Cerca

Vatican News
Le Gouvernorat de l'Etat de la Cité du Vatican Le Gouvernorat de l'Etat de la Cité du Vatican 

Une nouvelle législation pour le Gouvernorat de l'Etat de la Cité du Vatican

Le 7 janvier 2019, une nouvelle législation entrera en vigueur pour le Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican. Elle a été instituée par un Motu Proprio du Pape, daté du 25 novembre dernier, -en la Solennité du Christ-Roi-, et a été rendu public ce jeudi 6 décembre 2018.

Expliquant le sens de cette nouvelle législation, qui remplace celle approuvée par Saint Jean-Paul II en l’an 2000 et en vigueur depuis février 2001, le Pape François affirme que, depuis le début de son pontificat, il a ressenti «la nécessité d’une réorganisation globale du Gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican, afin de le rendre plus adapté aux exigences actuelles, au service ecclésial qu’il est appelé à offrir à la mission du Souverain Pontife dans le monde, et à la vocation institutionnelle particulière de l’Etat de la Cité du Vatican, désigné par sa nature à garantir une indépendance absolue et visible du Siège de Pierre».

Simplification et transparence

Le Pape rappelle quels sont les critères présidant à cette réforme législative: rationalisation, économie d’échelle, simplification, fonctionnalité, transparence, cohérence et flexibilité organisationnelle. C'est le cardinal Giuseppe Bertello, président de la Commission pontificale pour l’Etat de la Cité du Vatican et président du Gouvernorat du plus petit Etat du monde, qui a été chargé de la mener à bien.

Réduction des directions et des bureaux centraux

Conformément à ces objectifs, la nouvelle législation prévoit la réduction des organismes opérationnels: on passe de 9 à 7 directions, en plus de l’Observatoire du Vatican (Infrastructures et services; télécommunications et systèmes informatiques ; économie ; services de sécurité et protection civile ; santé et hygiène ; musées et biens culturels), tandis que les bureaux centraux passent de 5 à 2 (Bureau du personnel et bureau juridique).

Unité de contrôle et d’inspection

C’est une plus grande transparence qui est recherchée ainsi qu’une meilleure responsabilisation des chefs de service avec l’institution d’une unité de contrôle et d’inspection au sein du Gouvernorat. Cette nouvelle unité sera chargée de la vérification du respect des règlementations et des procédures, et évaluera l’efficacité des activités des mêmes organismes.

Décentralisation

Cette nouvelle législation tend vers une certaine décentralisation, en responsabilisant les chefs de directions et de bureaux, appelés à répondre des actes individuels, des résultats obtenus par rapport aux objectifs assignés, de la sécurité des lieux de travail et de la protection des données.

06 décembre 2018, 17:21