Version Béta

Cerca

Sainte Marthe, disciple du Seigneur

Sainte Marthe, Salterio hunterian Sainte Marthe, Salterio hunterian 

Ce sont les Evangiles  qui donnent des informations  sur  Marthe de Béthanie, un village  peu distant  de Jérusalem. Sœur de Lazare et Marie, elle est décrite comme femme active et méticuleuse, et certainement elle est parmi les premières femmes à croire en Jésus. Dans sa maison elle l’accueille plusieurs fois, de passage lors de sa prédication en Judée. Et c’est le portrait tracé par Luc  qui donne plus de détails  sur Marthe  dans le quotidien de sa vie. En racontant une  fois où Jésus est à table avec des amis de Béthanie, l’évangéliste  écrit : «  Elle avait une sœur appelée Marie, laquelle, assise  aux pieds du Seigneur, écoutait  sa parole. Marthe au contraire était occupée à de multiples services. Alors, elle s’approche de Jésus et lui : « Seigneur, cela ne te dit rien que ma sœur me laisse seule à m’occuper du service ? Dis-lui donc de m’aider ».Mais le Seigneur lui répond «Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien de choses. Une seule est nécessaire. C’est bien Marie qui a choisi  la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée » (Luc 10,38-42). Le Maître reprend Marthe pour lui faire comprendre que la louable activité risque de lui faire négliger  la vie intérieure. C’est un avertissement qui fait réfléchir sur ce qui est important : l’écoute de la Parole de Dieu, car c’est la Parole de Dieu qui donne son sens  à l’agir quotidien. De toute façon, pour son dévouement  affectueux à offrir à l’hôte  un réconfort agréable dans sa maison, Marthe est reconnue par l’Eglise comme modèle de vie active ; Si bien que Marthe et Marie sont respectivement  l’exemple de l’action et de la contemplation, de la vie active et de la vie de prière, les deux aspects qui chez le chrétien ne doivent pas manquer, ni s’opposer, bien au contraire être complémentaires.

La profession de foi de Marthe

Marthe a aussi laissé  un fort témoignage  de foi. De ses paroles adressées à Jésus, arrivé quatre jours après la mort de son frère Lazare, émerge un credo total sans la  moindre hésitation et sans  le moindre doute. Marthe a une confiance illimitée  en Dieu, même face à ce qui, aux yeux des hommes, semble impossible. « Quand elle apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie était assise dans la maison. Marthe dit à Jésus : «  Seigneur si tu avais été ici, mon frère ne serai pas mort ! Mais  maintenant encore, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera ». C’est déjà une profession extraordinaire de foi, mais le dialogue  de Marthe a et de Jésus se poursuit. Et c’est de cette simple femme de Béthanie  que nous apprenons  ce que signifie croire en Jésus-Christ. « Jésus lui dit : ton frère ressuscitera, », Marthe lui répondit : je sais qu’il ressuscitera, lors de la résurrection au dernier jour » .Jésus lui dit : je suis la Résurrection et la Vie ; celui qui croit  en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit  en moi, il ne mourra pas éternellement. Crois-tu cela ? ». «  Oui, Seigneur, répondit-elle, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde » ( Jn 11,20-27). C’est l’essence du christianisme ; Marthe, dans sa réponse condense  toute sa foi qui, ensuite, est la foi  de tout croyant ; une petite réponse où chaque chrétien retrouve son projet de vie.

Les origines de la mémoire liturgique    

La tradition raconte qu’après les premières persécutions  contre les chrétiens, Marthe, Marie, Lazare, autres disciples et des femmes qui suivaient Jésus ont quitté leur pays et sont arrivés  à Saintes-Maries-de-la Mer, en Provence  où ils auraient  apporté la foi chrétienne. Ce sont les franciscains qui, en 1262, ont célébré pour la première fois Sainte Marthe  le 29 juillet, huit jours après la fête de Sainte Marie Madeleine. A Béthanie  appelée aujourd’hui El-Azariyeh(le lieu de Lazare) il y a encore le sépulcre de Lazare  et un sanctuaire  construit sur des ruines byzantines et des croisés qui, à leur tour cachent  des lieux préexistants. Probablement c’est là que se trouvait  la maison de Marthe. L’église en forme de croix grecque  du sanctuaire est décorée de mosaïques qui représentent les épisodes évangéliques où on voit Marthe, Marie et Lazare.