Version Béta

Cerca

Vatican News
Sous l'oeil des médias, Alina Oehler théologienne allemande, qui participa au pré-synode des jeunes Sous l'oeil des médias, Alina Oehler théologienne allemande, qui participa au pré-synode des jeunes 

Un Synode pour renouveler l'Église grâce aux jeunes

Ce mercredi 3 octobre, le Pape préside ce matin la messe d’ouverture, place Saint-Pierre, de la 15ème Assemblée du Synode des évêques convoquée au Vatican pour parler des jeunes, de la foi et du discernement vocationnel. Il rejoindra dans l’après-midi les pères synodaux, les experts, les auditeurs du monde entier et bien-sûr les jeunes en salle du Synode.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

Ce Synode sur «les jeunes, la foi et le discernement vocationnel» préparé depuis deux ans au niveau des diocèses va donc rentrer dans le concret avec un objectif : poursuivre le renouvellement de l’Eglise et de la société. Cela passe, pour le Pape, par de grandes assemblées synodales sur la famille, et maintenant sur les jeunes qui garantissent, tous deux, les générations futures.

Aujourd’hui, il s’agit pour les anciens de ne plus parler des jeunes uniquement par «ouïe-dire», mais de se mettre à leur écoute. Certains pères synodaux ont passé leur été dans des camps scouts ou des universités d’été. Ils ont étudié l’Instrumentum laboris issu d’une réunion pré-synodale qui a rassemblé 300 jeunes en mars dernier à Rome et des questionnaires remplis par 15 000 internautes, des catholiques de 16 à 29 ans.

Les pères synodaux entendront maintenant chaque matin, un des 34 jeunes présents au Synode ouvrir les travaux pour parler sans tabou, espère le Pape, de maturité affective, de sexualité, de l’exemplarité parfois remise en cause de l’Église, ou encore de leur place au sein de l’institution. Leur donner la parole, c’est prendre le risque -peut-être- de faire sursauter leurs ainés, mais c’est surtout les responsabiliser. Les rendre parties prenantes, c’est aussi un bon moyen pour les pères synodaux de leur faire comprendre ce qu’est vraiment l’Église, alors que plusieurs conférences épiscopales sont ébranlées par des scandales d’abus sexuels.

Pendant trois semaines, trois thèmes seront abordés en assemblée et en groupes linguistiques : les jeunes ; la foi, le discernement et les vocations ; l’action pastorale.

Il faudra que chacun sache s’extraire de sa propre vision du monde. Car, par exemple, si l’Europe fait face à un manque de vocations, en Asie ou en Afrique, on se demande plutôt comment faire avec toutes celles qui se présentent.

 

03 octobre 2018, 09:57