’a demandé avec force lors de la conférence sur «la lutte contre l’antisémitisme dans les pays de l’OSCE», qui s’est tenue les 5 et 6 février à Bratislava en Slovaquie.

Paolo Ondarza - Cité du Vatican

Il faut toujours garder à l’esprit le besoin de sécurité des communautés juives menacées par l’antisémitisme: c’est ce qu’a tenu à rappeler le père Norbert Hofmann, chef de la délégation du Saint-Siège et secrétaire de la commission pour les relations religieuses avec les juifs, aux représentants de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), réunis dans la capitale slovaque.

Protéger la dignité humaine et la liberté religieuse

Évoquant l’appel du Pape à maintenir vivant le souvenir des tragédies passées, à apprendre de l’Histoire pour ne pas répéter les mêmes erreurs, le prêtre a souligné que le combat contre l’antisémitisme consistait avant tout à comprendre «la situation et les défis concrets vécus par les communautés juives», et puis au sens large, «à protéger et défendre la dignité humaine, la liberté religieuse et à sauvegarder le principe de non-discrimination». Selon le père Hofmann, cet engagement pour les chrétiens doit être stimulé par l’unicité des relations entre christianisme et judaïsme. Comme le faisait observer le Pape François le 11 octobre 2013, en s’adressant à la communauté juive de Rome, un «chrétien ne peut être antisémite».

La discrimination religieuse menace la sécurité internationale

Le chef de la délégation du Saint-Siège a loué l’approche globale de l’OSCE, face aux problèmes d’intolérance, de haine et de violence: la discrimination des juifs, à l’instar de celle qui vise les chrétiens, les musulmans et les membres d’autres religions, «menace la sécurité et peut donner lieu à des violences à grande échelle, capables de miner la stabilité internationale». Le père Hofmann a également mentionné  le guide «Comprendre les crimes de haine antisémites et affronter les besoins de sécurité des communautés juives», publié par l’ODIHR, l’agence de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’Homme. Le Saint-Siège salue les efforts qui, dans le futur, pourront être mis en œuvre pour «affronter la sécurité des communautés chrétiennes, considérant la gravité des situations vécues dans certaines zones de l’OSCE: attaques d’églises, de sanctuaires et d’édifices chrétiens».

Ignorance et préjugés favorisent l’antisémitisme

Comprendre et connaitre le judaïsme, a conclu le chef de la délégation du Saint-Siège, est «crucial pour rendre efficaces les efforts voués à contrer l’antisémitisme», favorisé par «l’ignorance et les préjugés». À cet égard, le père Hofmann a reconnu la valeur de l’engament de l’ODIHR pour faciliter l’échange des bonnes pratiques entre les États.

07 février 2019, 17:49