Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François et le préfet du dicastère pour la Communication du Saint-Siège, Paolo Ruffini. Le Pape François et le préfet du dicastère pour la Communication du Saint-Siège, Paolo Ruffini.   (Vatican Media)

Saint-Siège: le préfet pour la Communication encourage la presse catholique africaine

Le préfet du Dicastère pour la Communication du Saint-Siège s’est adressé dans une lettre à l’association de la presse catholique africaine, réunie en congrès du 9 au 13 septembre à Cape Town en Afrique du Sud sur le thème de «l’usage des médias dans la promotion du développement intégral en Afrique».

Paolo Ruffini a d’abord déploré combien pendant tant d’années l’idée de «développement» était associée à «la croissance économique». Aujourd’hui, heureusement, celle-ci englobe toutes les dimensions de la personne humaine dans ses approches anthropologiques, culturelles, politiques, économiques, écologiques, religieuses ou spirituelles, a-t-il plaidé dans cette lettre dévoilée en marge du congrès, le 9 septembre.  

Comme le souligne le Souverain pontife dans Laudato Si’, «un développement technologique et économique qui ne prend pas racine dans un monde meilleur et une meilleure qualité de vie ne peut être considéré comme un progrès», rappelle le préfet.     

Ainsi, l’Afrique que Benoît XVI percevait comme «le poumon spirituel» de l’humanité contemporaine ne doit pas se laisser «infecter par le double virus du matérialisme et du fanatisme religieux». Ce continent est clairement en train de lutter avec détermination pour préserver son patrimoine spirituel des contaminations et attaques, constate le journaliste italien, ajoutant: «J’encourage ainsi la collaboration de la presse catholique africaine avec Signis (association catholique mondiale pour la communication) ou la Fédération des médias catholiques, mais souhaite aussi que la CANAA (l’agence de presse catholique pour l’Afrique) soit renforcée au niveau de tous les diocèses et de la conférence épiscopale d’Afrique et de Madagascar».

Il s’agit de rendre l’Eglise d’Afrique toujours plus pertinente aux yeux des jeunes, en harmonie avec ses pasteurs, dans un monde globalisé qui n’élude pas les traditions et cultures de ce riche continent, a-t-il conclu. 

09 septembre 2018, 12:25