Version Béta

Cerca

Saint Antoine de Padoue, frère mineur, docteur de l'Église

Saint Antoine de Padoue,  XVIIe siècle Saint Antoine de Padoue, XVIIe siècle  (© Musei Vaticani)

Son nom de baptême est Fernand. Portugais, de Lisbonne, il naît dans une famille noble en 1195, on suppose le 15 août. A l’âge de 15 ans il entre dans l’Ordre des chanoines réguliers de Saint Augustin. Il se prépare au sacerdoce à Coimbra, dans le monastère de la Sainte Croix et, ordonné à l’âge de 24 ans, il est orienté vers la carrière de théologien et de philosophe. Mais il pense à une vie religieuse plus sévère. Le tournant de sa vie, c’est en 1220 quand arrivent dans l’église de la Sainte Croix les dépouilles de cinq missionnaires franciscains torturé et tués au Maroc.

 

De la règle augustinienne à la règle franciscaine

Fernand décide de laisser les chanoines augustiniens et de suivre les traces de François d’Assise et choisit de se faire appeler Antoine, pour imiter le saint anachorète égyptien. Il sent une forte poussée vers la mission et avec cet idéal il part pour le Maroc. Mais il tombe malade et contraint au repos forcé, il ne peut prêcher. Il ne lui reste qu’à rentrer en Italie. Le bateau sur lequel il est embarqué fait naufrage et échoue en Sicile. Antoine est guéri et en 1221 il rejoint Assise, où François a convoqué tous ses frères. Voilà l’occasion propice pour le connaître en personne. C’est une rencontre simple; Antoine renforce son choix de suivre le Chrsit dans la fraternité et minorité franciscaine; il est envoyé en Romagne, à l’ermitage de Montepaolo. Là il se consacre plutôt à la prière, à la méditation et aux travaux humbles.

Antoine prédicateur

En septembre 1222 Antoine est invité à prêcher à Forli et c’est là la révélation de son talent. De ses paroles émergent sa profonde culture biblique et sa simplicité d’expression. L’Assidue, la première biographie d’Antoine raconte: «Sa langue, mue par l’Esprit Saint, se mit à aborder de nombreux thèmes avec pondération, de manière claire et concise». Dès lors Antoine commence à parcourir le Nord de l’Italie et le Sud de la France en prêchant l’Evangile aux gens et aux Pays souvent confus par les hérésies de l’époque, sans épargner d’utiliser des paroles de correction en raison de la décadence morale de quelques responsables de l’Eglise. L’année d’après à Bologne il est maître de théologie pour les frères en formation; et c’est François lui-même qui, dans une lettre lui en confère la charge, l’autorise à enseigner en lui recommandant de ne pas négliger la prière.

Le choix de Padoue

En raison des talents dont il fait preuve de savoir les mettre au service du Royaume de Dieu, Antoine, à l’âge de 32 ans, est nommé supérieur de la fraternité franciscaine du Nord Italie. En tant que tel il ne se ménage pas dans les visites aux nombreux couvents de sa juridiction, et en ouvre de nouveaux. Cependant il continue à prêcher et à attirer de grandes foules, à passer de nombreuses heures au confessionnal et à se réserver des moments  pour se retirer dans la solitude. Il choisit de résider à Padoue, dans la petite communauté franciscaine de l’église de Sainte Marie Mère du Seigneur et, quoiqu’en n’y restant que pendant de brèves périodes , il instaure avec la ville un lien très fort, en se dévouant aussi pour les pauvres et contre les injustices. Et c’est justement à Padoue qu’il aurait écrit les Sermones, un traité pour former les confrères à la prédication de l’Evangile et à l’enseignement des sacrements, surtout la pénitence et l’eucharistie. La prédication du Carême de 1231 est considérée comme son testament spirituel où il faut inclure son dévouement amoureux, pendant des heures et des heures, aux confessions. Après la fête de Pâques, Antoine, déjà éprouvé par des problèmes de santé et usé par les fatigues, accepte de se retirer pour une période de convalescence; ensuite, avec d’autres confrères, il accepte l’invitation à un temps de repos et de méditation dans un petit ermitage à Camposampietro, non loin de Padoue. Il demande qu’on lui aménage un simple refuge sous un grand noyer pour y passer des journées de contemplation et de dialogue avec les gens simples de ce bourg de campagne et ne rentrant dans l’ermitage seulement la nuit. Et c’est ici qu’il a la vision de Jésus Enfant. Le 13 juin Antoine a un malaise; il comprend que son heure est proche et demande de pouvoir mourir à Padoue. Il est transporté sur un char trainé par des bœufs, mais arrivé à l’Arcella, bourg situé aux portes de Padoue, il y expire en murmurant: «Je vois mon Seigneur»

Débiteur à Saint Augustin dans la pensée, Antoine a conjugué de manière originale esprit et cœur, recherche de la spéculation et exercice de la vertu, étude et prière. Docteur de l’Eglise, à Padoue il est simplement appelé «le Saint»..