Version Béta

Cerca

Vatican News
Callista Gingrinch, nouvelle ambassadrice des Etats-Unis près le Saint-Siège Callista Gingrinch, nouvelle ambassadrice des Etats-Unis près le Saint-Siège  (Vatican Media @L'Osservatore Romano)

Deux nouveaux ambassadeurs près le Saint-Siège

Les représentants des Etats-Unis et de l'Egypte ont présenté le 22 décembre leurs lettres de créances au Pape François.

Joris Bolomey - Cité du Vatican

Deux nouveaux ambassadeurs près le Saint-Siège ont présenté ce vendredi 22 décembre leurs lettres de créances au Pape François. Il s’agit de Callista Gingrinch, ambassadrice des États-Unis, et Mahmoud Ahmed Samir Samy, ambassadeur d’Égypte.

Callista Gingrich défendra les droits de l'Homme et la liberté religieuse, 

Âgée de 51 ans, Callista Gingrinch n’a pas occupé de représentation diplomatique, comme c’est souvent le cas aux États-Unis pour les ambassadeurs. Cette catholique pratiquante qui «chante depuis une vingtaine d'années avec le chœur de la basilique du Sanctuaire national de l'Immaculée-Conception, de Washington», précise dans un communiqué l'ambassade des États-Unis près le Saint- Siège dirigeait jusqu’ici Gingrich Productions, une société de production de documentaires, l’un d’entre eux relatant la vie de Jean-Paul II. Elle est connue pour être la troisième épouse de Newt Gingrinch, ancien président de la Chambre des Représentants de 1995 à 1999 et poids lourd du parti républicain, l’un des rares à avoir publiquement affiché son soutien à Donald Trump. 

La nomination de Callista Gingrinch avait été annoncée en mai dernier par la Maison Blanche. Elle prend la suite de Kenneth Hackett, ancien président de l’association humanitaire Catholic Relief Services, nommé par Barack Obama en juin 2013 et qui a quitté son poste en janvier dernier.

Dans un communiqué publié après la rencontre avec le Pape, l'ambassade américaine près le Saint-Siège souligne que la nouvelle ambassadrice a hâte de travailler avec le Saint-Siège «pour défendre les droits humains, la liberté religieuse, combattre le trafic humain et chercher des solutions pacifiques aux crises qui traversent le monde».  

Un diplomate expérimenté pour l'Égypte

Mahmoud Ahmed Samir est diplômé en droit de l’université Eïn-Shams au Caire, en Égypte, de l’institut international de droit humanitaire, à San Remo en Italie, et de l'Académie de droit et de politique de Rhodes, en Grèce. Il a également suivi une formation pour les diplomates accrédités auprès de l'ONU à la New York School of Law.

Cet homme de 54 ans à la riche expérience internationale a travaillé à différents postes du ministère égyptien des affaires étrangères, sur les questions environnementales, de terrorisme et des traités internationaux; au secrétariat de l'ambassade égyptienne à Rome et à Washington; à la représentation permanente de l’Égypte à la FAO à Rome et à celle des Nations Unies à New York; et a également été ambassadeur aux Pays-Bas, de 2009 à 2013. Avant de venir auprès du Saint-Siège, il était assistant du ministre des Affaires étrangères pour les affaires juridiques internationales et les traités. 

22 décembre 2017, 12:02