Recherche

Vatican News
Un camp de réfugiés aux environs de Kandahar (Afghanistan) Un camp de réfugiés aux environs de Kandahar (Afghanistan)  (ANSA)

Le Pape souligne le rôle crucial du Service jésuite des réfugiés

Dans une lettre écrite à l’occasion du 40e anniversaire de la création du Service jésuite des Réfugiés, le Pape François lui rappelle son «devoir vital» de «tendre la main de l’amitié» aux migrants et réfugiés, a fortiori en ce temps de crise sanitaire.

«Je prie afin que vous puissiez tirer encouragement et sagesse de la vision et de l’exemple de votre fondateur», écrit le Pape au père Thomas H. Smolich, directeur international du Service jésuite des Réfugiés (JRS), créé il y a donc 40 ans par le père Pedro Arrupe, alors supérieur général de la Compagnie de Jésus, pour répondre à la détresse des nombreux migrants vietnamiens fuyant leur pays ravagé par la guerre.

«Ce désir intimement chrétien et ignacien de s’occuper du bien-être de tous ceux qui se trouvent dans un état de profond désespoir a inspiré et guidé le travail du JRS durant ces 40 ans», salue le Pape jésuite. Cette mission est d’autant plus nécessaire aujourd’hui car la pandémie de coronavirus rappelle combien «nous sommes tous sur le même bateau».

 

«Chaque jour, trop de personnes dans le monde sont contraintes de s’agripper à des embarcations et radeaux, en tentant de se réfugier des virus de l’injustice, de la violence et de la guerre». À l’aune de ces situations dramatiques, «le JRS a un rôle crucial de faire connaître et de sensibiliser l’opinion publique sur la réalité des réfugiés et des déplacés. C’est votre devoir vital de tendre la main de l’amitié à ceux qui sont seuls, séparés de leurs familles, ou abandonnés, en les accompagnant, en  faisant résonner leur voix, et surtout en leur garantissant l’opportunité de grandir à travers vos programmes d’instruction et de développement». Ce témoignage se révèle fondamental pour construire une vraie «culture de la rencontre», insiste l’évêque de Rome.

Et de conclure : «regardant vers l'avenir, je suis convaincu qu'aucun revers ou défi, personnel ou institutionnel, ne pourra vous distraire ou vous décourager de répondre généreusement à l'appel urgent à promouvoir la culture de la proximité et de la rencontre à travers la défense déterminée des droits de ceux que vous accompagnez chaque jour».

12 novembre 2020, 14:45