Recherche

Vatican News
Distribution de nourriture en Thaïlande - photo d'illustration Distribution de nourriture en Thaïlande - photo d'illustration  (AFP or licensors)

Le Pape: «Transformer le temps d’épreuve en temps de choix»

Dans un message-vidéo adressé aux participants du Forum Globsec de Bratislava, le Souverain pontife appelle à envisager la reconstruction du monde post-pandémie à l’aune du triptyque «voir, juger et agir».

Intervenant lors de l’ouverture du 16e Forum Globsec de Bratislava, qui réunit plusieurs chefs d’État et ministres européens autour du thème “Rebuild the world back better” (mieux reconstruire le monde), le Pape François a appelé tout d’abord à entreprendre une «analyse sérieuse et honnête du passé», qui inclue «la reconnaissance de carences systémiques, des erreurs commises et du manque de responsabilité envers le Créateur, le prochain et la création».

«Celui qui veut se relever d’une chute doit se confronter avec les circonstances de son effondrement et reconnaitre les éléments de responsabilité», a-t-il soutenu, l’objectif étant, non de reconstruire ce qui était, mais de corriger ce qui ne fonctionnait pas.

Et le constat que dresse le Pape du «monde d’avant» n’est guère édifiant: «Je vois un monde qui a été trompé par un sentiment illusoire de sécurité basé sur la soif de profit. Je vois un modèle de vie économique et sociale, caractérisé par tant d'inégalités et d'égoïsme, dans lequel une infime minorité de la population mondiale possède la majorité des biens, n'hésitant souvent pas à exploiter les personnes et les ressources.  Je vois un mode de vie qui ne prend pas suffisamment soin de l'environnement. Nous avons pris l'habitude de consommer et de détruire sans retenue ce qui appartient à chacun et devrait être entretenu avec respect, créant ainsi une “dette écologique” à charge des pauvres et les générations futures», a-t-il affirmé.

Agir pour ne pas gâcher les opportunités de la crise

L’observation porte ensuite à évaluer ce qui a été fait. En cela, la crise ouvre de nouvelles perspectives, elle permet ainsi de «transformer le temps d’épreuve en temps de choix»; elle oblige à des choix, quels qu’ils soient.

Cette évaluation «nous stimule à améliorer», a souligné le Pape, qui encourage à profiter de ce moment pour avancer. «La crise ouvre la voie à un avenir qui reconnaît la véritable égalité de chaque être humain: non pas une égalité abstraite, mais une égalité concrète, offrant aux personnes et aux peuples des possibilités réelles et équitables de développement», a-t-il encore ajouté.

Des décisions qui transforment les armes en nourriture

Après le constat et l’évaluation, vient le temps de l’action. «Celui qui n’agit pas gâche les opportunités offertes par la crise», a estimé le Pape pour qui l’action «requiert un modèle de développement qui place au centre “chaque homme et tout l’homme”» et nécessite de surcroît «une vision d’ensemble et d’espérance». Plus encore, agir pour le bien de tous équivaut à mettre en acte une «œuvre de conversion». Pour le Pape, ce sont les décisions qui «convertissent la mort en vie, les armes en nourriture».

Aujourd’hui, l’urgence reste toutefois une «conversion écologique» qui doit impulser en chacun la conscience de défendre et protéger la création.

Et François de conclure en souhaitant aux participants de ce forum de contribuer par leurs débats à l’élaboration d’un «modèle de reprise capable de générer des solutions plus inclusives et durables, un modèle de développement qui se fonde sur la coexistence pacifique entre les peuples et sur l’harmonie avec la création».

15 juin 2021, 12:40