Recherche

Vatican News

Les jésuites slovaques rencontrent le Pape: «Cela a renforcé notre identité»

En conclusion de la première journée de son voyage apostolique, François s'est entretenu en privé pendant environ une heure et demie avec ses confrères de toute la Slovaquie à la nonciature apostolique de Bratislava. Un dialogue libre et familier avec des questions et des réponses, des plaisanteries et des encouragements à l'heure de la pandémie, de la sécularisation et du déclin des vocations.

Salvatore Cernuzio - Cité du Vatican

Il était 17h30, une journée chargée était sur le point de s’achever, et c'est avec le sourire que le Pape François a accueilli en privé les 53 jésuites venus de toute la Slovaquie à la nonciature apostolique. Ce rendez-vous avec les membres de la Compagnie de Jésus de l'Église locale est désormais une tradition de tout voyage apostolique de François. Le Saint-Père a fait preuve d’une grande attention, comme en témoignent les personnes présentes, et cela malgré le tour de force de ce premier jour du voyage qui, en à peine 12 heures, l'a conduit à Budapest puis à Bratislava.

Un membre de la famille

La rencontre a duré environ une heure et demie. «Cela s'est très bien passé, dans une atmosphère sereine», rapporte le père Jozef Bartkovjak, responsable de la section slovaque de Radio Vatican et correspondant à Bratislava, qui a qualifié ce rendez-vous de «réunion de famille». Malgré le fait qu'il n'avait pas encore dîné et qu'il revenait d'une réunion exigeante avec le Conseil œcuménique des Églises, le Saint-Père «était tout à fait frais. Il avait déjà fait plusieurs choses, mais il était pleinement présent, il plaisantait, il était vif. Il nous a donné l'impression de retrouver une personne très chère, avec laquelle il est agréable d'être ensemble. Une personne que nous connaissons mais que nous ne connaissions pas de près. Nous avons écouté ses paroles et avons pu lui dire ce que nous souhaitons, ce que nous faisons», poursuit le jésuite slovaque.


Encouragement à la mission

Le Souverain Pontife a vivement encouragé les 53 jésuites (il y a 80 jésuites en Slovaquie au total) à poursuivre leur mission dans le pays. Celle-ci s’exerce dans différents apostolats, avec un accent particulier sur l'éducation et la formation, dans une faculté de théologie et dans deux maisons d'exercices spirituels, restées actives même pendant les années sombres du régime communiste.

Des paroles bienvenues dans la période actuelle, marquée par la pandémie de Covid-19, mais aussi par la sécularisation touchant toute l'Europe, ainsi que le déclin de la population et des vocations. «Dans le passé, explique le père Jozef, dans l'Église clandestine pendant le régime communiste, les jésuites donnaient une formation aux nouveaux membres, presque un noviciat caché. Ainsi, dans notre province, aucune génération n'a été oubliée, chaque année a été couverte, même pendant le communisme».

Nouveaux défis

Aujourd'hui, de nouveaux défis émergent, mais selon le religieux, «le fait d'avoir reçu de tels encouragements du Pape, qui nous a vraiment fait sentir sa présence, qui a apprécié ce que nous faisons malgré les difficultés, nous a aidés à ne pas perdre courage». «En fait, chaque jésuite qui lie sa vocation à celle du Successeur de Pierre a senti son identité renforcée. Être proche du Pape et ne pas sentir de blocage, c'était comme une caresse», ajoute le père Bartkovjak.

Une visite rendue encore plus libre et familière sans doute grâce au caractère confidentiel de la réunion: à huis clos et sans la présence des médias. Aucun mot n'a filtré sur le contenu de la réunion par les personnes présentes, mais de nombreux commentaires ont été faits sur l'état d'esprit de François. «Comme je l'ai dit, c'était très spontané. Plusieurs questions ont été soulevées par les jésuites présents mais aussi par le Saint Père. Nous pouvions parler de tout, très librement», décrit notre correspondant. La réunion s'est terminée par une photo de groupe, et si «le Saint-Père semblait satisfait», les jésuites ont quant à eux déclaré être «satisfaits à 100%, voire à 200%».

13 septembre 2021, 08:17