Cerca

Sainte Catherine de Suède, fille de sainte Brigitte, moniale à Vadstena

Six des 8 enfants de Brigitte de Suède et de Ulf, Catherine naît en Suède en 1331. Elle est éduquée aux usages et préceptes de l’Eglise catholique et instruite à l’amour envers le prochain. Témoin au procès de canonisation de sa mère elle déclarera «Je me rappelle comment maman me prenait avec elle ensemble avec mes sœurs, quand elle allait visiter les hôpitaux qu’elle avait fait construire, et elle y soignait, par ses propres mains, sans répulsion, les plaies et les blessures des malades». C’était, en effet, le désir de Brigitte que ses enfants apprennent à servir le Seigneur dans les pauvres et les malades. Catherine grandit dans ce climat fortement imprégné de l’esprit de l’Evangile. C ’est quand elle était encore enfant que sa mère est appelée à vivre à la Cour de Suède comme gouvernante de la jeune épouse du roi Magnus Eriksson, Blanche de Namur. Puis, Catherine est confiée, ensemble avec sa sœur Ingeborg, au monastère cistercien de Riseberga. Quelque temps après, Brigitte laisse Stockholm, en raison de certains désaccords avec le Palais, et du chagrin à la suite de la mort de son fils Gudmar d’à peine 11 ans. Et parce que voulant approfondir sa foi, elle décide d’ entreprendre des pèlerinages ensemble avec son mari; Catherine est hôte , pour poursuivre ses études, au couvent dominicain de Skenninge avec sa sœur Cécile. Elle souffrira du manque de la vie familiale.

De la Suède en Italie

Catherine a 14 ans quand son père, de retour avec sa femme de Saint Jacques de Compostelle, gravement malade, décide de passer les dernières années de sa vie dans le monastère cistercien de Alvastra. Mais il veut voir sa fille mariée et la donne en mariage à Edgar von Kyren. Catherine , quoique contraire à ce mariage, obéit aux parents, mai d’un commun accord avec son époux, elle fait vœu de chasteté. Et ensemble avec lui elle conduit un style de vie monastique, fait de prières, jeûnes et pénitences. Son modèle est celui de sa mère Brigitte qui, après la mort de son mari Ulf se retire elle aussi à Alvastra pour ensuite fonder, quelque temps après, un monastère a Valdstena. Catherine l’aime, l’admire profondément et aspire à la sainteté mais, contrairement à sa mère, elle ne voit pas clairement comment servir l’Eglise. En 1349 Brigitte part pour Rome pour obtenir l’approbation de sa fondation de Vadstena et pour solliciter le retour du Pape d’Avignon à Rome. Catherine est attristée par cet éloignement, mais l’année suivante elle rejoint sa mère à l’occasion de l’Année Sainte, et pour répondre à l’invitation à visiter la tombe de Pierre et les autres grandes basiliques romaines afin d’ obtenir les indulgences.

La période de l’inquiétude

Pendant qu’elle se trouve à Rome, son mari Edgar, meurt; alors sa mère lui demande de rester en Italie. Mais elle a la nostalgie de la Suède, souffre la solitude, et fait de la dépression. Brigitte lui interdit de sortir toute seule de la maison car la Ville n’est pas sûre pour une jeune et belle suédoise qui attire les regards malintentionnés. Catherine refuse des propositions de mariage et fuit les différents prétendants. Le cerf accolé souvent à son portrait lui aurait sauvée en distrayant un prétendant repoussé qui voulait l’enlever. Pour tenir éloignés les hommes Catherine va jusqu’à porter des vêtements simples ou usés. Tourmentée par l’inquiétude, elle ne sait vers quel choix de vie s’orienter. Pour comprendre la volonté de Dieu elle prie alors la Vierge qui, dans un songe, l’invite à obéir à sa mère. Elle la suivra dans chacune de ses initiatives en épousant totalement et avec amour ses causes.

En mission avec la mère Brigitte et abbesse à Vadstena

Ensemble avec Brigitte, Catherine se dévoue à la catéchèse auprès des nobles familles romaines, elle se prodigue en œuvres caritatives, défend le projet de Vadstena, fait des pèlerinages. Avec elle, pendant environ vingt ans , elle réside dans une maison aux abord de Campo dei Fiori, en vivant dans l’extrême pauvreté faite quotidiennement d’activités pastorale, prière et ascétisme rigide. Le 23 juillet 1373 Brigitte meurt. Elle avait demandé à sa fille que sa dépouille mortelle soit enterrée au monastère de Vadstena. Après un long voyage, Catherine y parvient le 4 juillet de l’année suivante et décide de se faire moniale. Elle est élue abbesse mais peu de temps après elle retourne à Rome pour demander la canonisation de sa mère et obtenir l’approbation de la règle de l’Ordre qu’elle a fondé. Dans les cinq années suivantes Catherine recueille des témoignages sur sa mère et rencontre d’abord Grégoire XI, puis Urbain VI. Ce dernier approuve la Règle de l’Ordre brigidin par une bulle du 3 décembre 1378, mais laisse de côté la Cause de canonisation de Brigitte. C’est après avoir rassemblé toute la documentation nécessaire, que Catherine rentre à Vadstena où elle meurt le 24 mars 1381.