Recherche

Vatican News
Beyrouth et son port le 27 mai 2021 portent encore les stigmates de l'explosion d'août 2020. Beyrouth et son port le 27 mai 2021 portent encore les stigmates de l'explosion d'août 2020.   (AFP or licensors)

Le Pape va réunir les responsables chrétiens du Liban

Le 1er juillet, le Pape François recevra au Vatican les responsables des communautés chrétiennes du Liban pour évoquer la profonde crise que traverse le pays depuis plusieurs mois, une preuve de la préoccupation du Saint-Père pour les Libanais. Il l’a annoncé ce dimanche 30 mai à l’issue de la prière de l’angélus, place Saint-Pierre.

«Une journée de réflexion sur la situation préoccupante du pays et pour prier ensemble pour le don de la paix et de la stabilité»: le Pape François l'a annoncé lors de ses saluts aux fidèles présents place Saint-Pierre pour la prière de l’angélus, qu’il rencontrerait le 1er juillet prochain au Vatican les «principaux responsables des communautés chrétiennes au Liban».

«Je confie cette intention à l’intercession de la Mère de Dieu tant vénérée au sanctuaire de Harissa et à partir de maintenant je vous demande d’accompagner la préparation de cet événement par une prière solidaire, invoquant pour ce pays bien-aimé un futur plus serein», a poursuivi le Saint-Père.

Crise économique et sociale

Le Liban vit une crise profonde et globale depuis l’automne 2019 sans qu’aucune solution de sortie n’apparaisse. La Banque mondiale a encore rappelé en avril que le pays «endure une dépression économique sévère et prolongée» et qu’aucune amélioration n’est à attendre cette année. Dépréciation de la monnaie nationale face au dollar, récession, dette, déficit budgétaire, chômage : tous les indicateurs économiques sont dans le rouge et ont plongé une très grande partie de la population dans la pauvreté et accentuent encore plus la précarité des plus fragiles.

L’explosion dans le port de Beyrouth en août 2020 a provoqué non seulement des morts et des destructions de logements ou d’infrastructures dans la capitale, mais aussi aggravé la crise en frappant la principale porte d’entrée et de sortie économique du pays. Elle a aussi conduit à accentuer la crise politique, poussant le gouvernement à la démission.

Le Liban sans gouvernement

Depuis, le Liban n’a plus de gouvernement, l’équipe sortante gérant les affaires courantes. La discorde entre les différents partis politiques, la méfiance de la population envers l’ensemble de la classe politique, les affrontements et les morts entre manifestants exaspérés et forces de l’ordre, ne font que prolonger cette crise globale et pousser le pays au bord du précipice.

L’Église maronite, via son patriarche, le cardinal Raï, tente depuis plusieurs mois de pousser les partis à former enfin un gouvernement et à travailler au redressement du pays, sans succès. La communauté internationale, très préoccupée par l’instabilité du pays dans une région déjà marquée par la guerre en Syrie et le conflit israélo-palestinien, se penche elle aussi sur le Liban. La France a tenté une médiation, exhortant la classe politique à ne pas jouer la carte du pire. Mais tous ces efforts ont pour l’instant été vains.

L’initiative du Pape François s’inscrit donc dans ce contexte très sombre d’un pays où la communauté chrétienne est divisée en plusieurs Églises.

30 mai 2021, 13:07