Cerca

Vatican News
Des fidèles catholiques chinois. Photo d'illustration. Des fidèles catholiques chinois. Photo d'illustration. 

Redonner de l’élan à l’évangélisation en Chine

L’objectif du Saint-Siège dans son dialogue avec la République populaire de Chine est pastoral et non politique. Les catholiques sont en ce sens soutenus par la réconciliation et la normalisation de leur vie de foi.

L’Accord provisoire entre le Saint-Siège et la République populaire de Chine sur la nomination des évêques a été signé aujourd’hui. L’objectif poursuivi par le Saint-Siège n’a pas de caractère politique. Il est ecclésial et pastoral. Il s'agit de faire en sorte que les communautés catholiques puissent avoir de bons pasteurs en communion avec le Saint-Siège et reconnus par les autorités civiles.

Objectif ecclésial et non politique

Sont liés à cet objectif spécifique d’autres de caractères pastoraux généraux : redonner un élan à la mission d’évangélisation ; aider les catholiques dans le chemin de réconciliation et de la normalisation progressive de leur vie de foi ; contribuer, à la lumière de l’Évangile, au bien de leur propre pays, selon le principe du «pleinement catholiques et pleinement chinois».

Le Saint-Siège est conscient que l’action pastorale de l’Église dans l’histoire a toujours des conséquences politiques. L’Église, en effet, a une contribution originale à offrir pour la construction du bien commun de la société. Comme dit le Concile Vatican II à ce sujet : «La communauté politique et l’Église sont indépendantes et autonomes l’une de l’autre dans leur propre domaine. Toutes les deux, même si à titres divers, sont au service de la vocation individuelle et sociale des mêmes personnes humaines. Elles accompliront ce service en faveur de tous, de manière d’autant plus efficace qu’elles cultiveront une saine collaboration entre elles, selon des modalités adaptées aux circonstances de lieu et de temps » (Constitution pastorale sur l’Église dans le monde contemporain n.76).

La méthode qui a conduit à l’Accord

Le Saint-Siège et les autorités de la République populaire de Chine ont continué à parler. Ils ont continué à se rencontrer avec régularité, dans un esprit de confiance et de dialogue, pour rechercher des solutions. La confiance s’est accrue peu à peu et certains préjugés et idées préconçues ont disparu. Cela a permis de trouver un Accord sur une question de grande importance, c’est-à-dire la nomination d’évêques.

Un autre aspect significatif est le fait que les parties se sont entendues sur l’importance de suivre une méthode à «caractère amical» dans la résolution d’éventuelles divergences qui émergeraient dans l’interprétation et dans l’application de l’Accord provisoire sur la nomination des évêques.

Le texte de l’Accord

Si le texte de l’Accord n’a pas été rendu public, c’est que sa caractéristique est d’être provisoire et en un certain sens d’être expérimental, bien qu’il soit entré en vigueur et normatif. De futures révisions et perfectionnements sont possibles et souhaitables.

En ce moment, il est important pour le Saint-Siège que tous comprennent et soient convaincus, que ce qui a été fait est au bénéfice de tous, et pour le bien spirituel des catholiques de Chine et pour le bien du peuple chinois.

22 septembre 2018, 13:40