Version Béta

Cerca

Saint Pie X, Pape

Saint Pie X, Pape Saint Pie X, Pape  (© Vatican Media)

Le petit Giuseppe Sarto qui parcourait souvent pieds nus, la route qui séparait sa maison à Riese, en Vénétie, de l'école de Castelfranco n’aurait jamais imaginé qu'un jour il franchirait le seuil de Saint Pierre. Il fut le premier pape de l'histoire contemporaine à provenir du monde rural et sa formation fut exclusivement pastorale: il n'avait aucun engagement à la Curie ou dans l'activité diplomatique du Saint-Siège. Né en 1835, il était le second de 10 enfants. À la mort de son père, il aurait pu prendre sa succession à l'hôtel de ville - il avait 17 ans -mais sa mère l'aida à poursuivre sa vocation, travaillant elle, jour de nuit, pour joindre les deux bouts. Un amour et une force que Giuseppe Sarto n’a pas oubliés. Il aimait étudier, jouissait d'une très bonne santé, était débonnaire et en même temps tenace, et sa vie riche en œuvres de charité. Il fut aumônier, curé, directeur spirituel du séminaire, puis évêque de Mantova, patriarche de Venise et finalement élu pape. Son premier acte fut d'abolir le "veto laïc", une sorte de droit revendiqué par certaines monarchies européennes, avec la Constitution Commissum nobis.

"Restaurer" pour réformer

Le catéchisme qui porte son nom est très bien connu, avec la structure particulière des "questions et réponses". Il a été pensé pour les simples gens dans une société où la culture n'avait pas encore imprégné toutes les couches sociales. Le souci de Pie X était précisément de propager parmi les chrétiens, autant que possible, la catéchèse. Parmi les caractéristiques les plus notables de son pontificat, l'opposition au modernisme et aux lois antichrétiennes en France, le commencement de la réforme du droit canonique, la réforme de la Curie romaine, l'avancement de l'âge de la première communion autour de 7 ans. Et de nouveau en Italie, le ralentissement de la restriction Non expedit de Pie IX, c’est-à-dire, l'interdiction pour les catholiques italiens de participer à la vie politique. Il favorisa également le renouvellement de la liturgie, le mouvement biblique, et donna prééminence au chant grégorien. Au cœur, la participation à l'Eucharistie. Ceci pour seulement brosser quelques traits étant donné la richesse des interventions de son pontificat. Parmi les curiosités se trouve la révocation par Pie X des sanctions ecclésiastiques prévues pour qui aurait pratiqué la danse du Tango: après en avoir vu un spectacle, il affirma, en dialecte, qu'il préférait "la danse de la Furlana" mais qu’il ne voyait pas quels grands péchés il y aurait dans Cette nouvelle danse.

Au centre, la préoccupation pastorale

Une papauté, donc, certainement très «active», diversifiée, à tel point que son grand ami, et Secrétaire d'État durant son pontificat, le cardinal Rafael Merry del Val a souligné comment cet énorme travail était principalement dû à sa propre initiative soulignant également sa «bonté» que «personne ne saurait remettre en question.» Au cœur de sa vie et de son Magistère, la préoccupation pastorale dans une société où s’avérait, de plus en plus, la crise de la Foi. Une intention scellée dans la devise choisie pour son pontificat: Instaurare omnia in Christo, établir tout dans le Christ, tiré de la lettre aux Ephésiens. Il voulut vivre la pauvreté: «né pauvre, ayant vécu pauvre et sûr de mourir très pauvre», a-t-il laissé écrit dans son testament.