Version Béta

Cerca

Sainte Lucie, vierge et martyre de Syracuse

Santa Lucia Sainte Lucie  (© Biblioteca Apostolica Vaticana)

Ce sont les actes du martyre, les traditions, les récits populaires et les légendes qui racontent son histoire. Lucie naît à la fin du IIIème siècle à Syracuse d’une famille aisée de haut niveau. Eduquée dans la religion chrétienne, elle est encore enfant lorsqu’elle devient orpheline de père. Et c’est sa mère, Eutichia, qui l’élève avec amour et dévouement. Encore enfant, Lucie pense se consacrer à Dieu, mais garde son désir dans le secret de son cœur. Ignorant les intentions de sa fille, Eutichia, comme c’était la coutume de l’époque, la promet en mariage à un jeune homme de bonne naissance mais pas chrétien. Lucie ne dévoile pas son intention d’offrir sa virginité au Christ et par des prétextes divers elle renvoie toujours le mariage, en mettant sa confiance dans la prière et dans le secours divin.

Le voyage à Catane et l’intercession de Sainte Agathe


C’est au cours de l’an 301, lorsque Lucie et sa mère se rendent en pèlerinage à Catane, à la tombe de Sainte Agathe. Eutichia souffrait d’hémorragies et, malgré divers soins coûteux, il n’y avait aucune amélioration. La mère et la fille veulent demander la grâce de la guérison à la jeune martyre catanaise. C’est le 5 février lorsqu’elles arrivent au pied de l’Etna, au dies natalis même d’Agathe. Elles participent à la célébration eucharistique auprès de la tombe de la sainte, et «cela arriva…en écoutant l’épisode évangélique de la femme atteinte d’hémorroïdes, qui fut guérie en touchant simplement la frange du vêtement du Seigneur ; Lucie en s’adressant à sa mère lui dit : « Maman, si tu as foi aux choses qui ont été lues tu croiras aussi que Agathe, qui a souffert pour le Christ, a un accès libre et confiant à Son tribunal. Touche donc en toute confiance la tombe d’Agathe, si tu veux, tu seras guérie ». (Passion de sainte Lucie). Eutichia et Lucie s’approchent donc de la tombe d’Agathe. Lucie prie pour sa mère et demande pour elle-même de pouvoir consacrer sa vie à Dieu. Absorbée et prise dans un doux sommeil, comme ravie en extase, elle voit Agathe parmi les anges lui annoncer : « Lucie, ma sœur et Vierge du Seigneur, pourquoi demander à moi ce que toi-même tu peux donner ? Ta foi a été d’une grande utilité pour ta mère, elle est déjà guérie. Et comme à cause de moi la cité de Catane est pleine de grâce, ainsi à cause de toi la cité de Syracuse sera préservée, car Notre Seigneur Jésus Christ a apprécié que tu aies conservé intacte ta virginité ». Revenue à elle-même Lucie rapporte à sa mère ce qui lui est arrivé ; elle lui révèle de vouloir renoncer à un époux terrestre et demande de pouvoir vendre sa dot, et en donner le fruit en charité aux pauvres.

Le martyre


Déçu et irrité, le jeune homme qui aspirait à épouser Lucie, dénonce celle-ci au préfet Pascasio en l’accusant d’être chrétienne et de désobéir aux normes de l’édit de Dioclétien. Arrêtée et conduite devant le préfet, Lucie, interrogée, refuse de sacrifier aux dieux et professe orgueilleusement sa foi ; « Je suis une servante de l’Eternel Dieu et Il a dit : « Quand vous serez conduits devant les rois et les princes vous ne devez pas vous souciez de comment et de ce que vous devez dire car ce n’est pas vous qui parlerez mais le Saint Esprit qui parlera en vous. Pascasio demande alors : « Oh, tu crois donc avoir l’Esprit Saint ?». Et Lucie de répondre : « L’Apôtre a dit : « Les chastes sont des temples de Dieu et l’Esprit Saint habite en eux ». Pascasio, pour la discréditer, ordonne donc de la conduire au bordel ; Lucie déclare qu’elle n’aurait pas cédé au plaisir de la chair et que son corps aurait pu subir n’importe quelle violence contre son gré, elle serait restée chaste, pure et sans tache dans son esprit et dans son cœur. Miraculeusement immobile, les soldats ne parviennent pas à la pousser ; les mains et les pieds liés, même les bœufs ne réussissent à la traîner. Exaspéré par un tel phénomène extraordinaire Pascasio décide que la jeune fille soit brûlée. Mais les flammes du feu ne la brûlent pas. Fou furieux, Pascasio décide de la faire périr par l’épée. Elle est alors décapitée le 13 décembre 304.