Cerca

Vatican News

Le Saint-Siège soutient le pacte de l'ONU sur les migrations

Communiqué de la section migrants et réfugiés du Dicastère pour le service du développement humain intégral: le Saint-Siège adoptera le pacte de l’ONU sur les migrations.

C’est lors d’un sommet à Marrakech (Maroc), les 10 et 11 décembre, que de nombreux Etats adopteront le pacte mondial «pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». Parmi eux, le Saint-Siège qui s’est impliqué dès le début «en soutenant l’approche que le Pape François a exprimée de façon simple et éloquente par 4 verbes: accueillir, protéger, promouvoir et intégrer», peut-on lire dans le communiqué de la section migrants et réfugiés. Ces 4 verbes ont été développés par ailleurs en 20 points d’actions.

Ce pacte est un accord non contraignant, rappelle le communiqué, et promeut des objectifs louables: «sauver des vies, prévenir le trafic et la contrebande, réduire les vulnérabilités dans les migrations, bien gérer les frontières (…). Des objectifs qui donnent lieu, chacun, à toute une série de propositions: «offre d’éducation, introduction de couloirs humanitaires, accompagnement des migrants dans les pays de transit, et la promotion de rencontres interculturelles pour favoriser l’intégration dans les pays d’arrivée».

Réserves du Saint-Siège sur certains points

Le Saint-Siège se montre toutefois réservé à l’égard de certaines lignes directrices ou terminologies présentes dans le texte, «qui ne sont ni agréées dans le langage de la communauté internationale, ni en harmonie avec les principes catholiques». Il s’agit notamment de «services de santé sexuelle et reproductive (qui incluent l’avortement) et du programme LGBT».

C’est néanmoins avec enthousiasme et espérance que le Saint-Siège accueille l’adoption de ce pacte mondial. «L’Eglise a beaucoup à offrir dans le domaine vaste et complexe de la mobilité humaine», est-il encore écrit.

Plusieurs pays, -comme  les Etats-Unis, la Pologne ou Israël-, ont décidé de ne pas signer le texte. L’Eglise continuera, malgré tout, à y mettre en œuvre les 4 verbes indiqués par le Pape François, l’objectif final étant «le développement humain intégral de tout le monde».

07 décembre 2018, 16:47