Cerca

Saint Moïse, législateur et prophète

L’histoire de Moïse est racontée dans les quatre derniers livres du Pentateuque, c’est-à-dire les livres qui commencent l’Ancien Testament. Précisément, dans l’Exode on raconte la libération des Hébreux de l’esclavage des Egyptiens et la fuite dans le désert; dans le Lévitique on parle de Moïse comme guide du peuple élu; dans le Livre des Nombres c’est la dernière partie des quarante années passées dans le désert, en voyage vers la Terre Promise; dans le Deutéronome nous trouvons Moïse sur le point de mourir, selon la tradition à l’âge de 120 ans.

Moïse, de héros à prophète

La racine du nom Moïse signifie «sauvé des eaux», mais selon d’autres chercheurs, il signifie aussi «celui qui sauve» son peuple. De toutes façons, dans le nom du plus grand prophète de tous les temps, considéré Saint par l’Eglise catholique, il y a ses origines et son destin. Moïse est Hébreu de naissance, de la tribu de Levi, mais à l’époque du pharaon Thoutmosis III tous les premiers nés hébreux devaient être jetés dans le Nil pour empêcher que ce peuple devienne plus nombreux et puissant que les Egyptiens. Moïse, cependant, a la vie sauve parce retiré des eaux par la fille même du pharaon qui l’élève comme son propre fils. A la cour, il reçoit la meilleure éducation. Chez lui, une idée claire de justice fait son chemin; il défend toujours le plus faible au point qu’il n’hésite pas à tuer un Egyptien qui est en train de maltraiter un hébreu. C’est pour cela, à cause d’une condamnation du pharaon, il est contraint à prendre la fuite et à se réfugier au désert.

La fuite dans le désert et le buisson ardent

Moïse erre dans le désert du Sinaï, il est fatigué et éprouvé; mais la solitude lui fait comprendre sa petitesse face à la Nature et la méditation le rapproche toujours davantage à Dieu. C’est ainsi qu’un jour Dieu lui parle ouvertement, en lui apparaissant sous la forme d’un buisson ardent qui ne se consume jamais; «Je suis celui qui suis», répond Dieu à la demande de Moïse, et lui donne l’ordre de retourner chez le pharaon pour lui demander la libération des Israélites de l’esclavage et les conduire, donc, vers la Terre Promise. Pour l’aider Dieu donne à Moïse un bâton capable de faire des prodiges et le fait seconder per son frère Aaron, plus habile dans l’art oratoire. Les deux, donc, se mettent en chemin, accompagnés de Sephora, la fille du roi d’une tribu nomade que Moïse avait rencontrée dans le désert et épousée.

Le retour d’auprès du pharaon et les plaies

Dieu, comme dit la Bible, «avait endurci le cœur du pharaon»: ainsi face à lui Moïse et Aaron n’ont pas la tâche facile. Le bâton transformé en serpent ne sert à rien ainsi que l’eau du Nil changée en sang: les mages de la cour en font autant. Alors Dieu envoie en Egypte les fameuses plaies: le Pays est envahi par les grenouilles, puis par des moustiques et les taons, ensuite une peste très grave s’abat sur le bétail qui miraculeusement épargne les animaux des Hébreux, ensuite arrive la grêle qui détruit lin et orge mais laisse intacts le froment et l’épeautre, enfin voici les sauterelles et les ténèbres pendant des jours. Le pharaon promet, mais à peine Dieu fait cesser la plaie, voilà qu’il revient sur ses positions. A la fin Dieu envoie la plus terrible des plaies; au cours d’une nuit il fera mourir tous les premiers-nés de sexe masculin des Egyptiens, y compris le fils du Pharaon. C’est aussi le jour de l’institution de la fête de Pessah, la Pâque que les Hébreux commémoreront chaque année avec le sacrifice d’un agneau, en mangeant du pain non fermenté en raison de la hâte de la fuite et les herbes amères comme symbole de la condition d’esclaves. Alors, seulement, le pharaon permet de libérer les Hébreux, mais quand ceux-ci arrivent à la mer Rouge il s’en repent déjà; c’est pour cela qu’à peine passé le peuple d’Israël, Dieu fait refluer les eaux sur les soldats que le Pharaon avait envoyés.

Début voyage

Les Hébreux se mettent officiellement en voyage vers la Terre Promise, en direction de Canaan. Dans le désert Dieu les protège par des prodiges qu’il fait réaliser par Moïse; avec son bâton il fait jaillir l’eau du rocher pour étancher leur soif, et pour les nourrir, il leur envoie des cailles et la manne, cette nourriture particulière qui se présente comme de petits grains à la saveur de galette de miel. Le voyage est long et nombreux sont les pièges que le désert cache, comme les peuples contre lesquels on devra se battre, mais Dieu est avec son peuple et chaque fois que Moïse prie en levant les bras et en tenant le bâton pointé vers le ciel, Israël en sort victorieux.

Les tables de la loi sur le Mont Sinaï

Pendant l’exode, le peuple hébreu arrive au pied du Mont Sinaï. Ici, Dieu avertit Moïse qu’il va se montrer au peuple pour lui communiquer sa volonté. Les Hébreux, alors, se préparent en trois jours de purifications; mais en voyant la montagne se transformer en fournaise, ils en ont peur et envoient Moïse tout seul. Le prophète reste sur le Sinaï pendant quarante jours et y reçoit les Tables de la Loi, les Dix Commandements gravés dans la pierre directement de la main de Dieu. Lorsque Moïse revient au campement il trouve une situation terrible: le peuple, fatigué et incrédule, s’était fabriqué un veau d’or et était tombé dans l’idolâtrie. Moïse, à la tête d’un peuple pas toujours facile, devra dépasser cette épreuve et beaucoup d’autres, et importante et intense sera son œuvre de «médiateur» entre son peuple et Dieu.

Toujours en voyage et la succession de Josué

Moïse et son peuple se remettent en voyage, mais les problèmes ne sont pas encore finis. Maintenant les représentants des Douze tribus d’Israël envoyés en reconnaissance vers Canaan reviennent avec de mauvaises nouvelles; d’après eux, il est impossible de s’établir là-bas. Tout le monde est découragé, le vase est plein! Moïse réussit avec peine à calmer la colère de Dieu et à obtenir que ce soit seulement la génération suivante, indemne des fautes des pères, qui fera la conquête de la Terre Promise. Les Hébreux passeront, ainsi, encore quarante ans dans le désert et Moïse lui, mourra sans entrer dans la Terre Promise qu’il ne pourra apercevoir que de loin, depuis son refuge sur le Mont Nébo. A la mort de Moïse, c’est Josué qui lui succède la tête d’Israël.