Recherche

Vatican News
Un laboratoire dédié aux examens PCR à Gênes, en Italie Un laboratoire dédié aux examens PCR à Gênes, en Italie  (ANSA)

Le Pape plaide pour plus d'équité et de coordination afin de vaincre la pandémie

Dans un message adressé aux membres de l’Académie pontificale des Sciences réunis en assemblée plénière du 7 au 9 octobre à Rome, le Pape François évoque les conséquences de la pandémie, notamment sur la vie des plus pauvres. Il réclame un accès équitable aux vaccins anti-Covid-19 en cas de découverte et rappelle aux scientifiques qu’indépendamment des décisions politiques, ils doivent assumer leurs propres responsabilités éthiques.

Vatican News

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, comment la recherche scientifique peut-elle se mettre au service de la santé de notre planète et de ses habitants, en particulier des plus pauvres ? C’est à cette question que les membres de l’Académie pontificale des Sciences sont appelés à réfléchir pendant ces trois jours d’assemblée. Le Pape les suivra avec d’autant plus d’intérêt qu’il s’agit d’une question soulevant une «profonde inquiétude pour l’humanité entière» assure-t-il.

Des efforts coordonnés

Il se félicite de la variété des profils des chercheurs composant l’Académie. Il y voit «un exemple» de la manière avec laquelle on devrait affronter le virus, par des efforts coordonnés.

La pandémie a mis en lumière, regrette-t-il, non seulement nos «fausses sécurités» mais aussi «l’incapacité des pays du monde à travailler ensemble». Le Pape déplore «une fragmentation» face à un défi commun, dans un monde pourtant hyper connecté. Il répète que la pandémie nécessite des réponses coordonnées et multilatérales. Les organisations internationales comme les agences onusiennes que sont l’OMS ou la FAO doivent être «respectées et soutenues» afin qu’elles puissent atteindre leurs objectifs, pour le bien de tous.

«Vos efforts sont largement concentrés sur l'étude de nouvelles voies immunologiques et immunochimiques pour activer les mécanismes de défense de l'organisme ou arrêter la prolifération des cellules infectées. Vous étudiez également d'autres traitements spécifiques, notamment des vaccins qui font actuellement l'objet d'essais cliniques», souligne le Pape. Mais le virus n’affecte pas que la santé des hommes.

Désastres liés à la pandémie

«Ne pas voir une personne en face ou considérer les autres comme de potentiels porteurs du virus est une terrible métaphore de la crise sociale mondiale d’aujourd’hui», regrette-t-il.

Le Saint-Père décrit les dommages causés par la pandémie à tous les niveaux de la société, social, économique et spirituel, «paralysant les relations humaines, le travail, les usines, les commerces et même les activités spirituelles». L’impact sur l’éducation est également «énorme». Le Pape s’inquiète du fait que des enfants ne soient pas retournés à l’école. Il redoute les conséquences que cela peut avoir sur le travail infantile, les cas d’exploitations, les abus ou sur la malnutrition.

Le Pape est préoccupé par le sort des plus pauvres dont la survie est en jeu aujourd’hui. Il plaide avec vigueur pour la mise en place de solutions équitables par les pouvoirs publics : des systèmes de santé qui «doivent devenir plus inclusifs et accessibles aux défavorisés et dans les pays les moins riches» ou encore un accès équitable aux vaccins anti-Covid, lorsqu’ils seront disponibles.

Appel à la conversion...

«L'éruption de la pandémie, dans le contexte du réchauffement climatique, de la crise écologique et de la perte dramatique de biodiversité, représente un appel à notre famille humaine à repenser son cours, à se repentir et à entreprendre une conversion écologique», affirme François qui dans Laudato si’ rêvait déjà à un monde où les innovations scientifiques et technologiques allaient de pair avec plus d’inclusion sociale et d’équité.

et à la responsabillité des scientifiques

Revenant au thème de leur rencontre «sciences et survie de l’humanité», le Pape appelle enfin les scientifiques à ne pas se soustraire à leurs responsabilités éthiques, «aussi grande que soit la responsabilité des hommes politiques», afin que leurs efforts visent à «mettre fin non seulement à la fabrication, la possession et l'utilisation d'armes nucléaires, mais aussi au développement d'armes biologiques, avec leur potentiel de dévastation de civils innocents et, en fait, de peuples entiers».

Après l’interpellation, le Saint-Père ne manque pas d’encourager tous ces chercheurs dont le monde entier dépendait ces derniers mois à se tenir informé et garder l’espoir. Il salue leur travail ainsi que celui d'innombrables professionnels de la santé qui ont soigné malades et souffrants, souvent au risque de leur propre vie.

         

 

07 octobre 2020, 15:59