Recherche

Vatican News

Audience générale : la prière est le souffle de la vie

Entouré de nombreux fidèles dans la cour Saint-Damase au cœur du Vatican, le Saint-Père a poursuivi son cycle de catéchèse sur la prière, revenant cette fois-ci sur la persévérance dans la prière dans le quotidien de chacun.

Sourire aux lèvres, François a d’abord pris le temps de saluer les nombreux pèlerins masqués venus assister à sa catéchèse. Le Pape s’est attardé mercredi 9 juin sur la persévérance dans la prière, s’inspirant de la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens: «Priez sans cesse. En toute condition soyez dans l'action de grâces» (5, 17-18). Une invitation qui a frappé le pèlerin russe, «C’est de cette interrogation que commence sa recherche, qui le conduira à découvrir celle que l’on appelle la prière du cœur. Celle-ci consiste à répéter avec foi: “Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur!”», une prière qui finalement «s’adapte au rythme de la respiration et qui s’étend à toute la journée. En effet, la respiration ne s’arrête jamais, pas même quand nous dormons; et la prière est le souffle de la vie.»

Mais alors, comment est-il possible de toujours rester dans un état de prière? s’est demandé le Souverain pontife. Avant de citer plusieurs exemples tirés du catéchisme qui insistent justement sur cette nécessité d’une prière continue et donnent des clefs pour la mettre en œuvre.

Ainsi, le moine Evagre le Pontique affirme: «Il ne nous a pas été prescrit de travailler, de veiller et de jeûner constamment, tandis que c’est pour nous une loi de prier sans cesse» (n. 2742), «Il y a donc une ardeur dans la vie chrétienne qui ne doit jamais venir à manquer», a commenté François. «C’est un peu comme ce feu sacré que l’on conservait dans les temples antiques, qui brûlait sans interruption et que les prêtres avaient pour tâche de continuer à alimenter. Voilà: il doit y avoir un feu sacré également en nous, qui brûle sans cesse et que rien ne peut éteindre.»

Le défi de la prière au quotidien

Autre exemple donné, celui de saint Jean Chrysostome, pasteur prêchant ainsi: «Il est possible, même au marché ou dans une promenade solitaire, de faire une fréquente et fervente prière. Assis dans votre boutique, soit en train d’acheter ou de vendre, ou même de faire la cuisine» (n. 2743), «La prière est donc une sorte de portée musicale, où nous inscrivons la mélodie de notre vie. Elle n’est pas en opposition avec les activités quotidiennes, elle n’entre pas en contradiction avec les nombreuses petites obligations et rendez-vous, mais elle est plutôt le lieu où chaque action retrouve son sens, sa raison et sa paix.», a expliqué François.

«Mettre ces principes en pratique n’est pas facile», a admis le Pape. «Un père et une mère pris par mille occupations, peuvent ressentir la nostalgie d’une période de leur vie où il était facile de trouver des temps rythmés et des espaces de prière. Ensuite, les enfants, le travail, les tâches de la vie familiale, les parents qui vieillissent… On a l’impression de ne jamais réussir à arriver à tout faire», mais c’est justement à ce moment là que nous devons de rappeler de Lui, a-t-il expliqué.

Dans le monachisme chrétien, le travail a toujours été tenu en grand honneur, a poursuivi François, «pas seulement en raison du devoir moral de pourvoir à soi-même et aux autres, mais également à cause d’une sorte d’équilibre intérieur: il est risqué pour l’homme de cultiver un intérêt tellement abstrait qu’il lui fait perdre le contact avec la réalité.» Prière et travail sont complémentaires: «Il est inhumain d’être absorbés par le travail au point de ne plus trouver de temps pour la prière», a averti le Pape.

En conclusion, la prière constante doit s’insérer et être en phase avec la vie quotidienne, «une prière étrangère à la vie n’est pas saine. Une prière qui nous rend étrangers au caractère concret de la vie devient spiritualisme, ou bien ritualisme», comme Jésus sur le mont Tabor, après avoir montré sa gloire aux disciples, il descendit pour reprendre avec eux le chemin quotidien: «Dans cette circularité entre foi, vie et prière, ce feu de l’amour chrétien que Dieu attend de chacun de nous reste allumé.»

09 juin 2021, 10:02

Audiences récentes

Tout lire >