Recherche

Vatican News
Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, dimanche 22 novembre 2020. Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, dimanche 22 novembre 2020.  

Angélus: nous serons jugés sur l’amour et les œuvres

Avant de réciter la prière de l’angélus et après avoir célébré la messe en la solennité du Christ Roi, dimanche 22 novembre, le Pape François a rappelé l’importance du critère de l’amour le moment du jugement venu.

Pour clôturer l’année liturgique, avant le premier dimanche de l’Avent le 29 novembre prochain, le Saint-Père a médité sur le Christ, comme «Alpha et Oméga de l’Histoire». «La liturgie du jour se concentre sur l’Omega», a-t-il souligné.

«Dans sa mort et sa résurrection, Jésus se montrera le Seigneur de l'Histoire, le Roi de l'univers, le Juge de tous. Mais le paradoxe chrétien réside dans le fait que le Juge ne représente pas une royauté redoutable, mais un pasteur plein de douceur et de miséricorde», a affirmé le Successeur de Pierre, expliquant comment dans l’Évangile du jour «Jésus s'identifie non seulement au roi pasteur, mais aussi aux brebis égarées, c'est-à-dire aux plus petits et au plus nécessiteux (des frères et sœurs)».

Jugés sur la base de l’amour concret

Et ainsi il indique le critère du jugement: «il sera pris sur la base de l'amour concret donné ou refusé à ces personnes, car Lui-même, le juge, est présent en chacune d'elles», a ajouté François, rappelant les paroles de Jésus: «Amen, je vous le dis: chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.» (vv. 40.45). 

 

Nous serons jugés sur l'amour, relève le Souverain pontife, «pas sur le sentiment, non», mais sur «les œuvres, sur la compassion qui se fait proximité et aide attentionnée».

Et le Pape François de prévenir contre la logique de l’indifférence, contre le regard qui se détourne dès qu’apparaît un problème: «Tu as été mon pasteur, qui était présent auprès de ces gens dans le besoin, ou es-tu resté indifférent?». Le Pape a rappelé à cet égard la parabole du Bon Samaritain.  

«Ce pauvre homme, blessé par des bandits, jeté à terre, entre la vie et la mort, était là, seul. Mais un prêtre est passé, il a vu, et il est parti. Il a détourné le regard. Un lévite est passé, il a vu et a détourné le regard. Moi, devant mes frères et sœurs dans le besoin, je suis indifférent comme ce prêtre, comme ce lévite, et je détourne le regard ? Je serai jugé sur ce point: sur la façon dont je me suis approché

Après l’angélus

À l’issue de l’angélus, le Pape François a adressé une pensée particulière aux habitants de la Campanie et de la Basilicate, deux régions du sud de l’Italie, quarante ans après le tremblement de terre désastreux qui a eu son épicentre en Irpinie, et a semé la mort et la destruction. «Quarante ans déjà. Cet événement dramatique, dont les blessures ne sont pas encore complètement cicatrisées, a mis en évidence la générosité et la solidarité des Italiens. En témoignent les nombreux jumelages entre les villages frappés par le tremblement de terre et ceux du Nord et du Centre, dont les liens existent toujours», a-t-il ajouté.  

Le Pape a par ailleurs salué les fidèles présents place Saint-Pierre, «malgré les difficultés actuelles et toujours dans le respect des règles (sanitaires )». En cette période difficile de pandémie, le Saint-Père s’est fait proche des familles en difficultés «parce qu'elles n'ont pas de travail, qu’elles ont perdu leur emploi» et qui, «parfois, avec un peu de honte, ne le font pas savoir». Le Pape a ainsi invité à être attentif à ceux qui font face à des difficultés exhortant à «aller voir là où il y a un besoin. Là où est Jésus, dans le besoin».

 

François proche des familles en difficulté
22 novembre 2020, 12:36