Recherche

Vatican News
Le Pape lors de l'audience générale du 20 juin 2018 Le Pape lors de l'audience générale du 20 juin 2018  (Vatican Media)

François : mieux inclure les handicapés dans l’Église

Ce 3 décembre est célébrée la Journée internationale des personnes handicapées. À cette occasion, le Pape François publie un message dans lequel il appelle les institutions ecclésiales à mieux les inclure, et à les rendre actifs au sein des communautés paroissiales.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Le thème de cette Journée internationale des personnes handicapées cette année est «Mieux reconstruire : vers un monde post-Covid 19, incluant les handicaps, accessible et durable». Le Pape François en profite pour revenir sur trois points : la menace de la culture du déchet, le roc de l’inclusion et le roc de la participation active.

Le Saint-Père commence par reconnaitre les progrès accomplis au cours des cinquante dernières années au sein des institutions civiles et ecclésiales. «La conscience de la dignité de chaque personne s’est accrue, ce qui a conduit à faire des choix courageux pour l’inclusion de ceux qui vivent une limitation physique et/ou psychique».

Mais au niveau culturel, il regrette qu’il y ait «encore trop d’expressions qui contredisent de fait cette orientation». «Il y a des attitudes de rejet qui aussi à cause d’une mentalité narcissique et utilitaire, conduisent à la marginalisation, ne considérant pas que, inévitablement, la fragilité appartient à tous» ajoute-t-il.

D’où l’importance pour lui de «promouvoir une culture de la vie, qui affirme continuellement la dignité de chaque personne, en particulier pour la défense des hommes et des femmes handicapés, de tous âges et de toutes les conditions sociales.»

Inclusion nécessaire des personnes handicapées

Dans un contexte d’inégalités exacerbées par la pandémie de Covid-19, le Pape veut construire notre maison, c’est-à-dire les programmes et les initiatives des institutions civiles et ecclésiales sur le roc de l’inclusion. Pour cela, il faut «préparer des instruments appropriés et accessibles pour la transmission de la foi» qui soient «mis à la disposition de ceux qui en ont besoin, le plus possible gratuitement, notamment grâce aux nouvelles technologies».

François encourage aussi les prêtres, séminaristes, religieux, catéchistes et travailleurs pastoraux «à une formation ordinaire favorisant la relation avec le handicap et l’utilisation d’outils pastoraux inclusifs». À cette fin, «la création d’une paroisse totalement accessible nécessite non seulement la suppression des barrières architectoniques, mais surtout des attitudes et des actions de solidarité et de service, de part des paroissiens, envers les personnes handicapées et leurs familles.»

Participation active au sein des paroisses

Cette inclusion doit promouvoir aussi la «participation active» des personnes handicapées. Le Pape réaffirme avec force leur droit à recevoir les sacrements. «Elles pourraient être accueillies et incluses dans le parcours catéchétique de préparation à ces sacrements. La grâce dont ils sont porteurs ne peut être exclue pour personne.»

L’objectif est bien qu’elles participent «activement à la communauté civile et ecclésiale». «C’est un chemin exigeant mais aussi difficile», reconnait le Saint-Père pour qui «la participation active à la catéchèse des personnes handicapées constitue une grande richesse pour la vie de toute la paroisse. Celles-ci en effet, unies au Christ dans le baptême, partagent avec Lui, dans leur état particulier, le ministère sacerdotal, prophétique et royal, évangélisant à travers, avec et dans l’Église».

Des personnes handicapées catéchistes

C’est pourquoi «il convient d’encourager leur formation, afin qu’ils puissent acquérir une préparation plus avancée dans les domaines théologiques et catéchétiques» souligne François. D’où son souhait que «les personnes handicapées puissent devenir catéchistes, afin de transmettre la foi efficacement, à travers leur propre témoignage».

Et d’espérer enfin que «la volonté commune de “mieux reconstruire” déclenche des synergies entre les organisations civiles et ecclésiales, afin d’édifier, contre vents et marées, une “maison” solide, capable d’accueillir les personnes handicapées, parce qu’elle est construite sur le roc de l’inclusion et de la participation active»

03 décembre 2020, 12:00